Imprimer

TYSZLER Elsa


Thèse en cours

Elsa Tyszler, « Le genre de la frontière. Réincorporer les rapports sociaux de sexe dans l’analyse de la gestion de la frontière maroco-espagnole et de ses conséquences. », thèse de sociologie à l’Université Paris 8, sous la direction de Jane Freedman.

L’analyse de la frontière maroco-espagnole et de la répression violente contre les « migrants » dits « subsahariens » qui s’y donne ne sont pas un nouveau sujet d’étude. Pourtant, malgré les nombreux travaux réalisés, un impensé majeur subsiste : celui des rapports sociaux de sexe et de leur imbrication avec ceux de race et de classe dans l’analyse des politiques migratoires et de leurs effets. Basée sur un travail de terrain mené entre 2015 et 2017 au Maroc et dans les enclaves de Ceuta et Melilla, la recherche s’intéresse aux modes de gestion de la frontière et aux interactions entre les différent-e-s acteur-rice-s gravitant autour de la frontière (personnes exilées, militaires, forces de l’ordre, ONG, militant-e-s, journalistes, institutionnel-le-s...).
Supposées neutres, les politiques migratoires ne sont-elles pas affectées par les rapports de genre au moment de leur conception ? N’ont-elles pas des effets différents en fonction qu’elles s’appliquent à des personnes migrantes catégorisées hommes ou femmes ? Les résistances ou résiliences à ces politiques s’opèrent-elles de la même façon par les femmes et les hommes en quête d’exil ou de mobilité ? L’utilisation du mot « migrant » toujours au masculin neutre invisibilise la présence de femmes en exil et homogénéise les effets des politiques de répression de la mobilité pourtant éminemment pluriels et complexes. En savoir plus sur l’expérience des femmes aux frontières nous en apprend plus sur l’ensemble du dispositif de blocage/passage et des conséquences profondes de l’externalisation des politiques migratoires de l’Union européenne en Afrique.
Via l’étude du cas maroco-espagnol, cette recherche tente de montrer les impacts croisés de la militarisation de la gestion des migrations et des rapports sociaux de sexe imbriqués à ceux de race et classe, autour de la frontière maroco-espagnole, chaos humanitaire institutionnalisé et rentabilisé.

20 mars 2014


^