Imprimer

Articles

 


  • Jean Boutier et Yves Sintomer, « La République de Florence (12e-16e siècle): Enjeux historiques et politiques », Revue française de science politique, vol.64, n°6, 2014 - p. 1055-1199.
    Résumé : Les communes médiévales et renaissantes ont réinventé le politique, entendu au sens d’un débat public sur les choses de la cité appuyé sur des procédures électives et délibératives permettant aux citoyens une participation politique institutionnalisée. La Commune de Florence occupe une place centrale dans cette évolution, mais ce moment important de l’histoire occidentale reste largement méconnu chez les auteurs francophones, et tout particulièrement chez les politistes. Cet article introduit le numéro de la Revue française de science politique sur l’histoire politique de Florence, centré sur les procédures institutionnelles permettant de prendre des décisions et de choisir les magistrats. Il en souligne certains des principaux enjeux pour les recherches sur le politique, bien au-delà des spécialistes de l’histoire florentine.

  • Coline Cardi, « Les quartiers mères-enfants : l’ "autre côté" du dedans », Champ pénal/Penal field, vol.XI, 2014 - en ligne : http://champpenal.revues.org/8762 (Consulté le 22 janvier 2014).
    Résumé : À partir d’une étude ethnographique des « quartiers mères-enfants » en prisons de femmes, réalisée sur la base d’archives, d’entretiens et d’observations, cet article éclaire la dimension genrée du traitement pénitentiaire et, au-delà, du contrôle social des femmes. Les dispositions législatives spécifiques aux conditions de détention des mères sont, dans les textes réglementaires et dans les pratiques, plutôt avantageuses et témoignent, en miroir, de la logique de protection qui entoure les mères devant la justice pénale. Cependant, ce traitement en apparence plus favorable pour certaines, se solde en fait par d’autres types de contrôles. Protégées, les mères sont aussi placées sous surveillance, parce que perçues comme une population à risque. Le risque n’est pas ici seulement d’ordre sécuritaire : il désigne le danger éducatif et psychologique que peuvent représenter ces femmes, potentielles « mauvaises mères ». On observe ainsi la mise en place de disciplines au féminin à l’intérieur de la prison, mais aussi aux marges du carcéral, dans des dispositifs régis par le droit civil et le droit social quand ils touchent à la famille et à la protection sociale. Entrent ainsi en interaction, dans l’espace même de la détention et de la pénalité, des dispositifs et des législations rarement appréhendés ensemble. En ce sens, si la nurserie se présente comme une zone d’exception au sein de l’univers carcéral, il est en fait à l’image des logiques d’encadrement de la maternité qui président dans et hors les murs et se partagent entre pénalité et protection.

  • Coline Cardi et Stéphanie Latte Abdallah, « Vécus de la carcéralité des mères et des pères », Champ pénal/Penal field, vol.XI, 2014 - en ligne : http://champpenal.revues.org/8815 (Consulté le 22 juin 2014).
    Résumé : La question des liens familiaux des femmes et des hommes incarcéré.e.s, si elle est longtemps restée dans l’ombre, a connu un regain d’intérêt en France depuis une quinzaine d’années. Cet essor des recherches françaises résulte du croisement récent de domaines de la sociologie qui s’étaient jusqu’à présent développés séparément : la sociologie de la prison, la sociologie de la famille et la sociologie du genre. Il est également le résultat des évolutions en matière de droits des détenus (et, ...

  • Baptiste Coulmont, « Police économique : le petit commerce pornographique sous l'œil de la police, 1965-1971 », Regards croisés sur l'économie, n°14, 2014 - p. 25-37.
    Résumé : Avant 1973, le commerce pornographique est un commerce clandestin, étroitement surveillé par la police des mœurs. En utilisant les rapports d’enquête, cet article montre que cette brigade qui semble spécifique agit comme une police économique, en repérant sous l’angle du marché, de l’échange et de l’organisation économique tout un ensemble de pratiques.

  • Baptiste Coulmont, « Changing One’s First Name in France: A Fountain of Youth? », Names, vol.62, n°3, 2014 - p. 137-146.
    Résumé : A change of name is a change of identity. Many studies have focused on changes in ethnic identity, because those who change their name are often descendants of migrants or migrants themselves. This article focuses on first name changes in France. It shows that those who change their first name are indeed overwhelmingly the descendants of migrants, but that their identity change is multidimensional. Changing one’s first name is also a way to get a younger first name.

  • Sibylle Gollac, « Deux femmes détestables ? Dire les inimitiés en famille », Genèses, n°96, 2014 - p. 9-34.
    Résumé : Cet article explore, à partir de deux monographies au long cours, les conditions de l’expression d’inimitiés au sein de la famille en se concentrant sur deux figures : une sœur et une belle-sœur. Ces inimitiés constituent des mises en cause autant que des rappels à l’ordre de l’appartenance au groupe familial, tant du point de vue des solidarités quotidiennes que des enjeux de reproduction du statut social du groupe. Leurs modes d’énonciation varient bien selon qu’elles portent sur une consanguine ou sur une alliée, mais leurs traits communs révèlent aussi le poids du genre dans l’expression des sentiments au sein de la famille.

