Imprimer

Recherches récentes

 

Enseigner l’architecture : modèles, représentations et pratiques pédagogiques.
Ce nouveau projet recherche et séminaire interdomaines Master en S8 à l’ENSAPVS (dès le printemps 2018 codirigé avec Antonio Brucculeri) souhaite s’inscrire dans le cadre du programme national sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture au 20e siècle (HEnsA20), piloté par le Comité d’histoire et le BRAUP du Ministère de la Culture et de la Communication. En saisissant les opportunités de recherche créées, l’objectif dans les cinq ans à venir est d’aboutir à l’élaboration d’une histoire de l’école de Paris-Val de Seine qui serait l’un des principaux volets d’une histoire croisée des acteurs et des institutions qui ont contribué aux transformations de l’enseignement de l’architecture dans le milieu parisien pendant les cinq dernières décennies.

Exposition prévue en novembre 2019 à l’ENSAPVS, dans le cadre du colloque sur l’enseignement de l’architecture au XXème siècle en Ile-de-France : une histoire croisée (28-30 novembre 2019).

Architectes, archives et institutions. L’organisation de la profession.

De la SCA (1840-1953) à l’Académie d’Architecture : Fondée sous la monarchie de Juillet, à une époque où le statut professionnel de l’architecte n’est pas réglementé, la Société Centrale des Architectes (1840-1953) devient un acteur majeur dans l’organisation de la profession et la réforme de l’enseignement. Suite à l’organisation de l’exposition " Les Trésors de l’Académie d’Architecture " et la journée d’étude " Archives " en octobre 2015, le premier objectif, en tant que responsable des archives, est la reconstitution du fonds de la Société Centrale d’Architectes (1840-1953) qui contribuerait à retracer l’histoire de la genèse de l’institution architecturale mais aussi à mieux comprendre ce que les gens font ensemble et ce qu’ils fabriquent : des stratégies, des connaissances, des conventions, des représentations. Il s’agit de faire non seulement sa monographie mais étudier sa position au sein du milieu associatif et ses rapports aux diverses institutions (l’Etat, l’Ecole des Beaux-Arts, l’administration des Bâtiments civils). Cette histoire croisée nous permettrait d’éclaircir les clivages entre Paris et la province et entre niveaux national et régional, les hiérarchies et les tensions qui structurent le champ professionnel, mettre en lumière les questions qui perdurent ou resurgissent dans des contextes historiques différents- notamment la réorganisation des études d’architecture ainsi que de la figure persistante de l’architecte-artiste et sa vulnérabilité face à ses concurrents successifs - mais aussi de mieux comprendre les accords, les coopérations, les combats qui rassemblent et les procédures par lesquelles se construisent entre les acteurs, ce que Howard Becker appelle des « compréhensions partagées » .

Voir, Jean-Pierre Peneau et Marilena Kourniati, Archives, acteurs et institutions. Actes des journées d’étude des 15 et 16 octobre 2015, Académie d’Architecture, Paris, 2017 ; Co-organisation des journées d’étude " Archives, acteurs et institutions ", Académie d’Architecture, Paris, 15 et 16 octobre 2015 et de l’exposition "Trésors de l’Académie d’Architecture" (printemps 2015).

Les Congrès Internationaux d’Architecture Moderne : les CIAM sont ici analysés non pas en tant que doctrine, comme cela est fréquent, mais en tant qu’organisation, créée en parallèle des assemblées éphémères que constituent les congrès, et dont la structure et le mode de fonctionnement sont à la fois un enjeu et une condition du déroulement de l’action. Les CIAM adoptent la forme codifiée d’un modèle organisationnel normalisé, mais n’appliquent pas les règles de fonctionnement de base.
Structure verrouillée, et riche en contradictions par ses ambitions de former à la fois une organisation internationale, une avant-garde, et un mouvement réformateur pour s’imposer sur le marché de la profession, les CIAM génèrent leur propre dissolution.
L’analyse des CIAM en tant qu’organisation nous informe sur la topographie des positions des acteurs et leurs regroupements et offre aussi une perspective neuve pour mieux comprendre la difficulté qu’ont à trouver un système stable pour se reproduire.

Livres d’architectes. Écrire l’architecture
Codirection avec Pierre Chabard du programme de recherche « Des livres, Des architectes (1945-1999) », financé par le Bureau de recherche architecturale et urbaine du ministère de la culture (BRAU)
Outre des édifices, la culture architecturale est jalonnée par des livres. Cependant les usages historiographiques cantonnent trop souvent ces livres soit au statut de source, où s’abreuve une histoire des idées, soit au statut de corpus où s’abîment des analyses très internalistes, que celles-ci portent sur leurs conditions textuelle ou matérielle. Cet ouvrage collectif soumet les livres des architectes à un tout autre type d’enquête qui les saisit cette fois comme des objets inscrits dans l’espace social.

15 janvier 2019


^