Imprimer

Articles

 


  • Loïc Trabut, Eva Lelièvre et Estelle Bailly, « Famille et recensement font-ils bon ménage ? », Population, vol.70, n°3, 2015 - p. 637-665.
    Résumé : Tirant parti et confrontant l’ensemble des informations sur les liens familiaux présentes dans l’enquête Famille et logements et dans le recensement, l’objectif de cet article est d’examiner les types de familles décrites par chacune des deux sources. Cette comparaison fait apparaître des discordances et permet de décrire la composition des catégories de familles produites à partir du recensement. Si le recensement, tel qu’il est construit, joue pleinement son rôle en comptabilisant le nombre d’individus résidant sur le territoire français à travers l’unité ménage, il s’avère de moins bonne qualité lorsqu’il s’agit de décrire les familles, en particulier lorsque corésident plusieurs familles, plusieurs générations, des personnes sans liens familiaux ou qui alternent leur résidence entre plusieurs ménages. Cette confrontation permet d’évaluer les causes des divergences entre les deux sources. Celles-ci résultent des objectifs différents des deux collectes, des principes de codification du recensement basés sur le concept de famille nucléaire et des déclarations erronées ; ce qui n’appelle pas les mêmes types d’intervention. Malgré l’exhaustivité du dénombrement par le recensement, les recommandations internationales ne permettent pas de décrire de façon satisfaisante les formes marginales et/ou émergentes de famille, justifiant la reprise des enquêtes Famille associées au recensement.
    Mots-clés : *GTM, Referencement Journal Base.

  • Andrew Abbott et CoFSS, « "Le monde est un monde est un monde d'événements" : Entretien avec Andrew Abbott »traduit par Sarah Martin, , Raisons politiques, n°60, 2015 - p. 45-64 - (CoFSS : Collectif d'auteurs associé à l'atelier d'épistémologie "Comment fait-on des sciences sociales ?" dont Mathieu Hauchecorne (LabToP), Florence Hulak (LabToP) et Olivier Roueff (CSU), avec Fabien Accominotti, Isabelle Drouet, Alexandre Hobeika, Morgan Jouvenet et Étienne Ollion.).
    Résumé : Dans cet entretien, Andrew Abbott revient sur sa trajectoire intellectuelle et personnelle. Parcourant plus de quatre décennies de recherche et d’enseignement, il aborde plusieurs thèmes qui ont été centraux dans son travail. Il évoque en particulier sa critique du positivisme, formulée dans les années 1980 et qui lui a permis d’interroger les méthodes des sciences sociales, les formes de savoir qu’elles autorisent, et l’inconscient épistémologique de la sociologie étatsunienne. L’entretien est surtout l’occasion pour lui d’évoquer en détail sa théorie processuelle du monde social en cours d’élaboration. Abbott en explicite les fondements et la positionne par rapport à différents auteurs contemporains ou passés.
    Mots-clés : *CSU, *Labtop, Referencement Journal Base.

  • Salima Amari, « Certaines lesbiennes demeurent des femmes », Nouvelles Questions Féministes, vol.34, n°1, 2015 - p. 70-83.
    Résumé : Cet article a pour objet de (re)discuter la célèbre affirmation de Monique Wittig « Les lesbiennes ne sont pas des femmes » à partir d’une analyse approfondie des rapports que les lesbiennes entretiennent avec leur famille. Il présente les résultats d’une enquête menée par entretiens biographiques auprès de 20 lesbiennes, toutes d’origine maghrébine, et par l’observation d’une trentaine d’autres lesbiennes d’origine maghrébine dans différents contextes de sociabilité à Paris et en région parisienne. Fondés sur un continuum mesurant l’appropriation privée de ces femmes par les hommes dans l’espace familial, les résultats mettent en relief la formation d’une « typologie lesbienne ». Lorsque l’appropriation privée est faible, les lesbiennes arrivent à échapper à la catégorie des femmes et correspondent au postulat de Wittig selon lequel les lesbiennes ne sont pas des femmes ; ce sont les lesbiennes dissidentes. À l’inverse, lorsque cette appropriation est forte, les lesbiennes demeurent des femmes comme les autres ; ce sont les lesbiennes quasihétérosexuelles. Entre les deux, on trouve des lesbiennes qui évoluent à mi-chemin des deux catégories : les lesbiennes en devenir.
    Mots-clés : *GTM, Referencement Journal Base.

  • Mathieu Arbogast, « Plus de leur âge ? La sexualité des femmes de 50 ans dans les séries TV au début du XXIe siècle », Clio. Femmes, Genre, Histoire, n°42, 2015 - p. 165-179.
    Résumé : De manière continue depuis les débuts de la télévision, on observe que les femmes sont minoritaires dans les séries et plus jeunes que les hommes. L’écart d’âge joue un rôle considérable dans les rapports de genre asymétriques et inégaux, notamment dans les couples hétérosexuels. Les comédiennes de plus de 50 ans sont très rares, les personnages qu’elles incarnent proposent des scripts sexuels nouveaux et des représentations originales de la féminité et de la masculinité. Les concepts de masculinité et de féminité hégémoniques éclairent ces fictions télévisées, dans lesquelles l’aspect « excessif » des rapports de genre représentés est une dimension importante.
    Mots-clés : *GTM, Referencement Journal Base.

  • Mathieu Arbogast, « De si jeunes femmes.. Analyse longitudinale des écarts d'âges et des inégalités de genre dans les séries policières », Genre en séries : cinéma, télévision, médias, n°1, 2015 - en ligne : http://genreenseries.weebly.com/uploads/1/1/4/4/11440046/ges_n%C2%B01_arbogast.pdf - 73-99 p.
    Mots-clés : *GTM, Autres revues scientifiques.

  • Mathieu Arbogast, Laurence Prudhomme et Gaëtane Thiney, « Le football féminin, une pratique en développement », Informations sociales, n°187, 2015 - p. 119-126 - (Entretien avec Laurence Prudhomme et Gaëtane Thiney, réalisé par Mathieu Arbogast).
    Résumé : Le football féminin est pratiqué depuis longtemps mais vit dans l’ombre médiatique de son homologue masculin. Toutefois, son développement s’est accéléré depuis une décennie grâce au nombre croissant de joueuses et aux résultats spectaculaires de l’équipe nationale dans les compétitions internationales. Pour évoquer ces transformations, la revue Informations sociales a réuni Laurence Prudhomme, historienne...
    Mots-clés : *GTM, Autres revues scientifiques, Entretien.

  • Martina Avanza, Olivier Fillieule et Camille Masclet, « Ethnographie du genre. Petit détour par les cuisines et suggestions d’accompagnement », SociologieS, 2015 - en ligne : http://sociologies.revues.org/5071.
    Résumé : « How to see? Where to see from? What limits to vision? What to see for? Whom to see with? Who gets to have more than one point of view? Who gets blinded? Who wears blinders? Who interprets the visual field? What other sensory powers do we wish to cultivate besides vision? »Donna Haraway (1988, p. 588). L’idée de ce dossier est née, une fois n’est pas coutume, d’une expérience pédagogique. Depuis 2009, le master en sciences politiques de l’Université de Lausanne s’est doté d’une initiation au...
    Mots-clés : *CSU, Referencement Journal Base.

  • Clément Barbier, « Des études urbaines comparatistes à une sociologie croisée des politiques urbaines », Espaces et sociétés, n°163, 2015 - p. 25-40.
    Résumé : Relatant un parcours de recherche mené dans le cadre d’une recherche doctorale en cotutelle, cette contribution présente un emploi possible des méthodes de l’histoire croisée pour l’étude sociologique des politiques urbaines. Construite à partir de l’analyse comparée franco-allemande de deux projets de renouvellement urbain, la réflexion présente les apports heuristiques d’une démarche de sociologie politique croisée. Cette approche se caractérise par l’élaboration inductive des questions de recherche, l’attention particulière accordée aux contextes urbains étudiés et la prise en considération des circulations transnationales dans le travail de sociogenèse. Cet article esquisse, à partir de brèves illustrations, une voie pour des comparaisons internationales réflexives, questionnant et réajustant en permanence les catégories d’analyse mobilisées.
    Mots-clés : *CSU, Referencement Journal Base.

  • Lorenzo Barrault-Stella et Clémentine Berjaud, « Political practices from the sidelines: A qualitative approach to political ambivalence in contemporary working-class youth in France », French Politics, vol.13, n°3, 2015 - p. 221-240.
    Résumé : As a supplement to the classic works of electoral studies, this article investigates the relationships to politics and vote of working-class youth from the Parisian banlieues on the basis of a qualitative field study conducted during the 2012 presidential campaign. In doing so it addresses the general question of why and how a population that is usually seen as disconnected from politics votes anyway. We show that disinterest in politics does not equate to dispossession. Internal divides within the working class, elliptic appropriations, personal references and everyday life all contribute to the construction of opinions that translate into electoral positions. Finally, this article constitutes a methodological contribution to electoral sociology in addition to quantitative works.
    Mots-clés : *CSU, Referencement Journal Base.

  • Lorenzo Barrault-Stella et Cécile Hess, « Sur quelques techniques enseignantes du maintien de l’ordre. Ethnographie du travail de conformation au sein d’un collège populaire », Education et sociétés, n°36, 2015 - p. 103-117.
    Résumé : À partir d’une enquête ethnographique, le travail institutionnel de conformation des élèves difficiles mis en œuvre par les enseignants dans un collège populaire urbain en France est analysé. Le recours à la sociologie politique des institutions vise à saisir les techniques par lesquelles les enseignants tentent de (r)établir de l’ordre et de rendre les élèves conformes aux attentes de l’institution, notamment ceux des milieux populaires régulièrement considérés comme les plus déviants. Il permet aussi d’observer comment les professionnels de l’école et leurs publics ajustent chacun leur rôle en situation et négocient leur autonomie dans un environnement fortement marqué et normé par le politique, éclairant au passage quelques mécanismes étatiques d’encadrement des classes populaires dans l’institution scolaire.
    Mots-clés : *CSU, Referencement Journal Base.