  • Jean-Marie Guillouët, Caroline A. Jones, Pierre-Michel Menger et Séverine Sofio, « Enquête sur l’atelier : histoire, fonctions, transformations », Perspective. La revue de l’INHA, n°1, 2014 - p. 27-42.
    Résumé : Une stylisation de l’histoire de l’atelier d’artiste fait dépendre ses fonctions du degré d’individualisation du travail créateur, des innovations esthétiques et de l’économie de la production artistique. La périodisation qui suit fournit une trame sommaire. Indistinction entre art et artisanat d’abord : les ateliers sont situés dans les monastères, dans les demeures des mécènes de la cour ou se confondent avec le domicile ou avec la boutique d’artisan en ville. Variabilité croissante des emp...

  • Antoine Mazières, Mathieu Trachman, Jean-Philippe Cointet, Baptiste Coulmont et Christophe Prieur, « Deep tags: toward a quantitative analysis of online pornography », Porn Studies, vol.1, 1-2, 2014 - p. 80-95.
    Résumé : The development of the web has increased the diversity of pornographic content, and at the same time the rise of online platforms has initiated a new trend of quantitative research that makes possible the analysis of data on an unprecedented scale. This paper explores the application of a quantitative approach to publicly available data collected from pornographic websites. Several analyses are applied to these digital traces with a focus on keywords describing videos and their underlying categorization systems. The analysis of a large network of tags shows that the accumulation of categories does not separate scripts from each other, but instead draws a multitude of significant paths between fuzzy categories. The datasets and tools we describe have been made publicly available for further study.

  • Nicolas Robette et Olivier Roueff, « An eclectic eclecticism: Methodological and theoretical issues about the quantification of cultural omnivorism », Poetics, vol.47, 2014 - p. 23-40.
    Résumé : Cultural eclecticism has been the focus of most sociological debates pertaining to cultural practices since the publication of Richard Peterson's first articles on the topic. Underlying these debates surrounding results, the prevailing definitions and methods are particularly striking for their… eclecticism. And although it is not explicitly stated, it appears that sociologists disagree over the parameters of inquiry – how the object of study is constructed and all manner of methodologies, rather than over hypotheses and whether or not they are valid. In this paper, we shall extend and systematize assertions that appear in various works on omnivorousness. Our aim is to determine the theoretical implications of the three groups of choices that seem critical in statistical methods of studying cultural eclecticism: choices concerning indicators of taste; methods of constructing a scale of cultural legitimacy; and indicators of cultural omnivorousness.

  • Yves Sintomer, « Les types purs de domination légitime : forces et limites d’une trilogie », Sociologie, vol.5, n°3, 2014 - p. 319 -333.
    Résumé : L’édition critique allemande de l’œuvre de Weber et les traductions françaises récentes de certains de ses textes fondamentaux offrent l’occasion d’un nouvel éclairage sur les types purs de la domination légitime. Cet article revient sur la genèse des trois idéaux‑types et s’interroge ensuite sur la question de la trilogie. Il montre que d’autres choix étaient en théorie possibles, insistant notamment sur la domination féodale ou sur la légitimation de la domination par les produits qu’elle offre aux dominés, ce qui permet en retour de mieux saisir la spécificité de la conceptualisation wébérienne. L’idée évoquée et vite abandonnée par Weber d’un quatrième mode, démocratique, de domination légitime, est symptomatique de la difficulté du sociologue à conceptualiser et à analyser concrètement la démocratie ou les résistances des subalternes. Ces réflexions incitent à penser un idéal‑type pur de la démocratie ou de la démocratisation, qui devrait être mobilisé aux côtés des modes purs de la domination légitime pour penser les dynamiques sociopolitiques empiriques.

  • Sylvie Tissot, « Loving Diversity/Controlling Diversity: Exploring the Ambivalent Mobilization of Upper-Middle-Class Gentrifiers, South End, Boston: Diversity and ambivalent gentrifiers in South End, Boston », International Journal of Urban and Regional Research, vol.38, n°4, 2014 - p. 1181-1194.
    Résumé : This article centers on a group of upper-middle-class gentrifiers living in a neighborhood in the South End of Boston, and their complex attitude towards diversity. I use data from my fieldwork in the South End, based on ethnographic observation and 77 interviews with residents active in local organizations, such as neighborhood associations. These residents explicitly stress their endorsement of diversity, in terms of class, race, but also sexual orientation, and their commitment to maintaining it. I examine the meaning they give to this principle, the actions they take in its name and the kind of relations they establish with those ‘others’ who embody such diversity. I argue that the gentrifiers' love of diversity, which cannot be reduced to sheer hypocrisy, is intrinsically linked to their capacity to control it, thus shedding light on the changing definition of social distinction in upper-middle-class culture.


 
26 février 2018



^