Imprimer

Contact

Laurine Thizy
Cresppa-CSU
59-61 rue Pouchet
75849 Paris Cedex 17

28 novembre 2016

Laurine Thizy

Doctorante à l’université Paris 8


 

Thèse en cours

Laurine Thizy « Parler d’avortement. L’expression d’un for intérieur féminin entre confidence et intériorisation des normes procréatives et sexuelles », thèse de sociologie à l’Université Paris 8, sous la direction de Dominique Memmi.

Cette thèse interroge le rôle que joue la parole (ou la non-parole, c’est-à-dire le tabou) dans le contrôle social qui s’exerce sur les femmes ayant recours à l’IVG. Si l’interaction avec les professionnel•le•s de santé au moment de l’IVG est l’espace incontournable où s’exerce ce contrôle social par l’échange de parole, famille, pairs, institutions, mais aussi internet contribuent également à construire et déconstruire les normes qui encadrent l’IVG.
Cette recherche envisage la parole, et plus précisément la confidence, comme une ressource « féminine » face à l’IVG : car la parole échangée autour de l’IVG n’est pas seulement normalisatrice, elle est également un moment d’expression de soi, et à ce titre peut être envisagée comme un espace d’autonomie, d’acceptation ou d’appropriation de sa trajectoire contraceptive et reproductive. En devenant l’expression d’un « for intérieur » dont il faudra interroger la dimension genrée, la parole s’individualise et se teinte de psychologie : or, cette émergence d’une parole « féminine » sur la reproduction possède une histoire, histoire qu’il faudra retracer pour en montrer les enjeux sociologiques contemporains.


^