  • Lorenzo Barrault-Stella et Bernard Pudal, « Représenter les classes populaires ? », Savoir/Agir, n°34, 2015 - p. 71-80.
    Résumé : On connaît le processus d’invisibilisation et de disqualification du groupe ouvrier ; on est de plus en plus documenté sur les transformations objectives et subjectives de « la » classe ouvrière, au point qu’une vaste synthèse sociologique vient d’être récemment proposée. On sait le désarroi politique qui affecte les classes populaires contemporaines, dont le seul refuge est l’abstention massive et, plus nettement qu’auparavant, le vote Front National, à telle enseigne que Patrick Lehingue, dans l’avant-dernière livraison de Savoir/Agir n’hésite pas à conclure : « pour tenter de rendre raison de ce qui, vu de loin, peut sembler déraisonnable, pour essayer de comprendre sans trop épingler, peut-être devrait-on retourner la problématique et à la sempiternelle question “pourquoi les classes populaires votent-elles FN ?”, préférer l’interrogation : “pourquoi et au nom de quoi ne le feraient-elles pas, quand tout y invite ?” ou cette variante “à qui demeurer loyal aujourd’hui et pourquoi ? ». ...
    Mots-clés : *CSU, Autres revues scientifiques.

  • Alejendra Bello Urrego, « Análisis de la categoría Tercer mundo como dispositivo moderno/colonial de reproducción de hegemonía euroreferenciada », Universitas Humanistica, n°79, 2015 - p. 41-62.
    Résumé : Indagué por los modos en que se materializa la hegemonía euroreferenciada contenida en la expresión tercer mundo, utilizando una reformulación de la metodología del análisis narrativo de narrativas. Para ello, realicé entrevistas focalizadas sobre la base de un muestreo intencional estructural. El marco teórico/conceptual está establecido en torno a la definición de sistema mundo moderno/colonial y la estructuración del patrón de dominación colonial sobre los dispositivos de clasificación y jerarquización derivados de las categorías raza, género, sexualidad y clase. Los resultados se presentan bajo la forma de una narrativa estructurada en relación a las narrativas trabajadas y el marco conceptual empleado. Allí se presenta cómo en las narrativas se devela el dispositivo tercer mundo como una expresión de la hegemonía instaurada en la modernidad-colonialidad, a través del cual este sistema se expresa y se reproduce interviniendo en la asignación de privilegios y exclusiones. Los trazos de la modernidad-colonialidad están presentes en las narrativas analizadas haciendo visible el patrón por medio del cual el sistema se reproduce manteniendo una hegemonía euroreferenciada.
    Mots-clés : *Labtop, Autres revues scientifiques.

  • Régine Bercot, « Le devenir des femmes en chirurgie », Travail et Emploi, n°141, 2015 - p. 37-52.
    Résumé : Comment expliquer que la chirurgie soit si peu attractive pour les femmes ? Dans quelle mesure leur absence est-elle rédhibitoire ? Les femmes de la génération actuelle entretiennent un rapport au travail très différent de leurs aînées. Majoritaires au concours d’entrée en médecine, elles sont peu attirées par la chirurgie, en tous les cas par certaines spécialités chirurgicales. On peut de fait y distinguer deux « mondes sociaux », se caractérisant par deux ethos différenciés dans lesquels les femmes s’insèrent puis font carrière. Le premier monde, celui de la chirurgie traditionnelle, est incontournable car il est au centre de la formation. D’autres spécialités développent, quant à elles, un ethos alternatif plus favorable à l’entrée des femmes, auxquelles elles ne peuvent toutefois accéder que par la suite. Étant donné les modalités d’un apprentissage effectué sur le mode du compagnonnage, l’accueil fait aux étudiants (externes et internes) et les interactions avec les chirurgiens seniors jouent un rôle essentiel sur l’envie de devenir chirurgien-ne. Nous verrons que les femmes doivent négocier leur identité sociale durant la formation pour se ménager l’aide des seniors et pouvoir supporter ce passage en chirurgie traditionnelle.
    Mots-clés : *CSU, Referencement Journal Base.

  • Régine Bercot, « Gênero e mal-estar no trabalho », Revista Ciências do Trabalho, n°4, 2015 - p. 111–124.
    Résumé : Este artigo é produto de uma reflexão epistemológica. Sendo poucos os trabalhos que permitem esclarecer o impacto de pertencimento a um gênero nos riscos de deterioração da saúde no ambiente do trabalho, pretendemos descrever aqui reflexões relacionadas com mudanças no âmbito de um seminário de pesquisa. Podemos vincular o mal-estar experimentado e as desigualdades das quais são vítimas as mulheres sem que os atores o percebam e pertençam a um gênero. Isso devido a uma notória invisibilidade das características desse mal-estar e de suas causas, pois surgem como algo natural ou estão vinculadas a escolhas ou incapacidades das mulheres, sendo que a origem está nas formas de organização do trabalho e relações construídas com base na socialização entre homens e mulheres diferentes. A questão da abordagem metodológica é, ao mesmo tempo, crucial e difícil, pois a variável explicativa do gênero está associada a diversas outras.
    Mots-clés : *GTM, Autres revues scientifiques.

  • Céline Bessière et Sibylle Gollac, « Des liens et des biens », Mouvements, n°82, 2015 - p. 28-35.
    Résumé : Quand on parle de famille, on pense souvent à des liens – d’amour, de filiation, d’entraide ou de conflit... Or la famille est aussi une affaire de biens, comme nous le rappellent Céline Bessière et Sibylle Gollac : on y échange et transmet des choses. Cette dimension patrimoniale de la famille est un lieu majeur de la production des rapports sociaux de classe et de sexe. À partir de leurs enquêtes, les auteures montrent comment la loi et les pratiques des professionnels du droit fabriquent et prolongent les inégalités entre familles et définissent très précisément les contours de la famille, fondée sur une « lignée ». Il vaut bien sûr mieux être riche que pauvre (car les avantages se cumulent), mais aussi un frère qu’une sœur, un descendant qu’une épouse.
    Mots-clés : *CSU, Autres revues scientifiques.

  • Céline Bessière et Sibylle Gollac, « Des exploitations agricoles au travers de l'épreuve du divorce », Sociétés contemporaines, n°96, 2015 - p. 77-108.
    Résumé : L’augmentation des séparations conjugales touche toutes les catégories socioprofessionnelles, y compris les agriculteurs. Cet article s’appuie sur un corpus d’une vingtaine de dossiers judiciaires de divorces impliquant un agriculteur ou une agricultrice entre 2009 et 2011. Il examine les modalités selon lesquelles les exploitations agricoles résistent (ou non) au divorce. L’analyse se concentre sur les disparités entre agriculteurs. Les dossiers judiciaires de divorce témoignent de l’existence de groupes sociaux d’agriculteurs inégalement dotés en capitaux économiques, culturels et sociaux, au sein desquels les séparations conjugales n’ont pas les mêmes conséquences. L’article met également en lumière le fait que l’institution judiciaire ne reconnaît pas la contribution économique (productive ou aujourd’hui de plus en plus souvent financière) des femmes dans les exploitations agricoles. Ainsi, la perpétuation de la domination masculine, selon des modalités renouvelées, participe à la reproduction de rapports de classe dans l’agriculture.
    Mots-clés : *CSU, Referencement Journal Base.

  • Catherine Bonvalet et Céline Clément, « Un baby-boom, des baby-boomeuses? Trajectoires professionnelles des femmes françaises issues du baby-boom », Enfances Familles Générations, 2015 - en ligne : http://www.efg.inrs.ca/index.php/EFG/article/view/463.
    Résumé : In the normal scheme of things in the 1960s, life outside the family was reserved for men only, while women were considered “queens of the household.” Though raised according to this model, generations of women born post-war would nevertheless free themselves of it and gain more autonomy by developing new lifestyles both within their relationships and families but also outside of these private spheres. Once women were able to receive an education and take control of their fertility—choosing when and how many children to have—their life trajectories began to diversify, in particular in terms of their careers, as evidenced by their large-scale and permanent entrance into the job market starting in 1960. This was a major sociological change at the time and a radical transformation of employment status, with women moving from staying at home, to working some of the time, and leading to the model we have today, that of full-time employment and even holding multiple jobs (Maruani, 2000). Yet while the baby-boom generations are often viewed as the initiators of this latter model, a number of different employment models currently coexist. The goal of this article is to describe, over the long term, these various employment models by way of 32 life histories of women from the first-generation of baby boomers (i.e., born between 1945 and 1954) taken in Paris and the surrounding region. These activity profiles constructed starting from childhood—in particular stemming from maternal imprinting (Battagliola, 1987), to modes of entry into adulthood, the root of social differentiation and female trajectories (Blöss et al. , 1996), to the end of their working lives—can then be explored and used to establish a typology (knowing full well that such models are both highly changeable and permeable, since women may move from one model to another, especially if they separate). Such changes do not occur for everyone or at the same moment in life, which results in a heterogeneity of career paths but also in different visions women’s place in the family and in society, since these different models greatly influence how families are organized and represented, and they influence women’s trajectories, especially in terms of their conjugal relationships.
    Mots-clés : *GTM, Referencement Journal Base.

