Imprimer

Recherches en cours

 

- « Démocraties sanitaires au prisme des inégalités sociales »

Le projet postdoctoral « Démocraties sanitaires au prisme des inégalités sociales » porte sur le processus d’information mis en acte par le personnel médical afin de favoriser la prise de décisions de la part des patients vis-à-vis des choix concernant le corps, la santé et la maladie. L’abandon de l’idée de déléguer toute décision médicale aux professionnels de santé donne une importance croissante à la relation médecins- patients. Or, dans quelle mesure on peut parler d’une véritable démocratie sanitaire ? Quelles inégalités ou discriminations sociales les patients rencontrent-ils dans l’espace hospitalier ?
Mon projet de recherche postdoctoral, financé par l’Institut d’Études Européennes de l’Université de Turin, prend ces questions comme point de départ pour analyser les enjeux liés à la pratique du consentement éclairé dans les différents services hospitaliers de la ville de Turin (Italie). Parmi les services sollicités par l’enquête ethnographique réalisée entre septembre 2014 et février 2015 on trouve : la médecine interne, la chirurgie, la cardiologie, la transplantation d’organes, l’oncologie, la psychiatrie, la pédiatrie, la gériatrie, l’obstétrique et la gynécologie, les soins palliatives, la réanimation.

Les modalités d’interaction médecins- patients ont été étudiées depuis deux points de vue : le droit à l’auto-détermination du parcours de soins, pour les patients, et l’émergence de nouveaux défis éthiques, bioéthiques et sanitaires, pour le personnel médical. Dans le premier cas, il s’agit de comprendre dans quelle mesure l’identité socioculturelle des patients (variables liées à l’âge, au sexe, à la classe, à la religion et à l’origine étrangère) joue un rôle décisif dans la construction du parcours de soins et dans l’accès aux informations nécessaires sur le diagnostic, le pronostic, les avantages et les conséquences de la thérapie. Dans le deuxième cas, l’analyse vise à souligner les limites imposées par les inégalités sociales dans le processus d’information des patients, surtout lorsqu’il s’agit de pathologies et de choix thérapeutiques comportant une forte dimension bioéthique.

26 avril 2016


^