Imprimer

Contact

Sylvain Bordiec
Université de Bordeaux
Collège Sciences de l’homme - Faculté des Sciences de l’éducation
3 ter Place de la Victoire
33000 Bordeaux
Page au LACES
 Lui écrire

30 septembre 2019

Sylvain Bordiec

Maître de conférences à l’Université de Bordeaux
Laboratoire Cultures, Éducation, Sociétés (LACES EA 4110)
Chercheur associé au CSU


Domaines de recherche

- Sociologie de la solitude :
Variations individuelles selon les âges de la vie ; Comparaisons entre générations, classes sociales ; Milieu rural/milieu urbain et sociétés nationales (USA/France) ; Dans une perspective à la fois sociologique et historique
- Sociologie de la socialisation
- Sociologie de l’individuation
- Sociologie des problèmes sociaux et de l’action publique (jeunesse, précarité, isolement)

 

Recherches en cours

« Il n’y a de solitude que sociale. Sociologie des inégalités et des arrangements sociaux face à la solitude »
La recherche que j’ai engagée durant l’automne 2010 à partir de la rédaction d’un document de travail intitulé « La solitude des vivants. Sociologie des formes et des usages sociaux de la solitude dans les sociétés modernes avancées », propose d’apporter une contribution inédite à la sociologie de la solitude dans les sociétés industrielles contemporaines. Cette recherche est construite autour d’une triple perspective de comparaison : comparaison internationale ; comparaison entre espaces urbains et espaces ruraux ; et enfin comparaison entre classes sociales. Cette triple perspective est nécessaire dans la mesure où la compréhension de la solitude comme expression significative de l’individualisme contemporain exige, puisque celui-ci est le produit social et historique du processus d’individuation – l’individu entendu comme source autonome de pensée et d’action–, de comparer l’état d’avancement des sociétés nationales dans ce processus, de comparer les individus des zones urbaines, emblématiques, dans les représentations collectives, des dynamiques d’isolement social, et les individus des zones rurales, pour lesquelles une solidarité plus grande opérerait et, enfin, d’étudier les formes et les effets de la solitude dans les différents segments de l’espace social, en prenant en considération, pour chaque période historique étudiée, les ressorts générationnels, ethniques et de genre de la production de solitude.
Ce projet repose sur l’observation suivante : plus la « société des individus » est assurée de son existence, plus ces derniers sont dépendants les uns des autres mais aussi sommés d’être entouré socialement. Comme le soulignent Luc Boltanski et Eve Chiapello, les individus sont classés et évalués selon leur capacité à « se connecter les uns aux autres », à « ne pas demeurer isolés ». C’est donc l’injonction à l’adhésion à des normes contradictoires – l’injonction à l’autonomie et l’injonction au lien social–, qui attire l’attention. Je pose que la solitude, à savoir le fait d’être seul ou de vivre seul, est aussi bien significative de la capacité de certains individus à combiner individualité et autonomie parce que leur position est assurée, que révélatrice des problèmes que pose l’individuation à ceux qui manquent d’attaches et de protections.

Projet de recherche, janvier 2012 (PDF)

 

Publications

Ouvrages

Sylvain Bordiec, La fabrique sociale des jeunes. Socialisations et institutions, Louvain-la-Neuve/Paris : De Boeck, coll. « Ouvertures sociologiques », 2018 - 176 p.

Les catégories de jeunesse et de jeunes sont omniprésentes dans les discours officiels sur le travail et le chômage, dans les traitements médiatiques de la question sociale, dans les cerveaux des parents voyant leurs enfants grandir et dans ceux des enfants voyant leurs parents vieillir. Cet (...) Lire la suite...



Sylvain Bordiec Jeunesses précaires. Impasses et horizons Paris : IRES/CFTC, 2013 - 176 p.

« Les jeunes et la précarité », « les jeunes dans la précarité », « la précarité et les jeunes », les « jeunes précaires », les « précaires jeunes » etc. Les thèmes de la jeunesse et de la précarité sont aujourd’hui massivement investis par le domaine administratif, par la sphère politique et syndicale, par (...) Lire la suite...



 

Articles dans des revues à comité de lecture

  • 2019, « Rendre les solitudes supportables », Sociologie et Sociétés, Vol. 50, n°1, printemps 2018, p. 129-155.
  • 2018, « La fabrique des biens philanthropiques », Politix, n°121, Vol. 31, p. 105-126.
 