  • Dalila Bovet, Mathilde Lalot et Vanessa Nurock, « L’éthique animale au croisement des perspectives de recherche entre éthologie et philosophie », Histoire de la recherche contemporaine. La revue du Comité pour l’histoire du CNRS, vol.IV, n°1, 2015 - p. 44-49.
    Résumé : Des recherches conduites récemment en éthologie tendent à considérer les animaux comme des agents moraux. Ils ne concernent que peu d’espèces, primates surtout, et étudient essentiellement les comportements liés à l’empathie et le sentiment d’injustice. Ces deux thématiques coïncident avec certains travaux menés en psychologie et en philosophie morales qui suggèrent que notre capacité morale s’appuie sur au moins deux principales sous-capacités consacrées respectivement à un sens du juste et à un sens du bon. Ces recherches influencent notre manière de concevoir la morale et notre relation avec les animaux.
    Mots-clés : *Labtop, Autres revues scientifiques.

  • Romulus Breban, Baptiste Coulmont et Virginie Supervie, « The diffusion dynamics of choice: From durable goods markets to fashion first names: The Diffusion Dynamics of Choice », Complexity, 2015 - en ligne : http://doi.wiley.com/10.1002/cplx.21748.
    Résumé : Goods, styles, ideologies are adopted by society through various mechanisms. In particular, adoption driven by innovation is extensively studied by marketing economics. Mathematical models are currently used to forecast sales of innovative goods. Inspired by the theory of diffusion processes developed for marketing economics, we propose a modelling framework for the mechanism of fashion, which we apply to first names. Analyses of French, Dutch, and US national databases validate our modelling approach for thousands of first names, covering, on average, more than 50% of the yearly incidence in each database. In these cases, it is thus possible to study how first names become popular and when they run out of fashion. Furthermore, we uncover a clear distinction between popularity and fashion: less popular names, typically not included in studies of fashion, may be driven by fashion, as well.
    Mots-clés : *CSU, Autres revues scientifiques.

  • Thomas Brisson, « Confucius, retour vers le futur », Revue du Crieur, n°1, 2015 - p.
    Résumé : Après sa longue traversée du désert dans la Chine maoïste, Confucius revient aujourd'hui en force. Il est à la fois une icône « pop » - les manuels de self help tirés des Analectes se vendent à des millions d'exemplaires -, un outil de gouvernement - l'État chinois s'en sert pour stimuler les ardeurs nationalistes, réordonner la société et justifier ses noces de feu avec le capitalisme mondialisé -, et un objet de débats philosophico-politiques - dont les enjeux sont la création d'un cadre universaliste alternatif à celui des droits de l'homme.
    Mots-clés : *Labtop, A vérifier, Grand public-Expertise.
    Note Note
    <p>pages manquantes</p>

  • Carole Brugeilles, « L'accouchement par césarienne, un risque pour les droits reproductifs ? », Autrepart, n°70, 2015 - p. 143-164.
    Résumé : La possibilité d’accoucher par césarienne est souvent associée à l’amélioration de la santé de la reproduction et au respect des droits qui lui sont associés. Dans les pays du Sud, elle est rarement pratiquée dans certains contextes, ce qui est préjudiciable à la santé et ne garantit pas les droits reproductifs, alors que dans d’autres, sa fréquence élevée suscite des controverses. Cet article propose de discuter les relations complexes de l’accouchement par césarienne avec la santé et les droits reproductifs. L’utilisation massive de la césarienne représente-t-elle une limite à la santé reproductive et une entrave à l’exercice des droits reproductifs ? L’analyse est fondée sur une synthèse bibliographique de références principalement médicales, épidémiologiques et de santé publique, les sciences sociales étant relativement en retrait sur cette question. Une attention particulière est portée à l’Amérique latine, sous-continent très concerné par « l’épidémie de césariennes ».
    Mots-clés : *GTM, Referencement Journal Base.

  • Xavier Bry, Nicolas Robette et Olivier Roueff, « A dialogue of the deaf in the statistical theater? Adressing structural effects within a geometric data analysis framework », Quality & Quantity, vol.50, n°3, 2015 - p. 1009-1020.
    Résumé : Since their introduction in the late 1960s, the “moderate”, and moreover “metrological” and “hypermetrological” uses of regression models quickly became the dominant quantitative approach in the Anglo-Saxon social sciences. This “sociology of the variables” has been the subject of many critical insights, with little impact on its dominance. By contrast, the French situation is quite different, mainly because of the strong association between Pierre Bourdieu’s research program and the correspondence analysis methods. In this context, the relationship between geometric data analysis and regression models has turned into a “dialogue of the deaf”. Complementarity is sometimes emphasized, correspondence analysis being associated with exploration and description of the data, and regressions being used to explain, reject or confirm assumptions. But regression models may also be used in order to analyze structural effects within a framework of geometrical data analysis, e.g. by visualizing graphically the results of a regression (Rouanet et al. in Math Sci Hum 160:13–46, 2002; Lebaron 2013). We propose a new multi-step approach, “Standardized Factor Analysis”, which relies on geometric analysis and uses linear regression in a second stage in order to uncover structural effects in the original space. We illustrate it with data about tastes for cinema in France. We conclude by raising a more general set of questions about causality: social determinisms, even well established, are partial in the sense that they produce their effects only when associated with each other.
    Mots-clés : *CSU, Referencement Journal Base.

  • Sylvaine Bulle, « La règle et la pratique. La cas du conflit israélo-palestinien dans le dernière décennie (2004–2014) », International Review of Sociology, vol.25, n°2, 2015 - p. 299-317.
    Résumé : Cette contribution analyse le gouvernement par les normes dans le conflit israélo palestinien depuis une décennie. L’hypothèse est que le droit et l’ensemble des dispositifs sécuritaires et juridiques, s’ils sont intimement liés à l’ordre du contrôle et d’une certaine domination, donnent lieu à différentes représentations cognitives. L’enjeu est pour certains agents de se saisir des règles à l’œuvre dans les dispositifs de contrôle et d’en faire un usage pratique, voire stratégique. L’étude questionne ainsi la porosité morale des dispositifs de gestion de ce conflit et la diversité des conduites morales. Différents cas de figures (la mobilité économique et résidentielle, la lutte contre les expropriations ou la conquête des droits au travail) permettent de poser un regard contrasté sur la qualification de cette réalité sécuritaire par les citoyens Palestiniens de Cisjordanie ou de Jérusalem. L’étude s’appuie sur un ensemble de matériaux d’enquête, qui renvoient à des évènements différents propres à fonder des configurations socio spatiales, permettent d’analyser certaines justifications ou les motifs d’action de citoyens, pris dans les dispositifs juridico-normatifs.
    Mots-clés : *Labtop, Referencement Journal Base.

  • Aude Béliard, Aurélie Damamme, Jean-Sébastien Eideliman et Delphine Moreau, « "C’est pour son bien". La décision pour autrui comme enjeu micro-politique », Sciences sociales et santé, vol.33, n°3, 2015 - p. 5-14.
    Résumé : Les sociétés occidentales contemporaines postulent et promeuvent la figure d’un individu autonome et responsable (Ehrenberg, 2010). Différentes politiques publiques et lois récentes en témoignent, à travers le développement de dispositifs visant à garantir l’autonomie des personnes, à la préserver et à encourager son développement (Winance, 2007), que ce soit dans les domaines sanitaire, social et médico-social ou dans celui de la protection des majeurs. Dans le contexte français, l’évolution législative a tendu à redistribuer la légitimité à décider du côté du patient, mais dans certaines limites et sans lui attribuer la pleine souveraineté sur les décisions qui le concernent (Thouvenin, 2007). Les possibilités de protection juridique et administrative des personnes considérées comme incapables de décider pour elles-mêmes ont aussi été remaniées par la loi de 2007 sur les tutelles (Eyraud, 2013). Celle-ci réaffirme la frontière entre problèmes sociaux (renvoyés à des mesures de protection administrative) et problèmes médicaux (justifiant les mesures juridiques). De même, la réforme des soins sans consentement en psychiatrie, en introduisant le contrôle systématique des hospitalisations par le juge des libertés, a modifié l’équilibre de répartition des pouvoirs entre instances médicales et judiciaires. Paradoxalement, au-delà de la promotion de cette figure de l’individu acteur de sa propre vie, usager et citoyen (Breviglieri, 2008), ces dispositifs reflètent la production publique d’interrogations politiques et morales au sujet de personnes qui voient leur capacité à décider pour elles-mêmes tout à la fois mise en doute et protégée, suscitée et soumise à évaluation. ...
    Mots-clés : *GTM, Referencement Journal Base.

  • Céline Béraud, Baptiste Coulmont, Philippe Portier et Irène Théry, « Du mariage civil au "mariage pour tous". Sécularisation du droit et mobilisations catholiques », Sociologie, vol.6, n°1, 2015 - en ligne : https://sociologie.revues.org/2528 - (Débat entre Philippe Portier et Irène Théry animé par Céline Béraud et Baptiste Coulmont).
    Résumé : Introduction Le processus menant de l’élection de François Hollande au vote de la loi du 18 mai 2013 ouvrant en France le mariage aux couples de personnes de même sexe fut particulièrement conflictuel. Aboutissement temporaire d’une période remontant à la deuxième moitié des années 1990 et à la création du Pacte civil de solidarité (pacs), le moment « mariage pour tous » a surpris bon nombre d’observateurs. [...] Sociologie a choisi d’organiser un débat autour du processus déjà ancien de sécularisation du droit du mariage, et des mobilisations catholiques récurrentes opposées. L’invocation de la nature, présente dans les discours de certains évêques comme dans les cortèges des Manif pour tous n’est pas nouvelle. Question philosophique souvent réduite aujourd’hui à des conceptions biologisantes, elle s’inscrit dans une longue tradition, celle du droit naturel, que les catholiques n’ont pas été les seuls à mobiliser. Question de changement social, il s’agissait en outre de remettre en perspective historique l’institution du mariage, qui a connu bien avant les années 1960‑70 d’importantes transformations. Question de sociologie politique : autour du mariage pour tous s’est enfin rejouée une partition dont certaines des notes et des rythmes s’inscrivent dans plusieurs siècles de conservatisme religieux. (...)
    Mots-clés : *CSU, Referencement Journal Base.

