Imprimer

Recherches en cours

 

- Après avoir écrit un livre sur l’histoire de la catégorie de « quartier sensible » en France, j’ai mené une recherche sur la mobilisation des classes supérieures pour la « diversité » aux Etats-Unis. Elle est d’abord publiée aux éditions Raisons d’Agir (De bons voisins. Enquête sur la bourgeoisie progressiste), puis traduite en anglais et publiée en 2015 chez Verso (Good Neighbors. Gentrifying Diversity in Boston’s South End). Reposant sur une enquête de terrain dans un quartier gentrifié de Boston, cette recherche retrace l’histoire d’un pouvoir local s’appropriant progressivement un espace et met au jour les transformations des stratégies de distinction sociale au sein des classes dominantes.

- Menée grâce au soutien de la Mairie de Paris, de la Commission Fulbright et de l’Institute for Public Knowledge (New York University), ma dernière enquête est consacrée à l’acceptation de l’homosexualité à Paris et à New York. Portant sur la cohabitation spatiale des populations gays et hétérosexuelles dans les quartiers du Marais et de Park Slope à Brooklyn, elle vise à dégager les caractéristiques d’une attitude « gay-friendly », ses variations selon le sexe et l’âge, et sa fonction de marqueur social au sein d’une population de classes aisées. Elle a fait l’objet d’un ouvrage publié en 2018 aux éditions Raisons d’agir : Gayfriendly. Acceptation et contrôle de l’homosexualité à Paris et à New York.

- Suite à des journées d’études intitulées « D’où viennent les « bobos » ? », financées par la Maison des sciences de l’Homme Paris Nord et le CSU-CRESPPA, j’ai participé à la publication d’un ouvrage collectif aux éditions des Presses Universitaires de Lyon. Reposant sur différentes enquêtes, menées notamment par Jean-Yves Authier, Anaïs Collet et Jean Rivière, il propose d’interroger la catégorie de « bobo », sa trajectoire, ses usages dans différents univers sociaux, et ses implications politiques. Dans un article de l’ouvrage, je retrace l’importation du terme à la faveur de la traduction et la réception en France en 2000 du livre de D. Brooks, Les bobos. Les circulations entre le monde savant, les médias, ou encore les habitants des quartiers concernés permettent ensuite d’éclairer la manière dont les débats sur la gentrification ont émergé en France.

3 janvier 2019


^