Imprimer

Articles

 


  • Florence Hulak, « Le tribunal de l’histoire. Vérité historique et vérité judiciaire », Revue philosophique de la France et de l'étranger, vol.141, n°1, 2016 - p. 3-21.
    Résumé : Quelle est la pertinence du modèle judiciaire pour penser le statut de la vérité historique ? Ce modèle prend deux formes distinctes mais complémentaires. La première conçoit cette vérité par analogie avec la vérité factuelle que le juge d’instruction découvre à travers l’analyse critique des témoignages et des indices. La seconde l’assimile à la vérité partagée qui émane de la confrontation délibérative des récits concurrents devant le tribunal. Contre ce double modèle judiciaire, deux thèses sont défendues. D’abord, l’histoire ne saurait renoncer à une visée proprement scientifique, qui ne se confond pas avec l’imputation de responsabilités. Ensuite, l’hétérogénéité des visées de connaissance et d’imputation ne renvoie pas simplement à un partage entre pratiques professionnelles : si l’historien peut être amené à assigner des responsabilités en mobilisant méthodes ou connaissances historiques, ce n’est pas par cette activité qu’il poursuit une vérité de type historique.
    Mots-clés : *Labtop, Referencement Journal Base.

  • Laurent Jeanpierre et Choukri Hmed, « Introduction au dossier. Révolutions et crises politiques au Maghreb et au Machrek », Actes de la recherche en sciences sociales, 211-221, 2016 - p. 4-23.
    Résumé : La sociologie des révolutions et des crises de régime est restée polarisée entre des analyses centrées sur le temps long des structures sociales et politiques et celles focalisées sur le temps court des conjonctures événementielles et de leurs mobilisations collectives. Minoritaire face aux approches géopolitiques ou culturalistes, la sociologie des crises politiques des mondes arabes depuis 2011 n’échappe pas à ces divisions. L’article, qui fait aussi office d’introduction du numéro, jette les bases d’une sociologie de ces crises où s’articuleraient mieux temps court et temps long, contingence et structure. Plusieurs hypothèses sont mises à l’épreuve : le rôle déclencheur des aspirations désajustées ; le rôle conducteur des anciens réseaux oppositionnels ; l’importance des variables géographiques ; la distance sociale entre acteurs et bénéficiaires de la révolution ; le rapport ambivalent des révolutionnaires à l’État. L’article souligne aussi l’intérêt potentiel des notions de capital et de champ révolutionnaires et se demande si une greffe de la théorie des champs sur la sociologie des crises politiques permettrait d’éviter les écueils du finalisme et de l’autonomisation excessive des logiques de situation ainsi que du calcul individuel.
    Mots-clés : *Labtop, Présentation-Introduction, Referencement Journal Base.

  • Rachel L. Kaplan, Jae Sevelius et Kira Ribeiro, « In the name of brevity: The problem with binary HIV risk categories », Global Public Health, 2016 - p. 1-11 - (PMID: 26824592).
    Résumé : According to the 'Consolidated Guidelines on HIV Prevention, Diagnosis, Treatment and Care for Key Populations' there are five groups of people at elevated risk of HIV, including 'transgender women or transgender men who have receptive anal sex with men'. Although cost effectiveness strategies and best practice lessons recommend targeting specific populations for HIV prevention, existing risk categories lack specificity, and may in fact cause further confusion. Existing categories of risk often perpetuate notions of gender and sexuality that can erroneously exclude, alienate, and stigmatise those who are at the highest risk and thus should be prioritised. We review the troubled history of the MSM category and the problematic conflation of trans feminine individuals and MSM in much of the existing HIV literature, and how this practice has stymied progress in slowing the HIV epidemic in the most at-risk groups, including those who do not fit neatly into binary notions of gender and sex. We draw from examples in the field, specifically among trans feminine people in Beirut and San Francisco, to illustrate the lived experiences of individuals whose identities may not fit into Euro-Atlantic constructs of HIV prevention categories.
    Mots-clés : *Labtop, Referencement Journal Base.

  • Clara Lévy, « Le livre de chevet au prisme du genre », Ethnologie française, vol.46, n°161, 2016 - p. 21-30.
    Résumé : Ce texte propose une analyse des modalités d’élection puis d’usages de leur livre de chevet par les lectrices et les lecteurs. Autour du livre préféré s’organise une série de pratiques genrées, d’abord dans le choix de l’ouvrage préféré, puis dans l’acceptation ou le contrôle des émotions dues à la lecture. Enfin, l’identification aux personnages principaux du livre de chevet concerne, pour un personnage du même genre que soi, à la fois des lectrices et des lecteurs – alors que la transgression identificatoire de genre concerne plutôt les lectrices que les lecteurs.
    Mots-clés : *Labtop, Referencement Journal Base.

