Imprimer

Secteur privé, secteur public

Plusieurs des recherches de cet axe s’interrogent de façon diachronique et synchronique sur l’évolution de la pertinence du clivage public/privé en France et en Europe. Poursuivant une réflexion sur les catégorisations indigènes du monde social, certaines recherches engagées envisagent de mieux appréhender les représentations associées tant aux différents type de salariés (public/privé) qu’aux indépendants en France.

La volonté d’interroger le clivage public/privé engage également un travail de comparaison internationale par l’identification des transformations des réflexions sociologiques sur la stratification sociale dans les pays où les nomenclatures socio-économiques internationales se sont d’abord déployées. Il passe ensuite par des tentatives d’objectivation de ce clivage à partir de plusieurs enquêtes quantitatives européennes menées dans le cadre des réflexions actuelles sur la création d’une nomenclature socio-économique européenne (ESeC).

Dans une perspective complémentaire, il s’agit également de tester les spécificités des travailleurs et des pratiques de travail au sein des différents secteurs : salariats publics et privés, travail indépendant, professions libérales, mais aussi travailleurs dont les statuts contribuent à brouiller les frontières de l’indépendance et du salariat (comme les travailleurs du secteur culturel intermittents et free lance) ou du public et du privé (comme des médecins, à la fois professions libérales et salariés hospitaliers). Nous examinerons notamment l’état des emprunts gestionnaires du secteur public au secteur privé (en étudiant des structures en réorganisation comme des hôpitaux ou en travaillant sur des temporalités longues dans la fonction publique) et la fabrication d’une nouvelle classe de travailleurs publics. D’autres travaux préciseront les ressources spécifiques des agents du public et des indépendants, au vu de leurs trajectoires sociales et des transformations de leurs positions sociales. Dans cette perspective, il s’agit par exemple d’articuler la connaissance fine des transformations historiques des statuts juridiques des fonctionnaires de l’État depuis 1946. Tant ceux-ci se présentent comme les absents de l’histoire de la fonction publique, une attention particulière sera portée aux travailleurs subalternes à statut ou aux agents intermédiaires de l’administration.




^