  • Coline Cardi, « Les habits neufs du familialisme. Ordre social, ordre familial et ordre du genre dans les dispositifs de soutien à la parentalité », Mouvements, n°82, 2015 - p. 11-19.
    Résumé : La création de nouveaux dispositifs d’aide à la parentalité s’inscrit dans la transformation de l’action sociale en direction des familles, marquée par une remise en cause des formes les plus contraintes et normatives du familialisme. En ce sens, elle participe d’un processus plus large de démocratisation familiale, fondé sur un référentiel égalitaire et émancipateur. Toutefois, le détour par l’histoire de la création de ces dispositifs et l’analyse de leur mise en œuvre oblige à nuancer ce constat. Ces nouvelles formes de gouvernement des familles populaires réactivent en effet, par le registre de la psychologie notamment, les liens étroits entre ordre social, ordre familial et ordre du genre.
    Mots-clés : *CSU, Autres revues scientifiques.

  • Coline Cardi et Geneviève Pruvost, « Les mises en récit de la violence des femmes: Ordre social et ordre du genre », Idées économiques et sociales, n°181, 2015 - p. 22-31 - (Cet article reprend en français le texte en anglais paru en 2015 dans la revue américaine History of the Present, sous le titre « Thinking Women’s Violence ».).
    Résumé : La violence des femmes est longtemps restée un impensé. Son étude permet pourtant de questionner les rapports sociaux de sexe et, au-delà, la place du pouvoir de violence, inégalement réparti, dans le maintien de l’ordre social. L’enjeu est à la fois politique et épistémologique. C’est ce que montre l’analyse transversale des mises en récit typiques de la violence des femmes, récits performatifs qui visent à produire, à réaffirmer ou au contraire à bouleverser la différence des sexes. En creux, on perçoit combien les femmes qui revendiquent l’accès au pouvoir de violence peuvent être dangereuses en tant qu’elles brouillent les frontières de genre, frontières que la société, en distribuant de manière inégalitaire ce pouvoir, contribue à produire et à préserver .
    Mots-clés : *CSU, Article, Autres revues scientifiques.

  • Coline Cardi et Geneviève Pruvost, « Thinking Women’s Violence »traduit par Will Bishop, Sylvia Schafer, , History of the Present, vol.5, n°2, 2015 - en ligne : http://www.jstor.org/stable/10.5406/historypresent.5.2.0200 - 200-216 p.
    Résumé : Exhuming, denaturalizing, historicizing, and politicizing women's violence implicitly means pointing out something fundamentally unthought that undergirds a major share of the research on violence. Such studies tend to consider only masculine forms of violence and relegate the minority participation of women to the margins without noting the gendered dimension of the categories in use. The task before us, then, is not only to qualify the minimal participation of women by showing their more active role, but also to interrogate the social order that undergirds the assignation of women to the position of "a-violence," not to be confused with the political position of nonviolence . . .
    Mots-clés : *CSU, Autres revues scientifiques.

  • Marie Cartier, Isabelle Coûtant, Olivier Masclet, Nicolas Renahy et Yasmine Siblot, « De la sociologie de la classe ouvrière à la sociologie des classes populaires : Penser ensemble la condition des ouvriers et des employé-e-s », Savoir/Agir, n°34, 2015 - p. 55-61 - (À propos de : Yasmine Siblot, Marie Cartier, Isabelle Coutant, Olivier Masclet et Nicolas Renahy, Sociologie des classes populaires contemporaines, Paris : Armand Colin, coll. « U », 2015.).
    Résumé : Notre ouvrage, Sociologie des classes populaires contemporaines, rend compte des nombreux travaux qui ont porté sur les ouvriers et les employés depuis les années 1980 : à la fois les travaux centrés sur le travail et le hors travail, la famille, l’école ou les loisirs. Mais, au-delà de ce travail de synthèse, nous avons cherché à interroger les conditions d’existence des ouvriers et des employés aujourd’hui. Peut-on continuer à parler de « classes populaires » comme on a pris l’habitude de le faire, en tout cas en France ?
    Mots-clés : *CSU, Article, Autres revues scientifiques.

  • Raphaël Challier, « "Engagez-vous", qu’ils disaient : des discours politiques populistes aux expériences militantes populaires », Lien social et Politiques, n°74, 2015 - p. 171-185.
    Résumé : L’article traite dans un premier temps des usages du « populaire » dans le champ politique français. En parlant au nom des classes populaires, les professionnels de la politique construisent un imaginaire à propos de ces catégories, imaginaire porteur de nombreux implicites et qui mérite d’être déconstruit. Dans un second temps, il s’agit de confronter ces discours à la réalité des pratiques partisanes. Dans un portrait de deux jeunes militants – l’un de gauche (PCF), l’autre de droite (UMP) –, nous tenterons de montrer comment le sociologue peut proposer un regard plus empirique sur la politisation des classes populaires, notamment en interrogeant leur marginalisation au sein des collectifs militants.
    Mots-clés : *GTM, Referencement Journal Base.

  • Vanessa Codaccioni, « Justice populaire et mimétisme judiciaire. Les maoïstes dans et hors la cour de sûreté de l’État », Droit et société, n°89, 2015 - p. 17-33.
    Résumé : À travers les usages politiques de la forme procès par les membres de la Gauche prolétarienne au début des années 1970, cet article interroge les liens entre mimétisme judiciaire et justice populaire. Il met en évidence la difficile dialectique entre lutte anti-judiciaire et appel à la justice du peuple, et analyse le caractère indépassable du procès pour les opposants réprimés. Plus généralement, en se focalisant sur les récupérations militantes de l’appareil juridictionnel existant (les procès politiques et les tribunaux populaires), il s’agit ici de rendre compte de la fascination exercée par la Justice sur ceux qui veulent se réapproprier le monopole de la violence physique étatique, et l’utiliser pour punir ceux épargnés par la loi et, au-delà, créer un nouvel État.
    Mots-clés : *CSU, Referencement Journal Base.

  • Vanessa Codaccioni, Déborah Puccio-Den et Violaine Roussel, « Les "bonnes formes" du procès à l'épreuve des mobilisations politiques », Droit et société, vol.1, n°89, 2015 - p. 9-15 - (Présentation du dossier "Des usages politiques de la forme procès".).
    Résumé : Une série de travaux récents a exploré les usages sociaux du droit, tout particulièrement lorsque ceux-ci étaient le fait de professionnels du procès (magistrats, avocats). Elle a pris acte des débats anglo-saxons autour du cause lawyering et a contribué de façon critique à l’analyse des mobilisations de juristes. Les questions de la défense de causes en justice et de ses effets en retour sur les professionnels du droit ont été au cœur de ces recherches. D’autres enquêtes se sont davantage orientées vers la mise en évidence des mécanismes de construction des problèmes publics dans des arènes judiciaires. Néanmoins, les usages politiques des cadres juridictionnels n’ont jusqu’ici pas reçu autant d’attention. Les cinq contributions composant ce dossier s’intéressent précisément, au-delà des activités de définition de procès comme « politiques » (ou non), aux usages variés des procédures, techniques et dispositifs juridictionnels dont les protagonistes sont capables au cours des mobilisations dans ces arènes. Autrement dit, la question du « procès (à enjeu) politique » peut être considérée comme une forme générale investie, réappropriée ou subvertie par différents acteurs en fonction des buts poursuivis. Ce concept d’investissement de forme « peut comprendre, outre les investissements au sens traditionnel du terme, des opérations de mise en forme très variées, depuis la contrainte matérielle d’une standardisation jusqu’à l’impératif moral de l’engagement, en passant par l’obligation des conventions . L’approche du procès en tant que forme est ici articulée à l’analyse du recours aux multiples dispositifs juridiques et non juridiques observables au cœur des situations contentieuses analysées. Les jeux avec et sur les outils juridiques contribuent à déterminer ce que « politiser le prétoire » veut dire et à (re)dessiner les contours de l’intervention légitime d’acteurs juridictionnels dans la gestion de « crises politiques ».
    Mots-clés : *CSU, *Labtop, Présentation-Introduction, Referencement Journal Base.

  • Sylvie Contrepois, « Deindustrialisation, regeneration, mobilisation…and human drama in capitalist economies », Labor History, vol.56, n°1, 2015 - p. 83-88 - (Review Symposium).
    Mots-clés : *CSU, Referencement Journal Base.

  • Joan Cortinas, « L’accès aux droits sociaux comme instrument de régulation de l’activité professionnelle : le cas des employés des services sociaux municipaux en charge des dossiers d'accès au Revenu minimum d'insertion en Catalogne », Sciences et actions sociales, n°2, 2015 - en ligne : http://sas-revue.org/index.php/21-n-2/dossiers-n2/33-l-acces-aux-droits-sociaux-comme-instrument-de-regulation-de-l-activite-professionnelle.
    Résumé : Nous abordons ici la question du non-recours aux droits sociaux par le biais des pratiques professionnelles du travail social dans un contexte d'une action sociale fortement bureaucratisée et hiérarchisée. Ces phénomènes couplés à la culture professionnelle des éducateurs spécialisés et assistants du service social ainsi qu'à leur position de classe façonnent les pratiques professionnelles des travailleurs sociaux. Dans cette configuration, le droit peut être un outil utilisé par les professionnels des services sociaux pour reprendre le contrôle sur leurs pratiques professionnelles. Nous nous appuyons sur une enquête par observation et entretiens sur les perceptions et gestion concrète par les agents des services sociaux du rôle d'informateurs/gestionnaires qu'ils jouent vis-à-vis des dossiers d'accès au revenu minimum d'insertion . Cette enquête a eu lieu entre 2006 et 2009 dans les services sociaux municipaux d'une ville de la banlieue de Barcelone.
    Mots-clés : *CSU, Autres revues scientifiques.

