Imprimer

Journées d’étude

lundi 22 janvier 2018 , 13h30 - 17h00 :  Site Pouchet du CNRS, salle de conférences

La gentrification : un concept hégémonique ?

Organisée par : Anaïs Collet (Université de Strasbourg, SAGE) et Camille François, Pierre Gilbert, Colin Giraud, Ana Portilla et Sylvie Tissot (Cresppa-CSU).

Plus de cinquante ans après les réflexions pionnières de Ruth Glass sur la ville de Londres, la notion de « gentrification » s’est imposée comme une catégorie d’analyse et un sous-champ de recherches majeurs des études urbaines. Elle constitue le concept principal au moyen duquel ces études qualifient et analysent les transformations croisées de la morphologie et du peuplement des quartiers populaires de centre-villes faisant l’objet d’une réappropriation résidentielle et symbolique par les ménages de classes moyennes et supérieures. Toutefois, devant la généralisation des usages de la notion, un nombre croissant de recherches critiques interrogent aujourd’hui l’unité empirique et la pertinence théorique de ce concept, ainsi que sa place dans l’internationalisation et l’uniformisation des études urbaines.
La gentrification est-elle la seule catégorie d’analyse permettant de rendre compte des transformations socio-urbaines des quartiers populaires centraux ? Ne conduit-elle pas mettre en équivalence des configurations et des dynamiques urbaines marquées par une grande hétérogénéité, et dont elle tend à invisibiliser la diversité ? Plus précisément, dans quelle mesure cette notion tend-elle à imposer des schèmes théoriques, empiriques et politiques qui sont en vérité spécifiques et tributaires des histoires urbaines et académiques particulières qui l’ont vu naître (celles du Royaume-Uni et des États-Unis de la seconde moitié du XXe siècle) ?
Cette demi-journée d’études propose de revenir sur ces interrogations grâce aux présentations de chercheurs ayant développé une analyse critique de la notion de gentrification.




  • Programme


    13h30  : Introduction – Camille François et Ana Portilla


    13h40 : « La gentrification et la question de sa portée globale » – Thomas Maloutas (université Harokopio d’Athènes), auteur de « Travelling concepts and universal particularisms : a reappraisal of gentrification’s global research » paru en 2017 dans European urban and regional studies.


    15h30 : « Des gentrifications. Perspectives européennes » – Marie Chabrol (université de Picardie-Jules-Verne), Anaïs Collet (université de Strasbourg) et Hovig Ter Minassian (université François Rabelais de Tours), co-auteurs, avec Matthieu Giroud, Lydie Launay et Max Rousseau, de Gentrifications, paru en 2016 aux éditions Amsterdam.



^