Imprimer

Soutenance de thèse

 

Abdoulaye Wane

Diaspora militante et Etat ethno-racial en Mauritanie (1987-2017)

mardi 30 janvier 2018 à partir de 10h00, Salle 159, UPS Pouchet

Composition du jury de thèse :
Michel AGIER, Directeur d’études, École des hautes études en sciences sociales, Paris (rapporteur)
Maria-Benedita BASTO, Maîtresse de conférences, Université Paris-Sorbonne
Françoise BLUM, Ingénieure de recherches, CNRS, Centre d’histoire sociale du XXème siècle de Paris (rapporteuse)
Laurent JEANPIERRE, Professeur de science politique, Université Paris 8/Cresppa-LabToP (directeur de thèse)
Clemens ZOBEL, Maître de conférences en science politique, Université Paris 8/Cresppa-LabToP

Résumé : Cette thèse porte sur la politique transnationale des émigrés mauritaniens contre leur État depuis 1987 et constitue une contribution à l’étude des politiques d’exil. Elle restitue les moments les plus importants d’une lutte menée hors du territoire national en réaction à la discrimination sociale et politique des Négro-mauritaniens depuis l’indépendance du pays en 1960. La thèse part plus spécifiquement de la politique de répression de l’État mauritanien contre une partie de sa population après la publication du « Manifeste du Négro-mauritanien » en 1986 par l’organisation politique des Forces de libération africaines de Mauritanie (FLAM) créées le 14 mars 1983. En même temps qu’elle étudie une mobilisation politique transnationale, la recherche s’appuie sur une réflexion autour des spécificités de l’État mauritanien. Il s’agit de comprendre comment cet État, fonctionnant sur la base des solidarités tribales, a créé les conditions politiques de contestation de sa légitimité puis est parvenu à résister, malgré son instabilité, à la contestation en provenance de sa population exilée. L’enquête s’appuie sur une recherche documentaire dans la presse mauritanienne, sur des rapports d’organisations internationales, sur des observations ethnographiques et sur des entretiens (n=60) avec des acteurs politiques mauritaniens effectués sur trois terrains différents (France, Belgique, Mauritanie). La première partie de la thèse décrit les causes et les modes d’existence de l’émigration politique mauritanienne. Sont abordés la dimension ethno-raciale de l’État mauritanien, les phases et les lieux d’exil des opposants politiques ainsi que les problèmes qu’ils rencontrent dans la quête de reconnaissance de leur statut de réfugiés. Une deuxième partie porte sur les organisations politiques et les modalités de politisation de l’émigration et explique les raisons de la crise de légitimité progressive de leurs dirigeants. Un troisième et dernier moment de la thèse traite des causes et des effets de la politique du retour des réfugiés mauritaniens officialisée par le président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi à partir de 2007. Après avoir interrogé l’évolution du discours politique de l’État mauritanien sur les réfugiés, le choix et les conséquences sociales et politiques du retour au pays d’une partie des réfugiés sont analysés. La thèse souligne que ce retour actuel des réfugiés et des opposants politiques mauritaniens dans leur pays d’origine, même dans un contexte de démocratisation relative, ne s’est pas traduit par une prise en compte de leurs revendications et par un recul des discriminations. Prise dans son ensemble, la thèse peut donc être lue comme l’analyse des raisons de l’échec d’une politique de contestation en situation d’exil.


1er février 2018

HDR Soutenues

Directrices et directeurs de thèses



Soutenance de thèse

mercredi 3 octobre 2018 à 15h00

"Le crime ne paie pas. Les Groupes d’intervention Régionaux de la Police judiciaire. Sociologie politique de la construction d’une institution au succès improbable". Composition du jury : Brigitte Gaïti, Professeure à l’Université Paris 1 ; Odile Henry, Professeure à l’Université Paris 8 (...) lire suite

Soutenance de thèse

vendredi 2 février 2018 à 09h30

Sciences de la musique sans frontières ? Contribution à une sociologie du processus de primitivisation Résumé : Cette thèse analyse la division moderne des domaines des sciences de la musique et la hiérarchisation des répertoires musicaux qui lui est corrélative. La recherche s’appuie sur une enquête (...) lire suite


^