  • Joan Cortinas Muñoz, Murielle Coeurdray et Franck Poupeau, « Du "reclamation act" de 1902 aux mega-projets federaux. Une perspective sociohistorique sur la genèse des politiques hydriques aux USA: le cas de l’Ouest étasunien », Cuadernos de Desarrollo Rural, vol.12, n°76, 2015 - p. 135-153.
    Résumé : Cet article se propose d’apporter un éclairage aux problèmes de pénurie d’eau que vit actuellement l’ouest des Etats-Unis. A travers un travail de reconstitution historique des politiques hydriques de la région, l’article défend l’idée que la pénurie d’eau actuelle doit se comprendre, en partie, comme le résultat de l’action des élites économiques, politiques et administratives qui ont conçu les politiques hydriques aux USA. Plus concrètement, la pénurie d’eau, au-delà du cycle de sécheresse actuel, est le résultat de la production d’une vision du développement économique traversée par des intérêts et des logiques contradictoires relatifs à l’exploitation des ressources naturelles, largement conçue comme un facteur déterminant de croissance.
    Mots-clés : *CSU, Autres revues scientifiques.

  • Baptiste Coulmont, « Églises africaines à l’affiche à Paris », Afrique contemporaine, n°252, 2015 - p. 138-139.
    Résumé : Depuis le début des années 2000, des affiches pour des événements organisés par des pasteurs d’Églises africaines ou caribéennes inondent les quartiers africains de Paris et de sa banlieue. Deux cents ont pu être recueillies dans le quartier de Château Rouge, à Paris, entre 2008 et 2011. Leur ressemblance est frappante : elles semblent suivre une formule graphique et sémantique qui se prête rapidement à l’analyse quantitative.
    Mots-clés : *CSU, Referencement Journal Base.

  • Aurélie Damamme, Emmanuelle Fillion et Myriam Winance, « Thinking the Aid and Care Relationship from the Standpoint of Disability: Stakes and Ambiguities / Penser la relation d’aide et de soin à partir du handicap : enjeux et ambivalences », ALTER - European Journal of Disability Research / Revue Européenne de Recherche sur le Handicap, vol.9, n°3, 2015 - p. 163-168 et 169-174 - (Éditorial du dossier "Care et handicap. 1ère partie").
    Mots-clés : *GTM, Présentation-Introduction, Referencement Journal Base.
  • Claude Dargent, « Croyances religieuses, valeurs et choix politiques », Cahiers Français, n°389, 2015 - p.
    Mots-clés : *GTM, A vérifier, Referencement Journal Base.
    Note Note
    <p>Pages manquantes + citation de l'article repris</p>

  • Claude Dargent et Guy Michelat, « Système symbolique catholique et comportements électoraux », Revue française de science politique, vol.65, n°1, 2015 - p. 27–60.
    Résumé : Avec constance, les sciences sociales établissent depuis un siècle le lien étroit qui unit catholicisme et vote de droite en France. Malgré les profondes transformations qui ont affecté champ religieux et champ politique, cette relation se vérifie de nouveau lors de l’élection présidentielle de 2012. Croissant avec la fréquence de l’assistance à l’office, la propension des catholiques à voter à droite se révèle indépendante de leurs autres caractéristiques sociodémographiques. Par ailleurs, libéralisme économique et ethno-autoritarisme, qui s’accompagnent d’attitudes et de comportements politiques conservateurs, vont également de pair avec une augmentation du degré d’intégration au catholicisme. Cependant, même une fois contrôlée la position sur ces deux échelles d’attitudes, l’effet de la pratique catholique sur le vote de droite demeure.
    Mots-clés : *GTM, Referencement Journal Base.

  • Virginie Descoutures, « Le nom des femmes et sa transmission », Mouvements, n°82, 2015 - p. 43-48.
    Résumé : En France et ailleurs, on pense souvent que les femmes « perdent » leur nom de naissance lorsqu’elles se marient ou encore qu’elles ne peuvent pas transmettre leur nom à leur enfant. En revanche on sait moins que les hommes mariés peuvent aussi porter le nom de leur épouse ou que les deux membres du couple, mariés ou non, peuvent transmettre chacun.e leur nom à leur(s) enfant(s). Le « nom des femmes » (et sa transmission) est une bonne illustration des décalages qui existent entre ce que permet le droit et les usages sociaux qu’en font les individus. Ceci s’explique par la longue histoire patriarcale des sociétés – littéralement dirigées par les pères –, gouvernement remis en cause par une série de politiques publiques qui visent à établir concrètement une plus grande égalité entre les femmes et les hommes depuis la fin des années 1960. En matière de nom, ces « politiques du genre », impulsées par les recommandations de l’Union européenne, sont plus récentes.
    Mots-clés : *CSU, *GTM, Autres revues scientifiques.

  • Diane Desprat, « Une socialisation au travail émotionnel dans le métier de coiffeur », La nouvelle revue du travail, n°6, 2015 - en ligne : http://nrt.revues.org/2149.
    Résumé : Cet article s’emploie à mettre en évidence les processus de socialisation du travail émotionnel nécessaire au bon déroulement de la prestation de service ainsi que le contexte spécifique dans lequel il est sollicité. À partir d’une enquête menée dans plusieurs salons de coiffure et en Centre de Formation d’Apprentis (CFA), il montre en quoi ce travail émotionnel découle d’une socialisation multiple (la direction, les collègues de travail et les professeurs) et diffère selon que l’on est une femme ou un homme.
    Mots-clés : *GTM, Autres revues scientifiques.

  • Keivan Djavadzadeh et Myriam Paris, « Introduction au dossier : Du côté obscur : féminismes noirs », Comment s'en sortir ?, n°1, 2015 - en ligne : https://commentsensortir.org/numeros/numeros-parus/numero-1/.
    Mots-clés : *Labtop, Autres revues scientifiques, Présentation-Introduction.

  • Elsa Dorlin, « Le cœur de la révolte », Mouvements, n°83, 2015 - p. 35-41.
    Résumé : Où sont les filles ? Lors des révoltes de 2005, en dépit de leur mobilisation, elles ont été laissées hors-champ dans le traitement médiatique des événements. L’engagement de filles dans un conflit violent reste en effet largement impensable. Cependant, Elsa Dorlin montre qu’au cours de la dernière décennie les « filles des quartiers » font peu à peu craquer les cadres de représentation des « jeunes de banlieue », même si on continue à leur dénier une capacité d’agir réellement politique.
    Mots-clés : *Labtop, Autres revues scientifiques.

  • Elsa Dorlin et Myriam Paris, « Les hétérotopies du féminisme noir », Comment s'en sortir ?, n°1, 2015 - p.
    Mots-clés : *Labtop, Autres revues scientifiques.

  • Sylvia Duverger, « Simone Iff : Du protestantisme au féminisme (1924-2014) », Nouvelles Questions Féministes, vol.34, n°1, 2015 - p. 158-166.
    Résumé : Née le 4 septembre 1924, à Vabre, dans le Tarn, Simone Iff est la quatrième fille de Marthe Capelle, ancienne sévrienne qui fut un temps professeure de lettres, et de son époux, le pasteur Frantz Balfet.À 18 ans, elle tombe enceinte. Ses parents quittent Sète pour Le Vésinet afin de parer au scandale, mais ils ne renient pas pour autant leur fille. Elle épouse en 1943 – elle a alors 19 ans – le futur...
    Mots-clés : *Labtop, Referencement Journal Base.

  • Nicolas Duvoux, « Field Fright », Books and Ideas, Janvier, 2015 - en ligne : http://www.booksandideas.net/Field-Fright-Studying-Urban-Poverty-in-Boston.html.
    Mots-clés : *CSU, Autres revues scientifiques.

  • Michel Feher, Catherine Achin et Olivier Roueff, « Que deviennent les arts d’aimer avec le néolibéralisme ? », Mouvements, vol.82, n°2, 2015 - p. 148-158 - (Entretien avec Michel Feher, propos recueillis par Catherine Achin et Olivier Roueff).
    Résumé : Michel Feher est philosophe, cofondateur des éditions Zone books et de l’association Cette France-là. Mouvements l’a interrogé sur l’histoire des critiques et apologies de la famille, en faisant un détour par la double généalogie des « conditions » et des « érotiques », soit des représentations partagées de la condition humaine et, sur ce fond, des problèmes que l’amour doit surmonter. L’entretien propose ainsi un bilan qui articule de manière inédite les travaux qu’il mène depuis les années 1990 sur les érotiques et depuis les années 2000 sur les « conditions ». Nous vous présentons ici ses développements sur la période contemporaine. L’analyse de la condition néolibérale et de ses penchants à la quête du crédit et au partage des goûts, offre un éclairage indispensable pour qui se soucie de redéfinir une politique émancipatrice des liens d’intimité, d’intensité affective et de solidarité que la relation familiale semble désigner. Il ne s’agit rien de moins que de ne pas se tromper d’époque.
    Mots-clés : *CSU, Autres revues scientifiques, Entretien.

