Imprimer

Contact

Elsa Tyszler
Cresppa-GTM
59-61 rue Pouchet
75849 Paris cedex 17

 Lui écrire

19 septembre 2018

Elsa Tyszler

Doctorante à l’Université Paris 8


Domaines de recherche

  • Migrations et politiques migratoires
  • Sociologies du racisme et relations interethniques
  • Genre(s) et rapports sociaux de sexe
  • Frontières
  • Militarisation
 

Thèse en cours

Elsa Tyszler, « Le genre de la frontière. Réincorporer les rapports sociaux de sexe dans l’analyse de la gestion de la frontière maroco-espagnole et de ses conséquences. », thèse de sociologie à l’Université Paris 8, sous la direction de Jane Freedman.

L’analyse de la frontière maroco-espagnole et de la répression violente contre les « migrants » dits « subsahariens » qui s’y donne ne sont pas un nouveau sujet d’étude. Pourtant, malgré les nombreux travaux réalisés, un impensé majeur subsiste : celui des rapports sociaux de sexe et de leur imbrication avec ceux de race et de classe dans l’analyse des politiques migratoires et de leurs effets. Basée sur un travail de terrain mené entre 2015 et 2017 au Maroc et dans les enclaves de Ceuta et Melilla, la recherche s’intéresse aux modes de gestion de la frontière et aux interactions entre les différent-e-s acteur-rice-s gravitant autour de la frontière (personnes exilées, militaires, forces de l’ordre, ONG, militant-e-s, journalistes, institutionnel-le-s...).
Supposées neutres, les politiques migratoires ne sont-elles pas affectées par les rapports de genre au moment de leur conception ? N’ont-elles pas des effets différents en fonction qu’elles s’appliquent à des personnes migrantes catégorisées hommes ou femmes ? Les résistances ou résiliences à ces politiques s’opèrent-elles de la même façon par les femmes et les hommes en quête d’exil ou de mobilité ? L’utilisation du mot « migrant » toujours au masculin neutre invisibilise la présence de femmes en exil et homogénéise les effets des politiques de répression de la mobilité pourtant éminemment pluriels et complexes. En savoir plus sur l’expérience des femmes aux frontières nous en apprend plus sur l’ensemble du dispositif de blocage/passage et des conséquences profondes de l’externalisation des politiques migratoires de l’Union européenne en Afrique.
Via l’étude du cas maroco-espagnol, cette recherche tente de montrer les impacts croisés de la militarisation de la gestion des migrations et des rapports sociaux de sexe imbriqués à ceux de race et classe, autour de la frontière maroco-espagnole, chaos humanitaire institutionnalisé et rentabilisé.

 

Publications

Publications

Articles

  • TYSZLER, Elsa "Boza ! Disent aussi les femmes. Regards sur la frontière maroco-espagnole au prisme du genre", Vacarme, n°83, avril 2018
  • TYSZLER, Elsa « La Guardia civil à Ceuta et Melilla ou l’impunité à la frontière sud de l’Europe », Atlas des migrations. Approche critique des politiques migratoires, Migreurop, éditions Armand Collin, Paris, 2017
  • TYSZLER, Elsa et OTERO Alba « Boza ? Continuum de l’enfermement des étrangers du Maroc à Ceuta et Melilla », Atlas des migrations. Approche critique des politiques migratoires, Migreurop, éditions Armand Collin, Paris, 2017
  

