Imprimer

Soutenance de thèse

 

Sophie Vignon

Sophie Vignon "Les femmes dans les manades en Camargue : « faire comme un homme » ET « garder sa féminité »" sous la direction de Catherine Louveau.

vendredi 30 juin 2017 à partir de 09h00, CNRS, site Pouchet, salle des conférences, 59/61, rue Pouchet, 75849 Paris, cedex 17

Résumé

Cette recherche s’intéresse à la présence de femmes manadières et gardianes dans un monde masculin. Il s’agit de comprendre comment ces femmes deviennent gardianes ou manadières, dans quelles conditions relatives aux normes sexuées elles investissent ce monde inhabituel pour des femmes. L’enquête s’appuie sur des séquences d’observation participante et sur des entretiens auprès de manadier-es et de gardian-es : 35 femmes et 10 hommes. Arrivées dans les années 80, les femmes intègrent les manades par 2 voies d’accès. Elles sont héritières par leur père ou converties suite à la rencontre d’un conjoint et à la pratique d’un sport masculin ou similaire. Le rapport père fille est un rapport privilégié, celle-ci jouant souvent le rôle du garçon manquant. Ces femmes ont connu des socialisations atypiques durant leur enfance s’adonnant majoritairement à des activités (jeux, sports) masculines. Elles préfèrent la compagnie des garçons en dévalorisant une certaine féminité mais certaines fréquentent aussi des filles. Ces différents canaux de socialisations leur procurent des dispositions plurielles. La plupart d’entre elles n’occupent pas les postes les plus physiques ou perçus comme masculins. Afin de se maintenir dans les manades, elles vont devoir prendre les codes des hommes et montrer qu’elles ont du caractère. Elles vont se masculiniser en infériorisant une catégorie de femmes dites fragiles et dangereuses. Pour autant, les femmes des manades ne veulent pas perdre leur féminité et s’attachent à la montrer. Le féminin comme le masculin sont des catégories instables. Pour les femmes comme pour les hommes, le contenu de ce qui est considéré comme masculin ne fait pas consensus.

Le jury est composé de :

Oumaya Hidri-Neys, Maîtresse de conférences HDR, Université de Lille, SHERPAS (rapporteure)
Helena Hirata, Directrice de recherche CNRS émérite, CRESPPA-GTM, Paris
Catherine Louveau, Professeure émérite, université Paris Sud, CRESPPA-GTM (directrice)
Christine Mennesson, Professeure Université Paul Sabatier, Toulouse III, CRESCO (rapporteure)
Emmanuelle Zolesio, Maîtresse de conférences, Université Clermont-Auvergne, ACTÉ Centre Max Weber


19 décembre 2017

GTM dans les universités : Paris 8 et Paris Nanterre

Thèses en cours au GTM

Thèses soutenues depuis 2004

Directrice et directeurs de thèses



Dernières soutenances

lundi 19 novembre 2018 à 14h30

Julie Baillet "Avoir un premier enfant avant 20 ans, et après ? Parcours familial des mères adolescentes au Mexique", thèse à l’Université Paris Nanterre, sous la direction de Carole Brugeilles et María Eugenia COSÍO ZAVALA. Résumé Au Mexique, la fécondité adolescente est présentée aujourd’hui (...) Lire la suite


lundi 26 novembre 2018 à 14h00

Raphaël Challier « « Simples militants ». Sociologie comparée de l’engagement politique (FN, JC, UMP) en milieu populaire dans la France contemporaine », thèse de doctorat de sociologie sous la direction de Michel Kokoreff, Professeur des universités en sociologie, Université Paris 8-Cresppa-GTM. (...) Lire la suite


mardi 25 septembre 2018 à 14h00

Mi-ae Lee « De travailleuses socialistes chaoxianzu (朝鮮族) à domestiques migrantes en France, Corée du Sud et Chine », thèse de doctorat de sociologie sous la co-direction de Marc Bernardot et de Fatiha Talahite. Résumé Cette thèse traite des effets de la migration sur le statut professionnel et social (...) Lire la suite



^