Chapitres d’ouvrages

  • 2015 - « Le bon esprit. Portrait d’un « animateur-jeunesse » dans la Politique de la ville ». In Jérôme Camus, Francis Lebon (dir.) Regards sociologiques sur l’animation, Paris, La Documentation française, p. 103-114.
  • 2009 - « Devenir, être et rester « accompagné ». Notes sur le rapport des jeunes aux travailleurs sociaux dans un quartier parisien ». In Madeleine Gauthier, Claude Laflamme (dir.), Jeunes et dynamiques territoriales. Ancrage territorial et lieux de participation (tome 2), Québec : Presses de l’Université Laval/IQRC, 2009 - p. 49-63.
  • 2007 - « Se partager le territoire. La « Prév’ » face aux « petites institutions » de quartier ». In Brigitte Bouquet, Bénédicte Madelin, Patrick Nivolle (coord.), Territoires et action sociale, Paris : L’Harmattan, 2007 - p. 131-142.
  • 2004 - « Entre précarisation sociale et travail social précaire. Quand l’investissement professionnel est impossible ». In Dan Ferrand-Bechmann (dir.), Les bénévoles et leurs associations, autres réalités, autre sociologie ? Paris : L’Harmattan, 2004 - p. 165-174.
 

Rapports de recherche

  • 2014 - Les Quatre-Chemins à Pantin. Eléments socio-historiques, contexte spatial et actions publique et parapublique (en direction de la jeunesse), Paris : Lavue, 35 pages.
  • 2013 - Jeunesses précaires. Impasses et horizons, Synthèse de rapport d’étude, Paris : IRES, 12 pages.
  • 2013 - avec Emilie Saint-Macary, Clients et précarités en France, Paris : Aristat, 51 pages.
  • 2012 - Il n’y a de solitude que sociale. Sociologie des inégalités et des arrangements sociaux face à la solitude, Document présenté au concours CR2 en section 36 - 45 p., janvier 2012.
  • 2011 - La solitude des vivants. Sociologie des formes et des usages sociaux de la solitude dans les sociétés modernes avancées, Document présenté au concours CR2 en sections 36 et 40 - 33 p., janvier 2011. - en ligne
  • 2011 - La culture comme vecteur d’intégration sociale, Compte-rendu final de la contribution à l’enquête collective PICRI, Paris, Université Paris-Descartes - 72 p.
  • 2011 - Bilan intermédiaire des apports à l’enquête PICRI sur la culture et l’exclusion sociale, Paris, Université Paris-Descartes - 37p.
  • 2005 - avec Sylvie Tissot Synthèse des travaux récents consacrés à la politique de la ville, St-Denis : DIV, 2005 - 21 p.
 

