Imprimer

Thèse en cours

 

« Masses et Monuments » : « Democracy » en Grande-Bretagne, 1770-1920, thèse en cotutelle Université du Québec à Montréal et Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, sous la direction de Francis Dupuis-Déri et d’Yves Sintomer.

Terme vilipendé, associé au désordre et à la foule, democracy devient, au cours du long 19e siècle britannique, un objectif politique légitime, synonyme de gouvernement représentatif et de société égalitariste. Cette transformation s’explique à la fois par les mutations socioéconomiques qui traversent la Grande-Bretagne durant cette période, ainsi que par les stratégies rhétoriques d’acteurs politiques spécifiques. Combinant histoire conceptuelle, humanités numériques et théorie politique, cette thèse démontre que ce n’est qu’au tournant du siècle que democracy s’impose au sein de l’imaginaire politique britannique, soit près de cinquante ans après ses rivaux français et états-uniens.

Différentes sources (débats parlementaires, traités politiques, ouvrages de référence, presse périodique) et méthodes d’analyse (lecture interne, logiciels issus la linguistique de corpus) sont mobilisées. Quatre moments clefs sont retenus, chacun étant structuré par une opposition conceptuelle différente. Dans le premier, de 1775 à 1801, democracy, terme alors peu commun, s’oppose à la monarchie et voit ses connotations négatives renforcées suite à la révolution française. Dans le second, qui va de 1827 à 1852, democracy est conçu en opposition à aristocracy. Si certains s’approprient alors le terme de manière positive (chartistes, républicains européens en exil), le qualificatif reste peu appliqué à la Grande-Bretagne. Entre 1865 et 1890, sous l’impulsion du Second Reform Act (1867) et surtout du Third Reform Act (1884), tant conservateurs que socialistes en viennent à se dire democrats. Face à la montée de la plutocracy, le terme est de plus en plus utilisé de manière positive en référence à la société britannique. Finalement, dans le quatrième moment, de 1904 à 1914, les suffragettes opposent la « false male democracy  » à la « true democracy ». Democracy devient alors une bannière auquel tous les acteurs politiques se rallient – chacun prétendant en avoir la vraie définition.

27 mars 2019


^