Imprimer

Thèse en cours

 

Angeliki Drongiti, thèse à l’Université Paris 8, sous la direction d’Anne-Marie Devreux

Le but de sa recherche est d’examiner le suicide cette fois à tous les échelons de l’armée de terre grecque comme un fait social selon la théorie durkheimienne. Si ce phénomène préoccupe la société grecque depuis longtemps, l’État-major de l’armée et les psychiatres militaires se défendent en arguant que les cas de suicides ne concernent que les soldats dépressifs. Pourtant, le suicide des militaires paraît être six fois plus élevé que celui des hommes du même groupe d’âge dans la société. Ainsi, ces dernières années, la fréquence des annonces venant de l’Autorité Nationale des Statistiques concernant le suicide aux plus hauts échelons de l’armée va croissante.
Pour comprendre ce phénomène de suicides, la recherche analysera l’idéologie sur laquelle se base l’existence de l’armée de terre et la nécessité d’un service militaire obligatoire, la construction de genre et du rôle social masculin et les rapports de la violence symbolique entre les dominants, les officiers, et les dominés, les soldats, pour examiner leur empreinte sur le suicide de ces derniers. Quant aux militaires de carrière qui mettent fin à leurs jours, le questionnement se déplace vers le suicide au sein d’un milieu professionnel.

21 juin 2016

Drongiti Angeliki

Angeliki Drongiti
Cresppa-CSU
59-61 rue Pouchet
75849 Paris Cedex 17
 Lui écrire


^