Imprimer

Recherches récentes

 

Anne-Marie Devreux est spécialiste de la sociologie des rapports sociaux de sexe qu’elle a contribué à fonder en France. Au fil des ans, elle a construit un programme de recherche visant à élaborer le cadre conceptuel d’analyse de ces rapports sociaux. Cherchant à étudier leur fonctionnement transversal, elle a d’abord mené des enquêtes auprès d’hommes et de femmes, dans différents domaines de la pratique sociale : santé, famille, travail professionnel, armée, travail domestique. Dans sa thèse d’habilitation à diriger des recherches, soutenue en 2004 et intitulée « Les propriétés formelles des rapports sociaux de sexe », elle propose un cadre théorique général clarifiant les liens logiques entre, d’une part, les concepts de division sexuelle du travail, division sexuelle du pouvoir et catégorisation sociale de sexe qui sont les « activités » des rapports sociaux de sexe, et, d’autre part, les propriétés formelles de ces rapports : leur transversalité, leur dynamique et leur caractère antagonique.

Ses recherches empiriques l’ont amenée à dégager des catégories d’analyse dont certaines sont aujourd’hui reprises par la discipline. C’est le cas par exemple de la parentalité, de la production d’enfant, de la mémoire sexuée ou encore des résistances masculines au changement.

Son travail s’oriente aujourd’hui vers une explicitation théorique et empirique de la notion d’antagonisme à partir de l’étude des hommes comme dominants dans le rapport social de sexe.

Par ailleurs elle a dirigé de 2010 à 2013 le « Réseau Thématique Pluridisciplinaire (RTP) Etudes Genre » avec la biologiste Françoise Moos.
A l’initiative de l’INSHS et soutenu par l’INSB (sciences biologiques), l’INEE (Ecologie-Environnement) et la Mission pour la Place des Femmes au CNRS (MPDF), ce RTP du CNRS avait pour objectif d’évaluer les possibilités de la recherche française en matière d’interdisciplinarité des recherches prenant en compte le genre, avec et au-delà des SHS.
Sur la base d’un état des lieux nourri notamment des résultats du « Recensement national des recherches sur le genre et/ou les femmes » menés par la MPDF et dont Anne-Marie Devreux a présidé le Comité scientifique, le RTP a présenté des propositions pour développer les recherches prenant en compte le genre et les différences de sexe dans tous les secteurs disciplinaires.
Un ouvrage collectif, interdisciplinaire et international, issu des travaux du RTP et paru en 2016 sous sa direction : "Les sciences et le genre. Déjouer l’androcentrisme" (Presses Universitaires de Rennes) rend compte des opérations de dévoilement de l’androcentrisme dans les sciences non SHS et en propose des voies de dépassement.
site du RTP « Études de genre » - site du recensement

11 octobre 2016


^