Imprimer

Soutenance de thèse

 

Mi-ae Lee

Mi-ae Lee « De travailleuses socialistes chaoxianzu (朝鮮族) à domestiques migrantes en France, Corée du Sud et Chine », thèse de doctorat de sociologie sous la co-direction de Marc Bernardot et de Fatiha Talahite.

mardi 25 septembre 2018 à partir de 14h00, Salle des conseils de l’UFR ST, Univerité Le Havre Normandie, 25 rue Philippe Lebon, 76063
Le Havre Cedex France

Résumé

Cette thèse traite des effets de la migration sur le statut professionnel et social des travailleuses domestiques et des nouveaux rapports de subordination qui en découlent, analysés à l’intersection des rapports de genre, de classe et de « race ». Le but de cette recherche est d’aborder l’ordre hiérarchique de ces différents rapports et d’analyser les causes structurelles de la subordination. Les travailleuses migrantes chaoxianzu (sino-coréennes) appartenaient à la classe symboliquement au pouvoir dans la Chine socialiste, en tant qu’ouvrières industrielles et agricoles. En examinant leur expérience de travail dans cinq villes de trois pays - France, Corée du Sud et Chine - nous analysons comment les conditions de travail de chaque société d’immigration affectent leur statut en tant que travailleuses. Les participantes à notre recherche vivent et perçoivent leur expérience de travail à la lumière de l’habitus professionnel de la Chine socialiste, basé sur la fierté en tant que travailleuses. Selon leur perception, dans la migration, elles ne changent pas pour un niveau hiérarchique et professionnel inférieur, mais souffrent, collectivement, de la position subalterne des travailleurs domestiques sans-papiers dans le référentiel de l’ordre hiérarchique de la société capitaliste. Plutôt qu’un travail trivial, elles perçoivent leur métier comme une somme de tâches nobles, physiques et émotionnelles. Elles s’inscrivent dans la chaîne globalisée du care. Mais, en s’interrogeant sur leur statut subalterne, elles remettent en cause la logique de reproduction de la hiérarchie sociale.

Le jury est composé de :

Marc BERNARDOT, Professeur, Université le Havre Normandie, Directeur
Alain DELISSEN, Directeur d’études, École des hautes études en sciences sociales
Arnaud LE MARCHAND, Maître de conférences, Université Le Havre Normandie
Sylvie MAZZELLA, Directrice de recherche CNRS, MMSH Aix en Provence
Fatiha TALAHITE, Chargée de recherche hors classe CNRS, CRESPPA-GTM à Paris, Co-directrice
Jérôme VALLUY, Maître de conférences, Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1), Rapporteur
Dominique VIDAL, Professeur, Université Paris Diderot - Paris 7, Rapporteur


27 septembre 2018

GTM dans les universités : Paris 8 et Paris Nanterre

Thèses en cours au GTM

Thèses soutenues depuis 2004

Directrice et directeurs de thèses



Dernières soutenances

lundi 12 mars 2018 à 14h00

Haude Rivoal « Les hommes en bleu. Une ethnographie des masculinités dans une grande entreprise de distribution. », thèse de doctorat de sociologie sous la direction de Régine Bercot. Résumé À partir d’une enquête par observation participante conduite au sein d’une grande entreprise de distribution, du (...) Lire la suite


vendredi 23 mars 2018 à 14h30

Ingrid Litchangou « Comment devenir femme politique au Gabon : socialisation, conquête et conservation du pouvoir », thèse de doctorat de sociologie sous la direction de Claude Dargent. Résumé La production scientifique sur les rapports des femmes à la politique est aussi importante que variée, (...) Lire la suite


vendredi 13 mai 2016 à 14h30

Philippe Lamy « Le Club de l’Horloge (1974 -2002). Évolution et mutation d’un laboratoire idéologique », thèse de doctorat de sociologie sous la direction de Claude Dargent. Résumé Créé en 1974, le Club de l’Horloge s’est donné comme projet originel de donner une doctrine à la droite qu’il juge affaiblie (...) Lire la suite



^