Imprimer

Chapitres d’ouvrages

 

  • « Les professionnels entendants de la surdité entre engagements tamisés et engagements visibles dans un contexte de crise : début du "Réveil Sourd" », in Jean-Pascal Higelé & Lionel Jacquot (dir.), Figures de l’engagement. Objet, formes, trajectoires Nancy, Presses universitaires de Lorraine, avril 2017, p. 21-41.

Résumé :
Ce texte analyse comment l’engagement en faveur de la langue des signes (et du modèle « visuel –gestuel ») dans l’éducation des sourds s’articule à des enjeux de reconnaissance et d’influence des différents groupes professionnels intervenant dans ce champ et aux pratiques professionnelles qui se construisent ainsi à cette occasion. L’engagement professionnel de corps professionnels émergents dans les années 1970 et l’émergence d’un Mouvement sociale qui cherche à extraire les sourds d’une définition par le handicap pour affirmer une identité sourde, entrent en écho. L’analyse proposée ici montre comment trois professions - les professeurs, les éducateurs et les orthophonistes – sont engagées dans cette articulation entre enjeux de la place de la profession et des pratiques professionnelles sur la question de la langue des signes (LS) : un engagement par et pour la LS, en somme.

  • « Quand la surdité fait profession : lutte des sourds pour l’accès à l’enseignement et la reconnaissance de leurs compétences », in Frédéric Reichhart & Aggée Lomo (dir.), Aux frontières de l’altérité. Handicap, inclusion et accessibilité dans l’espace francophone, éditions Connaissances & Savoirs, coll. L’Exote - Carnet d’ethnologie, à paraitre au second semestre 2018.

Résumé :
Lors de cet article, notre propos est de questionner les représentations de la surdité à travers la « difficile » trajectoire des sourds qui réclament le statut de professeur, possibilité qui s’offrira officiellement à eux seulement en 2010 avec la création d’un CAPES de la langue des signes française. Cet article est construit sur une double approche, en sociologie et en didactique des langues. Ornela Mato éclaire les pratiques des premiers sourds engagés sur le terrain pédagogique, en mobilisant des entretiens semi-directifs, réalisés auprès de « professionnels entendants de la surdité » et de sourds (professionnels de la surdité et responsables ou membres d’associations), mais aussi à partir de la consultation de revues (professionnelles et institutionnelles). Véronique Geffroy montre l’évolution des dispositifs de formation et les avancées législatives, en s’appuyant sur des archives socio-historiques et des textes réglementaires.

19 janvier 2018


^