Communications

Principales communications
  • "Identifying the Crossed Impacts of the Militarization of the EU External(ised) Borders and Gender Relations", communication pour le colloque international SGEU, Section : The bordering of Europe : historical and comparative perspectives, Panel : Controlling Migration at the Border, Sciences-Po Paris, 15 juin 2018
  • "Bouleverser son terrain : tensions et réactions pendant la recherche autour de la frontière maroco-espagnole.", communication pour la JE des doctorant-e-s de l’URMIS : Engagement et éthique des chercheur-e-s : la pratique de la recherche en question, Université de Nice, 8 juin 2018
  • "Approche ethnographique et par le genre des effets et modalités de résistance aux politiques migratoires sécuritaires à la frontière maroco-espagnole", communication pour le panel Une étude « par le bas » des migrations africaines : effets et contre-effets des politiques migratoires occidentales., APAD conférence, Roskilde University (Danemark), 23-25 mai 2018
  • "Au delà de la « victime de traite » et du « sauteur de barrière ». : réincorporer les rapports sociaux de sexe dans l’analyse de la gestion des migrations à la frontière euro-africaine." communication pour le panel Policing the Body : Gender, Sexuality and the Politics of Mobility, Biennial Conference of the ECSA-Canada, Toronto, 9-11 May 2018
  • "Défendre l’Empire ? Quand la "race" et le genre structurent la frontière. La Guardia civil à Ceuta et Melilla." communication pour le colloque international La fabrique locale de la frontière. Regards comparatifs et interdisciplinaires., organisé à l’Université de Nice, 26-27 avril 2018
  • "The performative effects of the European war against migrants. Masculinities and feminities at the Moroccan-Spanish border." communication pour le Workshop Dissecting Violence. Structures, imaginaries, resistances., organisé par l’Amsterdam School for Cultural Analysis, 4-6 avril 2018
  • “Jeux de frontières. Qui protège-t-on à la frontière maroco-espagnole ? Masculinités et féminités dans la guerre (et le business) anti-migrant-e-s. » communication à la journée d’étude Crises des réfugiés, réfugiés des crises organisée par l’Ecole doctorale de Sciences sociales de Paris 8, Université Paris 8, 30 janvier 2018
  • “La répression militaire de la migration à la frontière maroco-espagnole”, intervention pour l’atelier du programme de recherche ANR Babels, Les migrants et la police, CICP, Paris, 15 décembre 2017
  • “De l’enquête de terrain au plaidoyer. Opportunités et limites du travail associatif de défense des droits des migrant-e-s à la frontière maroco-espagnole”, intervention pour la journée sur La professionnalisation dans le domaine des migrations et des relations interethniques organisée par le Master MIRI (URMIS), Université Paris 7, 14 décembre 2017
  • "Un violent jeu de frontières. Masculinités et féminités à la frontière maroco-espagnole ou les effets performatifs de la guerre aux migrant-e-s.” communication pour le séminaire public de l’équipe GTM-CRESPPA intitulé Crises du pouvoir, pouvoir des crises, site Pouchet CNRS, 11 décembre 2017
  • "Vivre (à temps plein sur) son terrain de recherche. Retour de 18 mois d’enquête sur la gestion des mouvements migratoires à la frontière maroco-espagnole" communication pour l’Atelier doctoral du laboratoire CRESPPA, site Pouchet CNRS, novembre 2017
  • « Externalisation, militarisation de la gestion des migrations et continuum des violences contre les femmes. L’exemple de la frontière maroco-espagnole.”, communication pour la conférence internationale Migration irrégulière et développement humain, Université Paris 1 Sorbonne, septembre 2017
  • « Sur le terrain (euro)marocain : protéger « la femme migrante vulnérable » pour mieux « nettoyer » la frontière nord ? », communication pour le séminaire international Représenter l’humanitarisme sexuel, Labex Med, MUCEM, Marseille, septembre 2015
  • « Sur le terrain marocain : le concept de « traite » ou la difficile étude des questions migratoires au prisme du genre », colloque international Produire du savoir sur les migrations, Université Paris 13, mai 2015
  • « Migrant-e-s ’’ en attente ’ à la frontière entre traçabilité forcée et invisibilisation des traces », communication pour le colloque jeunes chercheur-e-s Traces de la politique, politique des traces, Université Paris 7, février 2015
  • « Les violences sexuelles comme moyen de répression informel de l’immigration « irrégulière » dans la forteresse Europe ? Enquête sur le camp privatisé de Yarl’s Wood (Royaume-Uni) », communication lors des journées d’études Sexualités et enfermements en Europe, Université Lille 1, décembre 2014
 

Valorisation de la recherche - Expertise

 

Enseignement

  • Cours semestriel de Présentation des méthodes en sciences sociales, Licence 1 de Sociologie, Université Paris 8, 39 heures - année 2018/2019
  • Cours annuel de Pratiques d’enquête, Licence 3 de Sociologie Université Paris 8, 118 heures - année 2017/2018 - en binôme avec la Pr Agnès Deboulet
  • Cours semestriel de Présentation des méthodes en sciences sociales, Licence 1 de Sociologie, Université Paris 8, 39 heures - année 2017/2018

^