Imprimer

Thèse en cours

 

Mona Zegaï, « Performativité des discours sexués sur les jouets dans la socialisation de genre », thèse de sociologie à l’Université Paris 8, sous la direction d’Anne-Marie Devreux (Cresppa-CSU) et de François Leimdorfer (laboratoire Printemps, Université de Versailles-Saint-Quentin).

Résumé
Cette thèse a pour objectif de proposer une analyse des mécanismes sociaux à l’œuvre dans le processus de socialisation sexuée par le biais d’une entrée originale, le jouet. Une approche par le langage permet d’analyser la manière dont se construisent, s’actualisent et se diffusent les catégories « masculin » et « féminin » dans le champ ludique au travers de plusieurs types de discours : ceux, quotidiens et fluides, des enfants et parents au sein de la famille ; ceux, professionnels et plus formalisés, des industriels, commerciaux et ludothécaires dans les champs économiques et de l’accueil de la petite enfance ; ou encore ceux, cristallisés et plus durables, des lieux où cet objet enfantin se donne à voir, à manipuler et/ou à acheter. La perspective de John Austin, selon laquelle dire quelque chose c’est accomplir un acte, est ainsi adoptée : les discours sur les jouets sont considérés comme producteurs de catégories pouvant agir sur le réel. Il s’agit alors d’identifier les acteurs, lieux et moments où la différence sexuée s’organise, ne s’organise pas voire se désorganise, afin de déterminer dans quelle mesure les discours propres au champ ludique contribuent à l’établissement d’une différenciation précoce entre les rôles proposés aux garçons et aux filles et ainsi à la construction d’identités de genre durables. Afin d’analyser le contenu des discours sociaux et leurs effets sur la construction des identités de genre, un protocole de recherche associant plusieurs méthodes et des traitements à la fois qualitatifs et quantitatifs des données empiriques est mobilisé. Sont ainsi recueillies, d’une part, des données issues d’observations directes à la fois participantes (vendeuse à couvert en magasin de jouets) et non participantes (ludothèques) ainsi que des données issues d’entretiens individuels et collectifs avec des enfants (fratries), parents, ludothécaires, vendeurs, commerciaux et fabricants. Sont également collectées, d’autre part, des données « naturelles » (c’est-à-dire non provoquées) issues de documents tels que des catalogues de jouets à destination des professionnels (grande distribution et distribution spécialisée) et des particuliers (les enfants et leur entourage). Ces derniers documents notamment, riches en matériaux langagiers à la fois linguistiques et iconiques, bénéficient conjointement d’une exploitation qualitative (photographie des enfants plongés dans une activité ludique, logos…) et quantitative (statistique textuelle à partir d’un corpus constitué d’argumentaires de vente), par l’utilisation d’outils lexicométriques.

Plan provisoire
1ère partie : Sociologie du jouet et sociologie du genre : Une articulation permettant de réinterroger les différents champs de la sociologie et ses méthodes.
- Chapitre 1  : Sociologie du jouet au prisme du genre. Lorsque le genre permet de réinterroger les enquêtes prenant pour objet le jouet.
- Chapitre 2  : Sociologie du genre par le biais du jouet. Lorsque le jouet permet de réinterroger le genre et les divers champs de la sociologie.
- Chapitre 3  : Les apports de l’analyse de discours et de la statistique textuelle en sociologie et pour l’étude des rapports sociaux de sexe.

2ème partie : Entre catégories de jouets et catégories de genre : les jouets comme outils de construction et de déconstruction du masculin et du féminin
- Chapitre 4 : Les procédés discursifs de construction et d’assignation du masculin et du féminin dans l’objet « jouet » et ses espaces de commercialisation.
- Chapitre 5  : Mouvances, permanences et résistances aux catégories de genre : histoire contemporaine de la classification commerciale des jouets par sexe et du questionnement autour des enjeux politiques du jouet.
- Chapitre 6  : Le jouet au cœur de la socialisation sexuée et de la définition du périmètre d’un champ des possibles : lorsque les interactions et usages dans la famille et les lieux d’accueil des enfants permettent de renforcer ou de résister aux assignations de genre.

3ème partie : Entre objets ludiques et objets idéologiques : le monde des jouets comme microcosme stéréotypé favorisant la construction d’une identité et d’un rapport au monde genrés.
- Chapitre 7 : Une représentation traditionnelle de la division sexuelle du travail productif et reproductif.
- Chapitre 8 : Le rapport à l’espace, au temps et à la technique.
- Chapitre 9 : Le rapport au corps et à l’esthétique.
- Chapitre 10 : Le rapport au savoir et à la science.

22 juin 2016


^