Imprimer

VALENTINI Bernard


Valorisation - expertise

  • Coorganisateur du premier colloque de l’IREA, Auditorium de l’hôtel de ville de Paris, vendredi 28 et samedi 29 novembre 2008 « Evaluer l’évaluation », Evaluation des apprentissages : Légitimité et usage des évaluations internationales dans le système scolaire, Nouveaux dispositifs d’évaluation ou de dévalorisation ? Pourquoi ? Les étudiants : que sait-on de ce qu’ils savent ? Evaluation des politiques publiques : Evaluation de la politique éducative : pourquoi la France s’y est mise si tardivement ? Evaluation, enseignement supérieur et recherche, A qui sert l’évaluation ?
  • Ministère de L’Enseignement Supérieur et de la Recherche, rue de la montagne Ste Geneviève 25, travaux sur les modalités d’attribution de la Prime d’Encadrement Doctoral et de Recherche, Paris, jeudi 14 juin 2007.
  • 2005/2006 Participation à la rédaction du premier Répertoire Interministériel des Métiers de l’Etat (RIME), groupe de travail N° 8 « recherche », sous la Présidence de Suzanne SRODOGORA, publication DGAFT, 556 pages, 15 novembre 2006.
  • « Internet et création : la culture en danger ? » La science en question, Théâtre de l’Odéon, vendredi 20 octobre 2006, participation à la table ronde animée par Jean-Noël Jeanneney.
  • Coorganisateur du colloque "Autonomie des établissements du second degré et de l’enseignement supérieur" IREA Paris 13 et 14 novembre 2009.
  • Coorganisateur du colloque "La formation initiale des enseignants en Europe : convergences, divergences, évolutions. Mairie de Paris, Paris mai 2011.
  • Coorganisateur du colloque "Filles - garçons en famille et à l’école : reproduction des inégalités ou éducation à l’égalité". Lycée Edgar QUINET Paris 15 Juin 2011.
  • Coorganisateur du colloque "le socle commun en France et ailleurs" Lycée Paul BERT Paris Janvier 2012.
  • Coorganisateur du colloque "Enjeux éducatifs de la petite enfance" Ecole de médecine de Paris Mai 2014.
  • Parrain de la nouvelle collection Marges et Passages "Recherches et Actions plurielles collectives et multiplicité des identités / de l’identité. Editions Le Manuscrit Mars 2016.
  • La succession interrompue des instants économiques et politiques de l’ère hypermoderne, précipite chaque jour davantage dans l’illusion de l’immédiateté, l’ère numérique aidant. Elle provoque de fulgurantes ruptures dans les regards et les liens vis-à-vis de soi-même, des autres et des groupes. Elle nous fragmente et vient tarir l’espoir enchanteur né de l’ère des Lumières qui, naïvement, annonçait le déploiement assuré du processus d’humanisation grâce aux progrès de la raison éclairée par l’essor des sciences et aux progrès des sciences éclairées en retour par la raison. L’ère hypermoderne fabrique un univers virtuel et anonyme, ignorant des exigences du temps du travail de penser. Elle méconnait le patrimoine d’expériences et des connaissances relatives aux effets des legs psychiques entre les générations dans la construction psychique et sociale de l’individu. Avec cette collection nouvelle, les Éditions Le Manuscrit s’engagent à publier des travaux de sciences humaines et sociales, issus de recherches participantes plurielles, actives et internationales, ne clivant pas l’ambition de création de savoir de portée transversale, de celle de savoirs singuliers propices à un réinvestissement utile aux individus et aux groupes. Par des dispositifs collaboratifs d’investigation et d’analyses puis d’élaboration, ses participants éprouvent la fécondité et le plaisir d’être, de faire et du travail de la pensée avec les autres, en continuité avec les générations précédentes, pendant que l’idéologie dominante suggère qu’on ne peut s’en sortir que sans les autres, voire à leurs dépens.Présentation de la nouvelle collection, direction André SIROTA.

10 mai 2014


^