Imprimer

Recherches en cours

 

- Monde, champ, marché : mutations et reconfigurations dans le domaine des arts visuels, du XVIIIe siècle à aujourd’hui
Ce programme de recherche a pour objectif l’élaboration d’une analyse structurale et diachronique des espaces de production culturelle, à travers l’étude des évolutions des formes de professionnalité des différents acteurs de la création, des systèmes normatifs, ou des circuits de production et de valorisation des œuvres. Il est fondé sur les aspects heuristiques de l’aller-retour entre les époques et d’un dialogue permanent entre les méthodes (qualitatives, quantitatives) et les disciplines (sociologie, histoire, histoire de l’art). Il comporte deux enquêtes complémentaires qui se nourrissent l’une l’autre : la première a pour cadre le monde de la production d’images (peinture, gravure) des années 1780 aux années 1840 ; la seconde, le marché international de la production audiovisuelle depuis les années 1990 (en particulier celui qui concerne les séries télévisées).
Il s’agit ici de comparer deux espaces de production culturelle à un moment crucial de leur histoire, c’est-à-dire lorsqu’ils sont marqués par un faisceau de transformations (morphologiques, technologiques, économiques, nomologiques, juridiques…) induisant de profondes reconfigurations des structures et de l’organisation de ces espaces, en un temps relativement limité. Les deux terrains composant cette recherche sont des espaces de production culturelle relevant du domaine des arts visuels, et qui s’imposent comme des champs dominants dans la production culturelle de leur époque, au sens où, partagés entre un pôle de production légitime/savante et un pôle de production commerciale/populaire, ils s’imposent comme des vecteurs idéologiques et normatifs fondamentaux dans la société de leur temps.

Pour mettre en évidence les évolutions que connaissent ces deux mondes de l’art, je mobilise donc plusieurs niveaux d’analyse, à la fois macrosociologique/macrohistorique (analyse des structures générales des espaces de production culturelle) et microsociologique/microhistorique (reconstitution fine de trajectoires individuelles, étude monographique de marchés locaux). Cette double approche est complétée par un traitement à la fois quantitatif et qualitatif des données archivistiques et ethnographiques recueillies.

1er mai 2016


^