Lectures critiques

  • 2016 - Compte-rendu de « Marcel Calvez, Santé et territoires. Des soins de proximité aux risques environnementaux », Rennes, PUR, 2016, 204 pages, Revue européenne des sciences sociales/ European Journal of Social Sciences, vol. 54, n°2.
  • 2015 - Compte-rendu de « Clément Prévitali, Le sport à la campagne, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2014, 404 pages », Revue d’Etudes en Agriculture et Environnement/Review of Agricultural and Environmental Studies, vol. 96, n°4, p. 723-727.
  • 2014 - Compte-rendu de « Eric Marlière, Des « métallos » aux « jeunes des cités ». Sociohistoire d’une banlieue ouvrière en mutation, Paris, Editions du Cygne, 2014, 196 pages », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°123, p. 259.
  • 2014 - Compte-rendu de « Michel Vakaloulis, Précarisés, pas démotivés ! Les jeunes, le travail, l’engagement, Paris, Les Editions de l’Atelier, 2013, 142 pages », Agora. Débats/Jeunesses, n°67, p. 141-143.
  • 2013 - Compte-rendu de « Paul Willis, L’école des ouvriers. Comment les enfants d’ouvriers obtiennent des boulots d’ouvrier, Marseille, Agone, 2011 (1è ed. 1977), 438 p. », Revue suisse des sciences de l’éducation, 35 (1), p. 201-202.
  • 2013 - Compte-rendu de « Corinne Nativel, Sarah Pickard, Fabienne Portier-Le Coq, Les politiques de jeunesse au Royaume-Uni et en France. Désaffection, répression et accompagnement de la citoyenneté, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 272 pages », Revue française de science politique, n°63 (3-4), p. 751-752.
  • 2013 - Compte-rendu de « Karim Hammou, Une histoire du rap en France, Paris, La Découverte, 2012, 302 pages », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°120, p. 190-191.
  • 2013 - Review of “Shamus Rahman Khan, Privilege. The Making of an Adolescent Elite at St. Paul’s School, Princeton & Oxford, Princeton University Press, 2011, 232 p.”, Revue européenne des sciences sociales/ European Journal of Social Sciences, n°51(1), avril-mai, 2013 - p.238-240.
  • 2013 - Review of “Eric Klinenberg, Going Solo. The Extraordinary Rise and Surprising Appeal of Living Alone, New-York, The Penguin Press, 2012, 273 p.” Canadian Review of Sociology/ Revue canadienne de sociologie, vol.50 n°1 - p. 150-154.
  • 2012 - Compte-rendu de « Laurent Besse, Les MJC de l’été des blousons noirs à l’été des Minguettes. 1959-1981. Rennes : PUR, 2008 391 p. », Genèses. Sciences sociales et histoire, 2012, n°86 - p. 165-167. Paru également dans Les carnets de Genèses, 28 septembre 2011, en ligne
  • 2009 - Compte-rendu de « Laud Humphreys, Le commerce des pissotières. Pratiques homosexuelles anonymes dans l’Amérique des années 1960, Paris, La Découverte (Textes à l’appui), 2007, 202 p. », Revue française de sociologie, 2009, n°51 (1), p. 658-661.
  • 2007 - Compte-rendu de « Evelyne Ribert, Liberté, égalité, carte d’identité. Les jeunes issus de l’immigration et l’appartenance nationale. Paris : La Découverte, 2006, 273 p. » Revue française de sociologie, 2007, vol.48 n°2, p. 413-416.
  • 2004 - Compte-rendu de « Stéphane Beaud, Michel Pialoux, Violences urbaines, violence sociale, genèse des nouvelles classes dangereuses. Paris : Fayard, 2003, 426 p. » Annales de la recherche urbaine, octobre 2004, n°96, p. 151-152.
  • 2004 - Compte-rendu de « Michel Kokoreff, La force des quartiers : de la délinquance à l’engagement politique. Paris : Payot, 2003, 349 p. » Genèses. Sciences sociales et histoire, décembre 2004, n° 57, p. 157-158.
   

Animation de la recherche

Organisation de colloques, séminaires et journées d’étude

- Co-organisateur avec Leila Drif (EHESS/IRIS), Erwin Flaureau (EHESS/CMH), Nathan Jobert (Univ. Paris 1/ CESSP), Laura Ruiz de Elvira (IRD/CEPED) et Sahar Aurore Saeidnia (Gerda Henkel-IREMAM/ EHESS-IRIS) du séminaire bi-mensuel
Bienfaisance et gouvernement du social, EHESS, Paris.

- Membre du comité d’organisation du Congrès international de l’Actualité de la recherche francophone en éducation, Université de Bordeaux (Campus de la Victoire), 3-5 juillet 2019.

- Membre du comité scientifique de la Journée d’étude Socialisations économiques de l’Association française de sociologie, Paris (Site Pouchet du CNRS), 13-14 mars 2019.

- Membre du comité scientifique et du comité d’organisation du 15 ème colloque de l’European Association for Sociology of Sport (EASS), Sport, Discriminations and Inclusion : Challenges to Face, Université de Bordeaux, 23-26 mai 2018.

- Avec Adrien Sonnet, organisation de la journée d’étude Partenariats et action publique. Enquêtes dans les domaines scolaire, socio-culturel et sanitaire, 28 février 2018, Université de Bordeaux, LACES (Axe Action publique), ESPE Aquitaine.

- Organisation, avec Murielle Coeurdray et Franck Poupeau, de la journée thématique « Qu’est-ce que faire une sociologie de l’environnement ? », Cresppa-CSU & UMI Iglobe CNRS/University of Arizona, mardi 3 juin 2014, Site Pouchet du CNRS, Paris.

- Coordination avec Franck Poupeau du séminaire collectif du CSU 2011-2012 « Penser l’Etat : modèles explicatifs, pratiques de recherche. » - programme

Responsabilités scientifiques

- Membre du bureau du RT 50 Socialisations, Association Française de Sociologie (AFS).

- Depuis 2017, Expert-évaluateur – Appels « Crédits et Projets » et « Bourses et Mandats » du Fonds de la Recherche Scientifique – FNRS (Fonds national de la recherche scientifique), Belgique.

