Imprimer

Colloques, journées d’étude

jeudi 12 avril 2018 , 09h30 - 17h00 :  CNRS, site Pouchet, salle des conférences

59/61, rue Pouchet, 75849 Paris, cedex 17


Journée d’études "Crises du care ? Regards critiques à partir des théories féministes"

Cette Journée d’études est organisée dans le cadre
du séminaire public du de l’équipe du Cresppa-GTM par : Aurélie Damamme et
Efthymia Makridou

Programme

9h30 : Accueil
9h45 : Introduction : « Interroger la prétendue nouveauté des crises du care », Aurélie Damamme et Efthymia Makridou

Session 1 : Les aventures féministes du travail

Le « travail » tient une place centrale dans les recherches féministes en conduisant même à une redéfinition extensive de celui (avec la production du vivre ensemble (Hirata et Zarifian, 2000 ; Galerand et Kergoat, 2014). Depuis les années 70, les enjeux théoriques et politiques ont changé, de même que les concepts et les problématiques développés : travail domestique, travail reproductif, division sexuelle du travail et consubstantialité des rapports sociaux, travail du care... Le champ d’études sur le travail n’a pas cessé d’évoluer. Où est-on aujourd’hui ? Quelles sont les continuités et les ruptures dans ces problématiques ?
10h00 : « Travail domestique et relation de service  », Dominique Fougeyrollas (Irisso-CNRS, Université Paris Dauphine)
10h45 : « Dessiner les contours du travail de care : corps, morale et émotions », M. Teresa Martín Palomo (Université de Grenade, Espagne)
Discussion animée par Helena Hirata (CRESPPA-GTM, CNRS)
12h30-13h30 : Pause déjeuner

Session 2 : Emancipation et résistances

La critique du travail pose toujours la question de l’émancipation. Comment les apports féministes sur le travail influencent-elles aussi nos conceptions de l’émancipation (Cukier, 2013 ; Galerand et Kergoat 2008) ? Dans quelle mesure et de quelle manière la question de l’émancipation est-elle traitée dans les théories du care ? Quelle place est faite aux résistances (Glenn, 2009) ? Peut-on y discuter l’approche en termes de fausse conscience souvent opposée aux travailleuses du care exprimant leur satisfaction au travail, voire leur amour des personnes dont elles s’occupent à domicile ou en institution (Molinier, 2013) ?
13h30 : « Care et coercition : le tournant de l’auto-préservation », Mira Younes (Université Paris 13, UTRPP)
14h15 : « Ethique du care, fausse conscience et émancipation », Patricia Paperman (Université Paris 8, LEGS/CNRS)
15h00 : Pause
15h15  : « Travail du care, droit à l’émancipation et émancipation par le droit : le Syndicat des Auxiliaires parentales de France (UNSA) », Caroline Ibos (Université Rennes 2, LEGS/CNRS)
Discussion animée par Marie Garrau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Journée d’études "Crises du care ? Regards critiques à partir des théories féministes"



  • Programme

    9h30 : Accueil
    9h45 : Introduction : « Interroger la prétendue nouveauté des crises du care », Aurélie Damamme et Efthymia Makridou
    Session 1 : Les aventures féministes du travail
    Le « travail » tient une place centrale dans les recherches féministes en conduisant même à une redéfinition extensive de celui (avec la production du vivre ensemble (Hirata et Zarifian, 2000 ; Galerand et Kergoat, 2014). Depuis les années 70, les enjeux théoriques et politiques ont changé, de même que les concepts et les problématiques développés : travail domestique, travail reproductif, division sexuelle du travail et consubstantialité des rapports sociaux, travail du care... Le champ d’études sur le travail n’a pas cessé d’évoluer. Où est-on aujourd’hui ? Quelles sont les continuités et les ruptures dans ces problématiques ?
    10h00 : « Travail domestique et relation de service  », Dominique Fougeyrollas (Irisso-CNRS, Université Paris Dauphine)
    10h45 : « Dessiner les contours du travail de care : corps, morale et émotions », M. Teresa Martín Palomo (Université de Grenade, Espagne)
    Discussion animée par Helena Hirata (CRESPPA-GTM, CNRS)
    12h30-13h30 : Pause déjeuner
    Session 2 : Emancipation et résistances
    La critique du travail pose toujours la question de l’émancipation. Comment les apports féministes sur le travail influencent-elles aussi nos conceptions de l’émancipation (Cukier, 2013 ; Galerand et Kergoat 2008) ? Dans quelle mesure et de quelle manière la question de l’émancipation est-elle traitée dans les théories du care ? Quelle place est faite aux résistances (Glenn, 2009) ? Peut-on y discuter l’approche en termes de fausse conscience souvent opposée aux travailleuses du care exprimant leur satisfaction au travail, voire leur amour des personnes dont elles s’occupent à domicile ou en institution (Molinier, 2013) ?
    13h30 : « Care et coercition : le tournant de l’auto-préservation », Mira Younes (Université Paris 13, UTRPP)
    14h15 : « Ethique du care, fausse conscience et émancipation », Patricia Paperman (Université Paris 8, LEGS/CNRS)
    15h00 : Pause
    15h15  : « Travail du care, droit à l’émancipation et émancipation par le droit : le Syndicat des Auxiliaires parentales de France (UNSA) », Caroline Ibos (Université Rennes 2, LEGS/CNRS)
    Discussion animée par Marie Garrau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)



^