Imprimer

Thèmes du projet d’équipes GTM

Axe 3. Le travail à l’articulation des relations entre métiers et expression différenciée des émotions

Les travaux de recherches à partir de terrains variés affrontent deux questions centrales pour comprendre les enjeux actuels de définition des métiers, de l’activité de travail et de santé :

Comment, en référence à des métiers différents, les salariés parviennent-ils à se coordonner, à coopérer et à construire un service qui réponde aux mêmes critères de qualité et de travail bien fait ? Le travail collectif de l’équipe mobilisera différents concepts pour analyser les difficultés et les formes de la mobilisation dans le travail : les concepts de traduction, de négociation. La construction de l’analyse prendra en compte à la fois la définition et le fonctionnement des organisations, les références des groupes de métier concernant notamment le travail bien fait, la conception du service à mettre en œuvre. Cette réflexion pourra aussi s’alimenter à la réflexion commune des équipes CRESPPA concernant le mal être des salariés.
Nous privilégierons l’approche en termes de genre, les recherches dans cette perspective étant peu systématisées. L’analyse des travaux prenant en compte le prisme du genre montre que cette perspective pour judicieuse qu’elle soit est excessivement complexe à traiter. Aussi, notre ambition est d’affiner les présupposés épistémologiques et méthodologiques qui permettent de rendre compte des différences de santé des acteurs selon le genre. Si notre approche met en évidence l’importance de la subjectivité, elle vise à rendre compte avant tout des faits qui participent de dynamiques différenciées pour les hommes et les femmes ; cette approche souhaite articuler les recherches sur la santé au travail avec celles concernant les inégalités de santé dans leur ensemble (la dimension macro sociale). Ce travail a commencé en 2012 par un séminaire mensuel, « le mal être du genre au travail », s’appuyant sur un conseil scientifique ; il se prolongera par un colloque international fin 2013. L’opération est financée par le DIM GESTE de la région Ile de France avec le concours de l’ANACT, du GTM et de l’université de Paris 8.


Le travail que les salariés conduisent sur leurs émotions prend-il des formes, des expressions différentes selon les mondes dans lequel il est produit ? La comparaison des contextes de sa production a une vertu heuristique permettant notamment de rendre compte de manières de faire différenciées selon qu’on se situe dans un travail à distance du public ou en interaction avec celui-ci. Comment les places occupées, l’inscription dans des métiers distincts conduisent-elles les acteurs à aborder différemment les émotions dans leurs propres métiers et à les travailler de manière différente ? Nous faisons l’hypothèse que ce travail se fait en rapport avec le cadre salarial spécifique, mais aussi en rapport avec les habitus (cultures de métier ou références genrées). La réflexion sur ce thème est initiée par un atelier mensuel interne ; cette recherche fera l’objet d’un séminaire de l’équipe. Un programme de travail plus précis sera proposé à l’issue de ce travail collectif en novembre 2013.


^