Imprimer

Soutenance de thèse


Maud Gelly

Maud Gelly, « Classer pour soigner ? Savoirs d’État, idéologie préventive, raisons pratiques. Enquête sociologique sur le dépistage du sida », thèse pour le doctorat de sociologie à l’Université Paris 8, sous la direction de Dominique Memmi et de Patrice Pinell.

mercredi 14 décembre 2016 à partir de 14h00, Site Pouchet du CNRS, salle de Conférences, Plan d’accès

Résumé :

Comment le travail de santé fabrique-t-il de l’inégalité ? Sur le terrain du dépistage du sida, les individus consultent tous pour le même motif, dans un cadre de consultation anonyme et gratuit. Celui-ci permet d’observer comment des soignant.e.s classent les usager.e.s des services de santé dans des catégories sociales/genrées/sexuelles/raciales, et différencient leur offre de biens de santé face à une demande identique, en l’absence de contrainte budgétaire. Il s’agit ainsi de rendre compte de pratiques de classement des agents de santé publique et de leurs effets sociaux.

L’enquête combine des matériaux variés : archives directes ; analyse quantitative ; 53 entretiens semi-directifs approfondis avec des témoins de l’évolution du dispositif de dépistage, les médecins et les infirmier.e.s des CDAG investigués et avec des salarié.e.s non-professionnel.le.s de santé des associations enquêtées ; observation directe de 214 interactions entre prestataires et destinataires du dépistage entre 2012 et 2014 dans deux types de centres de dépistage : publics, accueillant la population générale (trois hospitaliers et un municipal), et associatifs, accueillant des populations ciblées (deux locaux de AIDES et le Kiosque Infos Sida).

Mis en œuvre par des médecins, infirmières et infirmiers, et des salarié.e.s d’associations non-professionnel.le.s de santé, le dépistage du sida permet de faire la part des effets de la socialisation professionnelle, de la position et de la trajectoire sociales des agents sur leurs pratiques de classement, qui se déploient entre reprise des catégories du sens commun et imposition de catégories savantes. Les matériaux ethnographiques permettent de mettre au jour des opérations de classement, objectivées dans des dossiers médicaux ou restant de l’ordre de l’implicite.

L’observation des interactions met en évidence l’origine d’un traitement différencié des usager.e.s : les agents de santé publique apportent davantage d’explications à celles et ceux qui les comprennent le mieux, sauf dans les cas où une connaissance plus fine des appartenances sociales et des pratiques des usager.e.s (acquise lors de rares interactions plus longues) permet aux agents du dépistage d’apporter des informations préventives adaptées aux situations individuelles. L’observation des interactions met en évidence une faible prise en compte des appartenances de genre et de classe, et une racialisation des catégories sexuelles : seuls les hommes blancs sont interrogés sur leur (homo)sexualité et reçoivent des informations plus personnalisées, quand les femmes et hommes non-blancs sont supposés hétérosexuels, et reçoivent dès lors des conseils plus standardisés.

Le cas du dépistage du sida permet donc de comprendre comment des savoirs d’État désignent des cibles prioritaires et, ce faisant, produisent des effets sur le travail des agents de santé publique. Quand bien même l’enquête montre que les agents sont équipés pour prendre en compte les appartenances sociales dans leur travail, l’accent mis sur la prévention et l’éradication de la maladie les empêche de penser les inégalités sociales entre les malades et, ce faisant, contribue à les amplifier.

Composition du jury :

- Vincent Dubois (président)
- François Buton (rapporteur)
- Marie Jaisson (rapporteure)
- Anne Paillet
- Dominique Memmi (directrice)
- Patrice Pinell (co-directeur)


21 avril 2017

Thèses en cours au CSU

Thèses soutenues depuis 1999

HDR soutenues



Soutenances de thèses

mercredi 22 novembre 2017 à 15h00

Camille François, « Déloger le peuple. L’État et l’administration des expulsions locatives », thèse pour le doctorat de sociologie à l’Université Paris 8, sous la direction de Sylvie Tissot. Résumé : Chaque année, près de 165 000 ménages locataires sont assignés au tribunal par leurs propriétaires dans le (...) lire suite


mardi 17 octobre 2017 à 10h00

Sabine Lamour, « Entre imaginaire et histoire : une approche matérialiste du poto-mitan en Haïti », thèse pour le doctorat de sociologie à l’Université Paris 8, sous la direction de Gail Pheterson. Résumé : Les études sur les sociétés post-esclavagistes de l’Amérique et de la Caraïbe considèrent le rôle (...) lire suite



^