  • Sabine Fortino, « La mise au travail des émotions. Travail émotionnel des conducteurs de train et emergence de nouvelles actions revendicatrices », Terrains/Théories, n°2, 2015 - en ligne : http://teth.revues.org/279.
    Résumé : La prise en compte des émotions au travail commence à trouver sa place, en France, dans les analyses sociologiques du travail contemporain. Cependant, l’étude du travail émotionnel se cantonne souvent aux métiers de service ou de care alors qu’elle s'avère également heuristique pour analyser les activités techniques. L’article se propose d’analyser le cas des conducteurs de train dont le travail émotionnel (souvent dénié mais sans cesse présent) est de plus en plus contrarié par les nouvelles exigences managériales de performance et de productivité, entraînant fatigue accrue, nervosité dans l’espace public et privé. Les normes émotionnelles de métier, dans un secteur d’activité traditionnellement masculin (et centré sur les valeurs valorisées de la virilité) jouent également contre l’expressivité et la mise au travail des émotions qui reviennent alors par la « petite porte » des cauchemars et des fantasmes. Face à l’expression moins réprimée que par le passé d’une pénibilité au travail, voire d’une souffrance, que les conducteurs trouvent de plus en plus inacceptables, quel rôle peut jouer le syndicalisme ? Comment transformer le registre revendicatif bien rodé d’un syndicalisme « français » plus enclin à négocier des primes qu’à changer le travail ?
    Mots-clés : *GTM, Autres revues scientifiques.

  • Sabine Fortino, Aurélie Jeantet et Albena Tcholakova, « Émotions au travail, travail des émotions : présentation du corpus », La nouvelle revue du travail, n°6, 2015 - en ligne : http://nrt.revues.org/2071.
    Résumé : Le travail, qui occupe une place centrale dans nos sociétés, sollicite sans cesse les émotions. Au cœur des rapports sociaux et des conflits, il engendre tout à la fois violence ou solidarité, suscitant des sentiments d’injustice, de colère, d’envie, de haine, mais aussi de satisfaction et de plaisir. Dans le cadre de leurs activités professionnelles quotidiennes, le travail mobilise les individus dans leur « entier », corps et âme, les incitant à s’appuyer sur des savoir-faire techniques mai...
    Mots-clés : *GTM, Autres revues scientifiques.

  • Camille François, « Produire et normaliser les familles par le logement », Mouvements, n°82, 2015 - p. 36-42.
    Résumé : Il n’est de famille qu’à partager le même toit : ce mantra est l’un des piliers indépassables de l’intervention publique sur les familles. À travers le logement, l’État a en effet institué la famille nucléaire et hétérosexuelle comme sujet de droit et modèle d’accès aux droits civils, sociaux, fiscaux. Les dispositifs de la politique du logement, comme les projets de « rénovation urbaine » ici analysés, ne se contentent pas de disqualifier et d’exclure les familles « atypiques » qui leur préexisteraient. Ils produisent et normalisent les familles en les dispersant ou en les regroupant afin qu’elles s’adaptent aux attentes morales et comptables de leurs agents : avec certaines démolitions, c’est jusqu’à 40 % des familles qui se voient recomposées.
    Mots-clés : *CSU, Autres revues scientifiques.

  • Jane Freedman, « Who’s responsible for violence against migrant women », Open Democracy, 2015 - en ligne : https://www.opendemocracy.net/beyondslavery/jane-freedman/who%E2%80%99s-responsible-for-violence-against-migrant-women.
    Résumé : Migrant women are vulnerable to violence at all stages of their journey due to gendered inequalities and relations of domination. Current EU policies restricting migration exacerbate their vulnerability.
    Mots-clés : *GTM, Grand public-Expertise.

  • Sibylle Gollac et Cédric Hugrée, « Avoir trente ans dans le secteur public en 1982 et en 2002 les transformations d’une filière de promotion sociale par le diplôme », Revue française d'administration publique, n°153, 2015 - p. 23-43.
    Résumé : Dans la poursuite des réflexions sur les clivages générationnels en matière d’accès au salariat qualifié, cet article propose de comparer les caractéristiques des trentenaires salariés du public et du privé entre 1982 et 2002 en termes d’origine sociale, de sexe et de diplômes. Dans un premier temps, on interroge les conséquences de la contraction indéniable de l’emploi public qualifié pour cette classe d’âge, en matière d’accès des femmes et des enfants des classes populaires à ce secteur d’emploi. Dans un second temps l’examen des destinées professionnelles des trentenaires salariés du public et du privé révèle deux mouvements paradoxaux : d’une part, en 2002 plus qu’en 1982, les trajectoires sociales observées dans le public sont plus favorables pour les femmes et les enfants des classes populaires que celles observées dans le privé ; de l’autre pourtant, le secteur public, en raison de sa contraction, a perdu son rôle de promoteur social des jeunes diplômés issus de ces groupes sociaux.
    Mots-clés : *CSU, Referencement Journal Base.

  • Thomas Grillot et Nicolas Larchet, « Militantisme et alimentation alternative aux États-Unis. Entretien avec Julie Guthman [Titre original : Alternative Foods, Activism and Strawberries in California. An interview with Julie Guthman, Books and Ideas, 9 février 2015] »traduit par Arianne Dorval, , Books and Ideas, 2015 - en ligne : http://www.booksandideas.net/Alternative-Foods-Activism-and-Strawberries-in-California.html - 7 p.
    Mots-clés : *CSU, Autres revues scientifiques.

  • Auriane Guilbaud, « Les partenariats public-privé sanitaires internationaux: diffusion et incarnation d’une norme de coopération », Mondes en développement, vol.170, n°2, 2015 - p. 91–104.
    Résumé : Cet article analyse l’institutionnalisation des partenariats public-privé sanitaires internationaux se développant depuis la fin des années 1990. Il montre que la formulation lâche et imprécise d’une norme de coopération avec les entreprises dans un cadre de réforme du système onusien et selon un processus « top down », puis sa clarification par l’intermédiaire du Pacte Mondial et des Objectifs du Millénaire pour le développement, enclenchent une phase de diffusion orientée autour de la notion de « partenariat », qui reste suffisamment vague pour faire l’objet d’appropriations diverses. Parmi celles-ci, on peut distinguer l’émergence d’une forme spécifique, les partenariats public-privé sanitaires internationaux, qu’il est alors possible de définir de manière pertinente.
    Mots-clés : *Labtop, Referencement Journal Base.

  • Auriane Guilbaud, « Rapports de l'OMS et vision du monde », Recherches Internationales, n°103, 2015 - p. 79-92.
    Mots-clés : *Labtop, Autres revues scientifiques.

  • Silvia Hernàndez et Natalia Romé, « Sobredeterminación, discurso y sujeto político. Aportes teóricos en comunicación », Debates y Combates, n°7, 2015 - p. 75-108.
    Mots-clés : *CSU, Autres revues scientifiques.

  • Cédric Hugrée, « De « bons » élèves ? Comment décroche-t-on une licence à l’université », Regards croisés sur l'économie, n°16, 2015 - p. 51-68.
    Résumé : En matière d’inégalités scolaires, l’université française des années 2010 n’est déjà plus exactement celle du début des années 1990, au moment de la seconde explosion scolaire. Les nouveaux pourfendeurs de la sélection à l’entrée de l’université s’alarment notamment que les bacheliers généraux « fuient » les premiers cycles universitaires. À partir des premiers traitements des données du Panel de suivi des élèves entrés en sixième en 1995, cet article entend décrire les parcours scolaires et sociaux des étudiants titulaires d’une licence depuis leur entrée au collège. Finalement, loin de révéler une baisse généralisée du niveau scolaire des titulaires d’une licence au début des années 2000, ces premières données quantitatives montrent que la configuration universitaire actuelle est désormais marquée par la cohabitation de plus en plus prolongée de parcours scolaires opposés au sein de nombreuses filières et des licences universitaires.
    Mots-clés : *CSU, Autres revues scientifiques.

  • Cédric Hugrée et Laure de Verdalle, « Incontournables statuts. "Fonctionnaires" et "indépendants" à l’épreuve des catégorisations ordinaires du monde social », Sociologie du Travail, vol.57, n°2, 2015 - p. 200-229.
    Résumé : Résumé Depuis les années 1990, la nomenclature française des professions et catégories socioprofessionnelles (PCS), outil historique de description quantitative des inégalités entre les groupes sociaux, apparaît fragilisée par un ensemble de critiques. Parmi celles-ci, l’hypothèse d’une baisse de la pertinence du statut est avancée. L’objet de ce texte est donc de mettre le statut à l’épreuve, en tant qu’il constitue un élément de catégorisation du monde social. Inspirée d’une expérience méthodologique conduite par Luc Boltanski et Laurent Thévenot au début des années 1980, notre démarche s’intéresse aux catégorisations ordinaires du monde social. Elle a consisté à soumettre à 547 enquêtés un jeu de 33 cartes représentant des salariés (sur contrats de durée déterminée ou indéterminée), des travailleurs indépendants (à leur compte ou employeurs), ainsi que des fonctionnaires ou assimilés, et à leur demander de constituer des groupes de cartes. Les classements effectués confirment la centralité du statut en montrant que l’indépendance et la fonction publique constituent en France deux pôles incontournables de représentation de l’espace social.
    Mots-clés : *CSU, Referencement Journal Base.

  • Cédric Hugrée, Etienne Penissat et Alexis Spire, « The Distinctive Features of Public Sector in Europe : A Comparative Study Based on the Social Morphology of Wage Earners », Comparative Sociology, vol.14, n°2, 2015 - p. 252 – 273.
    Résumé : This article aims to point out that there are still substantial differences between public and private workers. Using the Eurostat Statistical classification of economic activities in the European Community, we define the public workers as those who are employed in Administration, Health and Education. The measure of targeted jobs is provided by the Labour Force Survey ( lfs) which is a large sample survey among private households. By following this approach, we can present several significant results. In every European country, public workers have an average aggregate employment tenure higher than private workers, a higher proportion of women and a higher proportion of high skilled workers. Beyond these global differences, we point out that the divide between public and private sector is differently shaped, according to the country and to the social status.
    Mots-clés : *CSU, Referencement Journal Base.