  • Isabelle Mayaud, « Exploration des terrae incognitae du savoir musical et construction identitaire en France (1842-1881) », Cahiers Sens public, 19-20, 2016 - p. 194-210.
    Résumé : Motivée par la concurrence internationale, dans le domaine scientifique notamment, la France pose, dans la première moitié du xixe siècle, les jalons d’une activité culturelle à l’étranger. Cette politique publique passe par différents ministères et administrations d’État (Marine, Guerre, Affaires étrangères, Beaux-arts), et se déploie suivant des formes d’intervention diversifiées (missions individuelles ou collectives, temporaires ou permanentes, scientifiques et militaro-scientifiques). Fer de lance de cette action, le ministère de l’Instruction publiquecompte à partir de 1842, au sein de sa division des sciences et lettres, un « service des missions scientifiques et littéraires » en charge, en particulier, de l’évaluation et de la subvention de missions individuelles. Au fil des redécoupages administratifs, l’inscription institutionnelle de ce service évolue, mais jusqu’en 1936 le ministère conserve un budget consacré aux missions (Bourquin, 1993, p. 17). « Système de voyages » (Ministère de l’Instruction publique, 1890, p. II), voué à la promotion raisonnée des mobilités savantes, son périmètre d’intervention s’étend aux confins du globe et ne souffre, en principe, aucune limite : (...)
    Mots-clés : *Labtop, Article, Autres revues scientifiques.

  • Luca Paltrinieri, « Les "Critical Management Studies" entre micro-émancipation et utopie », Travailler, n°36, 2016 - p. 121-138.
    Résumé : L’article est une présentation générale, presque un bilan, du courant principalement anglais des Critical Management Studies (cms), à partir du premier recueil d’articles, publié en 1992, par Hugh Willmott et Mats Alvesson, qui restent les deux chercheurs les plus influents du courant. La volonté de rompre le discours mythique de la théorie managériale conventionnelle héritait d’une solide tradition de critique des pratiques de gestion, dont au moins deux courants majeurs étaient très actifs au cours des années 1980 : le Labour Process Theory (lpt), qui s’inspirait des travaux de Harry Braverman et l’histoire de la comptabilité. Les cms se distinguent toutefois de ces courants pour la forte influence de la « théorie critique » (Foucault, Bourdieu, les travaux de l’école de Francfort et plus particulièrement Habermas) qui est mobilisée pour étudier les concepts et les pratiques du management. Voulant distinguer leur approche de la pure description de la domination, Alvesson et Willmott proposent une théorie et une pratique de la « microémancipation » fondées sur l’étude ethnographique des situations de travail et la description de la résistance face aux injonctions managériales. Cette volonté de partir des situations empiriques pour penser la démocratisation des relations de travail a permis d’engendrer une série d’études de terrain sans toutefois réussir à déboucher sur une théorie d’ensemble de l’émancipation (qui était pourtant proposée par le lpt). L’article suggère qu’en se coupant d’une perspective plus large de l’émancipation sociale pour valoriser les approches microémancipatoires, les auteurs des cms auraient perdu de vue le souffle utopique venant du travail lui-même et de sa transformation au cours des vingt dernières années, ce qui les aurait paradoxalement éloignés des perspectives réelles d’émancipation.
    Mots-clés : *Labtop, Article, Referencement Journal Base.

  • Luca Paltrinieri, « L'impresa e la filosofia politica. Verso un approccio genealogico », Officine Filosofiche, n°3, 2016 - p. 23-43.
    Mots-clés : *Labtop, Autres revues scientifiques.
  • Alain Quemin, « Omar Ba : l’animal peint, entre figuration et hybridation, métaphore de la vie et du pouvoir », Legeia. Dossiers sur l'art, 145-148, 2016 - p. 157-170.
    Mots-clés : *Labtop.

  • Kira Ribeiro, « De la protection de la Nation à la protection des femmes : genèse de la criminalisation du VIH en France », Cahiers du Genre, n°60, 2016 - p. 61-78.
    Résumé : Cet article porte sur la genèse de la criminalisation de la transmission sexuelle du VIH en France, des débats parlementaires sur l’éventuelle mise en place d’un délit de dissémination des maladies transmissibles épidémiques en 1991 à l’essor des procès pour transmission du VIH au milieu des années 2000. À partir d’une analyse d’archives parlementaires, juridiques et associatives, il s’agit de retracer les modifications dans la justification politique de la criminalisation du VIH. Ce faisant, cet article vise à saisir comment la criminalisation du VIH oscille entre un objectif de protection de la Nation et un objectif de protection des femmes.
    Mots-clés : *Labtop, Referencement Journal Base.

  • Eva Rodriguez et Michal Raz, « Quand les sciences infusent des préjugés », Le Magazine Littéraire, n°566, 2016 - p. 94.
    Mots-clés : *Labtop, Grand public-Expertise.
19 avril 2016


^