Imprimer

Ouvrages (chronologique)

 

Dominique Memmi La revanche de la chair. Essai sur les nouveaux supports de l’identité Paris : Seuil, « La couleur des idées », 2014 - 288 p.

Après avoir exhorté les pères à couper le cordon ombilical, on a ré-incité les mères à allaiter, puis valorisé le contact peau à peau avec leur nouveau-né, et certains les invitent à contempler leur placenta. Désormais, les parents d’un enfant mort-né sont encouragés à le toucher ou à le photographier. (...) Lire la suite...



Dominique Memmi La seconde vie des bébés morts Paris : Éditions de l’EHESS, coll. Cas de figure, 2011 - 208 p.

Escamoter l’enfant mort et inciter les parents à « passer à autre chose », tel était l’usage jusqu’alors dans les hôpitaux européens. Depuis le début des années 1990, Apprendre à « faire son deuil », telle est la règle désormais. Le deuil devient volontariste, presque appliqué. Mais le plus surprenant est (...) Lire la suite...



Dominique Memmi Faire vivre et laisser mourir : le gouvernement contemporain de la naissance et de la mort, Paris : La Découverte, 2003 - 309 p.

Demander une assistance médicale à la procréation, recourir à l’avortement pour des raisons diverses, contrôler après coup une conduite sexuelle à risque par une pilule du lendemain, et bientôt peut-être exiger d’être euthanasié : depuis que l’État s’est engagé dans un processus de dépénalisation de ces (...) Lire la suite...



Dominique Memmi, Jules Romains, ou : La passion de parvenir, Paris : La Dispute, 1998 - 92 p.

Jules Romains, petit-fils de paysans, fils d’instituteur, boursier de la République, finit bourgeois et académicien. Cette réussite sociale fut l’affaire de toute une vie de labeur littéraire. Elle fut aussi le résultat d’un délicat compromis intérieur entre le désintéressement idéal de l’artiste et (...) Lire la suite...



Dominique Memmi, Les Gardiens du corps. Dix ans de magistère bio-éthique, Paris : Éditions de l’EHESS, 1996 - 251 p.

Que peut-on prendre du corps pour le consommer à des fins médicales, scientifiques ou personnelles, et dans quelles conditions ? Qui a le droit d’en décider pour la collectivité, en ce temps de profondes mutations de la technologie biomédicale ? C’est cette double question que la bioéthique pose à la (...) Lire la suite...



Dominique Memmi, Du récit en politique. L’affiche électorale italienne, Paris : Presses de la FNSP, 1986 - 177 p.

Parce que les partis pratiquent la surenchère autour des valeurs communes, leur discours et leur vocabulaire tendent à se ressembler. Mais cela est particulièrement vrai pour l’affiche politique. Ce moyen de communication entre partis et électeur a jusqu’ici été délaissé par les politistes et les (...) Lire la suite...




Directions d’ouvrages (chronologique)

Dominique Memmi, Gilles Raveneau et Emmanuel Taïeb (Ed.), Le social à l’épreuve du dégoût, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2016 - 218 p - (Préface de Georges Vigarello).

Résumé : Corps du malade, du mourant, du mort, du pauvre : au cœur de nos sociétés contemporaines, des agents administrent pour le monde social et à sa place les marges de la vie biologique et sociale. Comment les pompiers, les travailleurs sociaux, les employés des pompes funèbres, les (...) Lire la suite...



Gilles Raveneau, Dominique Memmi et Emmanuel Taïeb (coord.) Dossier « Anatomie du dégoût ». Ethnologie française, 2011, n° 1, 180 p.

Sommaire du dossier : Dominique Memmi, Gilles Raveneau, Emmanuel Taïeb « Introduction La fabrication du dégoût » Claire Margat « Phénoménologie du dégoût Inventaire des définitions » Christian Bromberger « Note sur les dégoûts pileux » Aurélia Mardon « Honte et dégoût dans la fabrication du féminin (...) Lire la suite...



Dominique Memmi, avec F. Bellivier « Corps et sciences sociales », Corps, n°9, avril 2011.

C’est le corps qu’envisagent les disciplines étudiant l’homme et la société, qui est présenté ici. Se sont penchés sur lui des représentants de l’histoire, de l’histoire de l’art, de l’anthropologie, de la sociologie, de la science politique, et du (...) Lire la suite...



Dominique Memmi, Emmanuel Taieb « L’État et la mort », Sociétés contemporaines, n°75, octobre 2009.

Quelles formes prend aujourd’hui la mort donnée par l’État ? Après un changement de fond quant à l’administration du début de la vie, aurait-on affaire au bouleversement de la gestion politique de la mort ? Et quel est le lien entre ces deux phénomènes ? Contraception, avortement pour raisons (...) Lire la suite...



Dominique Memmi, avec D. Guillo et O. Martin (eds.) La tentation du corps. Corporéité et sciences sociales, Paris : Éditions de l’EHESS, 2009 - 273 p.

Les sciences sociales françaises ont longtemps délaissé ou dévalué le corps, traduisant ainsi leur défiance à l’égard d’un thème marqué par l’idéologie et les excès du biologisme à l’anglo-saxonne. Depuis, un changement profond s’est amorcé. Le corps a peu à peu été réintroduit non seulement comme objet (...) Lire la suite...



Dominique Memmi, Didier Fassin (eds.) Le Gouvernement des corps, Paris : Éditions de l’EHESS, 2004 - 276 p.

Le gouvernement des corps s’exprime à travers une multitude d’actions et sur une diversité de scènes : éducation et répression de l’usage du tabac, diffusion de médicaments de l’impuissance, transfert des soins de l’hôpital vers la famille, réglementation de l’interruption de grossesse et de la gestion de (...) Lire la suite...



Dominique Memmi « Le corps protestataire », Sociétés Contemporaines, n°31, juillet 1998.

Quel intérêt aurait la sociologie - et a fortiori la science politique - à prendre plus systématiquement en compte la dimension corporelle de la vie sociale ? Ne le fait-elle pas déjà passablement ? N’existe-t-il pas des sociologies sectorielles qui s’en chargent suffisamment ? Et n’est-il pas assez de (...) Lire la suite...



19 mars 2018


^