  • Cédric Hugrée, Etienne Penissat et Alexis Spire, « Les différences entre salariés du public et du privé après le tournant managérial des États en Europe », Revue Française de Sociologie, vol.56, n°1, 2015 - p. 47-73.
    Résumé : Cet article revient sur les travaux abordant le clivage public-privé à l’échelle européenne, dans les années 1990-2000, en concentrant l’attention sur quatre pays : l’Allemagne, la France, la Grande-Bretagne et la Suède. Au-delà des spécificités juridiques et historiques propres à chacun de ces pays, l’objectif ici est de mettre en lumière les différentes façons de prendre en compte l’importance du secteur d’emploi dans l’analyse des hiérarchies sociales. Dans de nombreuses recherches menées à un niveau national, l’opposition entre secteurs public et privé est une dimension importante qui gagne à être articulée à une analyse en termes de classes sociales. En dépit des réformes managériales des États en Europe, le fait de travailler au service de la collectivité induit encore aujourd’hui un ensemble de spécificités : un rapport particulier à l’État, à l’intérêt général ou encore à la chose publique, perceptible dans des pratiques culturelles, syndicales et politiques.
    Mots-clés : *CSU, Referencement Journal Base.

  • Florence Hulak, « Sociologie et théorie socialiste de l’histoire. La trame saint-simonienne chez Durkheim et Marx », Incidence, n°11, 2015 - p. 39-62.
    Mots-clés : *Labtop, Autres revues scientifiques.

  • Laurent Jeanpierre (éd.), « Art et sacré : le “cas” Poussin », Critique, n°822, 2015 - 885-997 p. - (Dossier de 3 articles, p. 885-927.).
    Résumé : La peinture de Nicolas Poussin fait en France l’objet d’un culte ancien, régulièrement réactivé. Le mot culte, ici, n’est pas à prendre à la légère. Le Louvre ne vient-il pas de lui consacrer une exposition, Poussin et Dieu, qui explore les liens qu’entretient sa peinture avec la Bible et le catholicisme ? Ces lectures pieuses, ainsi que la canonisation récurrente de Poussin en génie éminemment français et grand maître du classicisme, nous ont paru l’occasion d’interroger les rapports noués aujourd’hui entre l’art et le sacré. Art et sacré : le « cas » Poussin : Laurent Jeanpierre, Présentation - Patrick Boucheron, Fétichiser la peinture - William Marx, Poussin et ses mystères - Entretien : Bernard Lahire, Sacralité de l’art et pouvoirs d’attribution, par Laurent Jeanpierre, Marc Joly
    Mots-clés : *Labtop, Dossier de revue, Présentation-Introduction, Referencement Journal Base.

  • Laurent Jeanpierre, « Magiciens de la Terre: retour sur une exposition », Encyclopædia Universalis, 2015 - en ligne : http://www.universalis.fr/encyclopedie/magiciens-de-laterre/.
    Résumé : Inaugurée à Paris en 1989 (du 18 mai au 14 août) au Centre Georges-Pompidou et à la Grande Halle de La Villette, l’exposition Magiciens de la Terre, avec pour commissaire Jean-Hubert Martin, a fait l’objet pour son vingt-cinquième anniversaire en 2014 de plusieurs manifestations. Mentionnons un colloque international (27-28 mars), une université d’été (1er-10 juillet), une exposition documentaire (Magiciens de la Terre. Retour sur une exposition légendaire au Centre Georges-Pompidou à Paris, du 2 juillet au 8 septembre) ainsi que quelques publications. Cet engouement rétrospectif peut certainement être rapporté à une politique institutionnelle du Centre Georges-Pompidou faisant retour sur sa propre histoire. Il témoigne aussi du goût croissant des historiens et des théoriciens de l’art pour l’exposition comme forme spécifique de création. Mais l’intérêt que suscite encore aujourd’hui Magiciens de la Terre tient avant tout aux évolutions historiques du monde de l’art contemporain où elle apparaît depuis plusieurs années comme l’une des manifestations ayant inauguré un mouvement de désoccidentalisation relative du canon esthétique, lié à ce que certains appellent l’âge global de l’art.
    Mots-clés : *Labtop, Grand public-Expertise.

  • Laurent Jeanpierre (éd.), « Présentation du dossier : Art et sacré : le “cas” Poussin », Critique, n°822, 2015 - 885 p. - (Dossier de 3 articles, p. 885-927.).
    Résumé : La peinture de Nicolas Poussin fait en France l’objet d’un culte ancien, régulièrement réactivé. Le mot culte, ici, n’est pas à prendre à la légère. Le Louvre ne vient-il pas de lui consacrer une exposition, Poussin et Dieu, qui explore les liens qu’entretient sa peinture avec la Bible et le catholicisme ? Ces lectures pieuses, ainsi que la canonisation récurrente de Poussin en génie éminemment français et grand maître du classicisme, nous ont paru l’occasion d’interroger les rapports noués aujourd’hui entre l’art et le sacré. Art et sacré : le « cas » Poussin : Laurent Jeanpierre, Présentation - Patrick Boucheron, Fétichiser la peinture - William Marx, Poussin et ses mystères - Entretien : Bernard Lahire, Sacralité de l’art et pouvoirs d’attribution, par Laurent Jeanpierre, Marc Joly
    Mots-clés : *Labtop, Présentation-Introduction, Referencement Journal Base.
  • Laurent Jeanpierre, « La dialectique de l’art et de l’exposition », ArtPress2, n°36, 2015 - p. 15-21.
    Mots-clés : *Labtop, Grand public - Expertise.

  • Laurent Jeanpierre, Marc Joly et Bernard Lahire, « Sacralité de l’art et pouvoirs d’attribution. Entretien avec Bernard Lahire. », Critique, n°822, 2015 - p. 914-927 - (Entretien avec Bernard Lahire, réalisé par Marc Joly et Laurent Jeanpierre).
    Mots-clés : *Labtop, Entretien, Referencement Journal Base.
  • Laurent Jeanpierre et Christophe Kihm, « Editorial », artpress2, n°36, 2015 - p. 5.
    Mots-clés : *Labtop, Autres revues scientifiques.

  • Laurent Jeanpierre, Philippe Roger et René Schérer, « En traînée de poudre…  », Critique, 812-813, 2015 - p. 142-158 - (Entretien avec René Schérer réalisé le 12 juin 2014 par Laurent Jeanpierre et Philippe Roger.).
    Mots-clés : *Labtop, Entretien, Referencement Journal Base.

  • Michel Joubert et Chantal Mougin, « Vulnérabilités sociales et engagement associatif. Enjeux d'une démarche d'action communautaire sur un quartier précarisé », Annales de la recherche urbaine, n°110, 2015 - p. 18-33.
    Résumé : Analyse d'une démarche associative engagée dans une cité de Seine-Saint-Denis particulièrement touchée par la précarité : axée au départ sur le terrain du soutien scolaire, son action s'étend progressivement aux besoins d'insertion, de loisirs et de convivialité. Au travers d'une approche innovante de l'accueil et de l'écoute, elle développe des actions de médiation, de soutien aux familles, d'insertion des jeunes, de promotion de la santé, de prévention des conduites à risque, ainsi que des activités de loisirs, le tout dans une approche soucieuse de développer les liens et échanges interculturels. Derrière cette diversité, les intervenants effectuent un travail de fond au sein de la communauté centré sur la valorisation des ressources et des capacités d'agir des personnes (reconnaissance, empowerment). Nous avons cherché à comprendre auprès d'eux les ressorts des actions visant à réduire de cette manière les vulnérabilités sociales, ainsi que les valeurs portées par les interventions. Les écarts créés par cette manière de travailler laissent entrevoir les contours de voies alternatives pour l'action sociale.
    Mots-clés : *CSU, Referencement Journal Base.

  • Nicolas Jounin, Fatine Ahmadouchi, Yasmina Kettal, Nina Krumnow, Alice Mimoun et Laëtitia Mokrani, « Le faciès du contrôle: Contrôles d’identité, apparence et modes de vie des étudiant(e)s en Île-de-France », Déviance et Société, vol.39, n°1, 2015 - p. 3-29.
    Résumé : Cet article interroge les modalités des contrôles d’identité menés par les forces de l’ordre et notamment la sélection qui y préside, à partir d’une enquête par questionnaire auprès d’étudiants. Le look et le sexe ont des liens significatifs avec la probabilité d’avoir été contrôlé au moins une fois. La race présente également un lien significatif lorsqu’on opère un contrôle par des variables indiquant des pratiques de transport et de loisir. Au-delà de cette disparité, on voit apparaître des écarts, voire la formation d’une « clientèle policière », à travers la répétition et la manière dont se déroulent les contrôles.
    Mots-clés : *CSU, Referencement Journal Base.

  • Christophe Kantcheff et Hervé Serry, « Le pouvoir des livres de penser le monde », Politis, n°1363, 2015 - p. 47-48.
    Mots-clés : *CSU, Grand public-Expertise.
  • Christophe Kihm et Laurent Jeanpierre, « Editorial. Les expositions à l'ère de leur reproductibilité », ArtPress2, n°36, 2015 - p. 5.
    Mots-clés : *Labtop, Grand public - Expertise.