- Co-responsable, avec Jacques Mikulovic et André Suchet, de l’axe Action publique du LACES (Université de Bordeaux).

- Évaluation d’articles pour la Revue française de pédagogie, Travail et Emploi, Actes de la recherche en sciences sociales, Les Sciences de l’éducation. Pour l’ère nouvelle, La Nouvelle Revue de l’Adaptation et de la Scolarisation, Nouvelles pratiques sociales, Journal of Youth Studies.

Réseaux scientifiques

- Depuis 2008, membre de la Society for the Study of Social Problems (SSSP) - site

- Depuis 2016, Membre de l’Association pour la Recherche Qualitative (ARQ), http://www.recherche-qualitative.qc.ca/

 

Formation universitaires

Diplômes

- Doctorat de sociologie, Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis sous la direction de Florence Weber
- DEA « Modes de vie et Politiques sociales », Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis
- DEA « Études Politiques », Queen’s University of Belfast, Université Rennes 1
- Maîtrise d’Histoire, Université de Bretagne Occidentale
- Maîtrise de Science politique, Université Rennes 1

Mémoires diplômants de troisième cycle

  • 2010 - Des socialisations croisées. Travailleurs sociaux, jeunes et action publique dans un quartier populaire de Paris, Thèse de doctorat en sociologie réalisée sous la direction de Florence Weber, Paris 8-Vincennes-Saint-Denis - 659 p.
  • 2002 - Le temps des possibles et des impossibles : les usages sociaux du soir. Le cas des collégiens et lycéens d’une cité HLM dans la banlieue parisienne. Mémoire de DEA “Modes de vie et Politiques sociales” réalisé sous la direction de Jean-Claude Combessie et Florence Weber, septembre 2002, 158 p. multigr.
  • 2001 - Le Social and Democratic Labour Party : la voix des catholiques modérés en Irlande du Nord ? Mémoire de DEA d’Études Politiques, réalisé sous la direction de Philippe Portier, septembre 2001, 156 p. multigr.
 

Thèse soutenue

- Des socialisations croisées. Travailleurs sociaux, jeunes et action publique dans un quartier populaire de Paris. Thèse pour le doctorat de sociologie, université Paris 8, sous la direction de Florence Weber, 24 juin 2010, 659 p.

Soutenue le 24 juin 2010 sur le site Pouchet du CNRS, devant un jury composé de Marie-Hélène Bacqué, Stéphane Beaud (rapporteur), Jean-François Laé (président du jury), Susanna Magri, Olivier Schwartz (rapporteur), Florence Weber (directrice de la thèse). Mention très honorable avec les félicitations du jury (votées à l’unanimité).

Cette thèse porte sur les relations entre les jeunes et les travailleurs sociaux dans les « quartiers ». Cet objet permet d’analyser les rapports entre la participation aux institutions pour la jeunesse et la mise en œuvre de l’action publique autour des thèmes de la proximité et de la sécurité. La recherche repose principalement sur une enquête ethnographique menée dans un quartier populaire de Paris.
La première partie met au jour les caractéristiques de l’espace local et de la configuration des instances politiques, administratives et associatives impliquées dans le « problème de la jeunesse ». Elle montre que l’histoire récente de l’univers institutionnel étudié est inséparable des diagnostics politico-administratifs établis sur la population du quartier, lesquels encouragent les entreprises de normalisation et de moralisation des habitants.
Comme le montre la deuxième partie, les conditions de la participation aux institutions ont partie liée avec les caractéristiques sociales des jeunes et des encadrants. La dynamique de création d’associations générée par la politique de la ville favorise la coexistence de travailleurs sociaux « traditionnels » et de bénévoles locaux. Étant donné que ces encadrants aux profils hétérogènes recrutent des publics qui leur sont socialement et culturellement ajustés, les institutions entérinent l’hétérogénéité relative de la jeunesse populaire locale.
C’est à partir de l’analyse des interactions entre les travailleurs sociaux et les jeunes que la troisième partie montre en quoi les usages des thèmes de la proximité et de la sécurité ont des effets sur les modes de participation aux institutions. Sous le poids des alliances entre les autorités et les bénévoles, les institutions pour la jeunesse locale se divisent entre celles qui renforcent l’intégration sociale de leurs participants et celles qui éloignent ces derniers des horizons de la respectabilité sociale.


^