Imprimer

Ouvrages

 

Marie Ménoret, Les temps du cancer, nouvelle ed., Le Bord de l’eau éditions, 2007 - 250 p., préface d’Antoine Spire.

Le cancer est, si l’on en croit la formule consacrée, une « longue maladie ». Cet ouvrage de sociologie, fondé sur une observation participante qui donne à voir son sujet à l’épreuve in situ, analyse cette temporalité typique du cancer.
Le plus souvent, le fait de se soigner soumet à un contact de longue durée avec la médecine : il y a d’abord tout ce qui relève de la démarche diagnostique en amont des soins à proprement parler ; il y a ensuite le temps des traitements ; et puis, quelle que soit la durée de ces soins, il y a enfin le temps du contrôle des résultats qui s’échelonne encore sur une dizaine d’années si aucune récidive n’apparaît entre-temps. Chaque patient voit son existence soumise à un contact régulier avec la médecine anticancéreuse et s’emploie à mettre en œuvre un travail, le plus souvent solitaire, d’ajustement à ce dispositif de soins.
Cet ouvrage examine la façon dont les personnes malades se trouvent soignées par une médecine hautement spécialisée ayant engendré un modèle de prise en charge qui, s’il est approprié aux maladies aiguës, est encore loin d’être adapté aux maladies de longue durée.

Marie Ménoret, après avoir vécu personnellement cet événement alors qu’elle était encore étudiante, a souhaité rendre compte de la dimension non plus individuelle mais sociale et collective de l’expérience du cancer. Elle s’est alors immergée dans le monde d’un centre de lutte contre le cancer. Elle a à la fois (re)vécu l’expérience du patient dans la continuité, se faisant parfois aide-soignante pour les besoins de son observation, et a analysé en sociologue la totalité des étapes que le malade doit franchir.

Comment un système de soins élabore-t-il les objectifs qui s’inscrivent entre chronicisation de la maladie et guérison ? Comment l’institution sanitaire régit-elle les contraintes de la temporalité de la maladie ? Comment les soignants s’engagent-ils dans leur activité professionnelle, compte tenu de l’état du savoir médical ? Mais surtout comment les malades vivent-ils leur cancer et la prise en charge ? Marie Ménoret s’est attachée à décrire les interactions entre malades, proches et soignants.

25 avril 2016


Marie Ménoret

Maîtresse de conférences à l’Université Paris 8
Cresppa-CSU
Page personnelle




^