Imprimer

Colloques, JE, conférences

22 - 24 juin 2016, Site Pouchet du CNRS, salle de conférences

Le philosophe et l’enquête de terrain : le cas du travail contemporain

Journées d’étude internationales organisées par Muriel Prévot-Carpentier (Sophiapol) et Luca Paltrinieri (Cresppa-LabToP), avec le soutien du DIM Gestes - Groupe d’étude sur le travail et la souffrance au travail (Région Île-de-France), du laboratoire Sophiapol, du Cresppa-LabToP et de l’UMR CEPERC.

Produire des concepts pour penser le travail dans le monde contemporain, réinterroge le rapport de la philosophie aux données empiriques et plus largement la manière dont travaillent les sciences humaines.

Existe-il un rapport spécifique du philosophe à l’enquête de terrain ? Quel rapport les chercheurs en épistémologie, en philosophie politique et sociale, ou en philosophie morale, établissent-ils avec les données qu’ils recueillent dans les situations de travail ou sur lesquelles ils se basent ? Comment interroger le « mythe de l’objectivité » souvent attaché aux données recueilles « sur un terrain » ? Quel dialogue les philosophes ouvrent-ils avec les disciplines structurées par l’enquête sur le travail humain telles que la sociologie du travail, l’ergonomie ou les sciences de gestion ?

Ces deux journées visent à interroger ces enjeux pratiques et épistémologiques afin d’enrichir le débat scientifique, social et politique sur le travail.

Programme détaillé et intervenant·e·s en PDF



  • Programme

    Mercredi 22 juin

    Matin : De la théorie à l’enquête, de l’enquête à la théorie

    • Interroger le rapport entre empirie et théorie.
    • Faire dialoguer des philosophes qui partagent l’impératif d’une double approche des problématiques du travail : macrosociale et microsociale.

    Après-midi : Les philosophes et l’enquête : entre tradition et nécessité

    • Tenter de dresser un panorama historique et conceptuel des enquêtes sur le travail faites par des philosophes.
    • Inventer de nouveaux modes de dialogue entre philosophie et collectifs de travail.


    Jeudi 23 juin

    Matin : Entrecroisements et distinctions entre philosophie et sociologie du travail

    • Discerner ce qui fait lien entre philosophie et sociologie du travail, lorsque les philosophes portent leur regard sur le travail ou pratiquent le recueil de données.
    • Hybrider les démarches sociologiques et philosophiques en franchissant les limites disciplinaires.

    Après-midi : Travail, gestion, capitalisme

    • Construire un outillage conceptuel relativement abstrait pour penser des terrains d’étude
    • ou proposer des modélisations plus générales.
    • Problématiser les formes multiples et la complexité croissante du travail contemporain.



^