Imprimer

Directions d’ouvrages et de revues

 

Aurélie Jeantet (coord.) « Cinéma et travail », Travailler, n°27, 2012.

« En psychodynamique du travail, traiter de la question de l’action suppose de pouvoir favoriser l’émergence d’une vision critique du travail et de son organisation, à partir de la transformation du rapport subjectif au travail, en tant que condition préalable et sine qua non à la transformation de l’organisation du travail. Ce dossier « Cinéma et travail » nous révèle que la position de perplexité est celle qui s’impose devant l’expérience du réel. C’est aussi celle qui sous-tend une conception de l’action qui engage la dimension éthique, dans la mesure où il n’existe pas de neutralité morale du travail.
Ainsi, trois dimensions peuvent être mentionnées dans l’intérêt que la psychodynamique du travail nourrit vis-à-vis des productions culturelles et artistiques sur le travail. Tout d’abord dans ce que certaines œuvres peuvent apporter comme connaissance clinique ; ensuite, dans le fait que la culture se déploie en lien étroit avec le politique et avec l’action ; enfin, du fait que les productions culturelles sont à considérer aussi en tant que représentations et idéologies (y compris défensives), renvoyant aux conditions de mobilisation de la pensée, comme à ses mises en impasse. » (Extrait de l’éditorial)

22 avril 2016


Aurélie Jeantet

Maîtresse de conférences à l’Université Paris 3
Cresppa-GTM
Page personnelle




^