  • Michel Kokoreff, « Dix ans après, l’incapacité d’agir ? », Mouvements, n°83, 2015 - p. 64-74.
    Résumé : Qu’est-ce qui a changé dans les « quartiers impopulaires » depuis dix ans ? C’est cette question que pose le sociologue Michel Kokoreff. Partant du constat que personne ne relaye la parole des habitants et que le chômage et la précarité sévissent toujours dans ces quartiers, l’auteur fait le bilan amer que peu de changements sont à constater. Toutefois quelques initiatives peu médiatisées sont nées de ces quartiers, elles existent, même si elles peinent à faire « bouger les choses ».
    Mots-clés : *GTM, Autres revues scientifiques.

  • Nicolas Larchet, « De l’urgence sociale à l’utopie sanitaire. La construction sociale de l’obésité et l’occultation de la faim dans les villes américaines, Knoxville, 1981-1985 », Actes de la recherche en sciences sociales, n°208, 2015 - p. 40-61.
    Résumé : L’obésité est-elle une « maladie urbaine » ? Partant du constat que les quartiers populaires où se rencontrent les plus forts taux d’obésité des États-Unis présentent une offre limitée en produits frais, philanthropes, entrepreneurs et militants se sont récemment lancés à la conquête de ces « déserts alimentaires » pour y établir des supermarchés et autres marchés de producteurs sous le patronage de Michelle Obama. À partir d’une enquête sur les archives d’une institution locale spécialisée dans le traitement de ces questions d’approvisionnement, le Conseil de politique alimentaire, cet article interroge les conditions d’émergence d’une épidémiologie officielle de l’obésité comme problème d’accès aux « aliments sains ». Institué dans l’urgence à Knoxville en 1982 sous la forme d’une commission municipale pour faire face au désengagement de l’État et à une recrudescence de la faim au lendemain de l’arrivée au pouvoir des Républicains, le premier Conseil de politique alimentaire américain allait en quelques années réorienter sa mission vers la prévention de l’obésité, annonçant la réforme alimentaire contemporaine et occultant le diagnostic concurrent d’une « épidémie de faim », dont la prise en compte permet pourtant d’éclairer les problèmes d’obésité des plus pauvres.
    Mots-clés : *CSU, Referencement Journal Base.
  • Kolja Lindner, « Nach den Pariser Attentaten vom November 2015: Frontstellungen, Kontexte und Perspektiven », Das Argument. Zeitschrift für Philosophie und Sozialwissenschaften, n°314, 2015 - p. 471-487.
    Mots-clés : *CSU, A vérifier, Autres revues scientifiques.
  • Kolja Lindner, « Freiheit, Gleichheit, Laizismus? Nach den Anschlägen von Paris werden allseits die Werte der Französischen Republik beschworen. Deren Universalismus ist allerdings äußerst komplex, wie das Beispiel des Laizismus zeigt », Analyse & Kritik, n°611, 2015 - p. 27.
    Mots-clés : *CSU, Grand public-Expertise.
    Note Note
    <p>La référence est introuvable sur le site.</p>

  • Cédric Lomba, « Représentations du social et positionnement esthétique de deux transfuges : Le cinéma des frères Dardenne », Savoir/Agir, n°34, 2015 - p. 123-130.
    Résumé : L’œuvre cinématographique des frères Dardenne (Jean-Pierre et Luc) est aujourd’hui bien connue. Leurs films de fiction (dix films depuis 1987) sont consacrés par la critique internationale, en particulier à l’occasion du festival de Cannes où ils ont reçu deux palmes d’or et trois prix, et rencontrent un certain succès commercial (plus de 500 000 entrées en France pour Deux jours, une nuit). Ce cinéma se singularise depuis La Promesse (1996) par les objets de leurs fictions (le récit de vies singulières des classes populaires, le plus souvent les fractions les plus précaires et vulnérables) et des choix esthétiques : unité de lieu (la région industrielle de Seraing en Belgique), contrôle du casting, long travail de repérage des lieux et de répétition des scènes avec les acteurs en amont du tournage, tournage dans l’ordre du scénario, caméra à l’épaule, longs plans séquences en mouvement, absence de musique ajoutée, etc. Bien que l’on ait régulièrement souligné le caractère «naturaliste» ou «social» de leurs films, les frères Dardenne, comme la plupart des cinéastes, sont les premiers à mettre à distance une étiquette...
    Mots-clés : *CSU, Autres revues scientifiques.
  • Catherine Louveau, « Les femmes dans le sport : inégalités et discriminations », Chronique féministe, n°112, 2015 - p. 5-8.
    Mots-clés : *GTM, Grand public-Expertise.

  • Camille Masclet, « Le féminisme en héritage ? », Politix, n°109, 2015 - p. 45-68.
    Résumé : À partir d’une enquête sur les féministes de la deuxième vague en France, cet article porte sur la diffusion du féminisme dans la sphère familiale des militantes, un espace de transmission relativement peu exploré par la littérature. Il s’intéresse plus particulièrement aux processus de réception et d’appropriation d’un « héritage féministe » chez les enfants de militantes. Après une présentation générale de ces héritages et des mécanismes de leur transmission, l’analyse de quatre portraits d’enfants de militantes met en évidence des modalités variées de réception, allant de la simple intériorisation de contenus à des appropriations politiques et militantes. Informée par les autres cas rencontrés dans l’enquête, cette analyse permet de dégager des éléments plus généraux pour comprendre les variations observées.
    Mots-clés : *CSU, Referencement Journal Base.

  • Isabelle Mayaud, « Sauver la critique, défendre les critiques. Les stratégies d’un porte-parole : l’Association syndicale professionnelle et mutuelle de la critique dramatique et musicale (France, 1877-1914) », Sociétés et représentation, n°40, 2015 - p. 75-93.
    Résumé : Le Cercle de la critique musicale et dramatique fondé en 1877 et transformé en 1902 en Association syndicale professionnelle et mutuelle est le premier représentant auto-proclamé de la profession. Cet article revient sur les premières années d’existence du groupe et examine les stratégies de regroupement déployées par le collectif dans un contexte de transformation de la morphologie sociale de la population des critiques. Notre enquête montre comment la négociation des statuts contribue à préciser la position du groupe dans la controverse relative à la régulation de la critique et à circonscrire les frontières de la vraie critique, en définitive à produire une définition des critiques légitimes.
    Mots-clés : *Labtop, Referencement Journal Base.

  • Isabelle Mayaud et Séverine Sofio, « La critique artistique et musicale, un objet de recherches à investir au croisement des disciplines », Sociétés et représentation, n°40, 2015 - p. 9-23 - (Introduction au dossier "Nouveaux regards sur la critique d'art au XIXe siècle").
    Résumé : Les recherches sur la critique artistique et musicale (du XIXe siècle, mais pas uniquement) n’ont jamais été aussi nombreuses. Une revue rapide de l’agenda des journées d’études et colloques tenues ces dernières années donne ainsi la mesure du dynamisme de cet objet historiographique. Cette multiplication des rencontres s’adosse à des recherches individuelles importantes, réalisées dans la suite des travaux qui ont ouvert la voie et constituent, à présent, autant d’appuis solides dans ce domaine. Celui-ci, cependant, est encore jeune et peu institutionnalisé : la critique des arts comme champ d’étude souffre, en effet, d’une certaine atomisation et d’un isolement relatif des différents spécialistes, en dépit de quelques initiatives récentes visant à favoriser les échanges entre des chercheurs et des chercheuses éloignés en termes géographiques ou disciplinaires. À l’origine de ce dossier, il y a ainsi une volonté de contribuer à ce mouvement de décloisonnement afin de permettre un échange de connaissances entre spécialistes d’un art ou d’un autre, ainsi que le croisement – toujours fructueux – des méthodes, des outils et des angles d’analyse. (...)
    Mots-clés : *CSU, *Labtop, Présentation-Introduction, Referencement Journal Base.

  • Ivica Mladenovic, « Politička funkcija francuskog antitotalitarnog diskursa: idejno-istorijska perspektiva / Fonction politique du discours antitotalitaire français: mise en perspective histoire des idées », Sociologija. Časopis za sociologiju, socijalnu psihologiju i socijalnu antropologiju, vol.LVII, n°1, 2015 - p. 25-46 - (Article en serbe).
    Mots-clés : *Labtop, Referencement Journal Base.

  • Laure Moguérou et Emmanuelle Santelli, « The educational supports of parents and siblings in immigrant families », Comparative Migration Studies, vol.3, n°1, 2015 - p. 1-16.
    Résumé : This paper sets out to examine the type of help, from parents to children and among siblings, in order to understand the educational involvement and strategies of large immigrant families. The first point consist in asking whether parental involvement is the same for all the children regardless of their birth rank and gender, the second point is about the help from siblings which remains a neglected dimension in the researches on family involvement in education. We used the “Trajectories and Origins” statistical survey and 42 follow-up interviews. We focus on children of immigrants from working classes who were either born in metropolitan France or who arrived there before age seven. Aged between 25 and 40 in 2008, the respondents had at least one immigrant parent from Algeria, Morocco, Tunisia, sub-Saharan Africa or Turkey; and a large majority has at least two siblings. The article highlights that parents invest more on eldest children in immigrant families as well as in French-origin ones; yet contrary to French-origin parents, immigrant parents from North Africa invest on their daughter’s school career even more than in their sons’ one. Siblings’ help is especially important in immigrant families; they manage to compensate, at least partially, for the lack of parental help in school matters.
    Mots-clés : *GTM, Autres revues scientifiques.

  • Marie Ménoret, « La prescription d'autonomie en médecine », Anthropologie & Santé. Revue internationale francophone d'anthropologie de la santé, n°10, 2015 - en ligne : https://anthropologiesante.revues.org/1665?lang=en.
    Résumé : L’article décrypte l’injonction à l’autonomie qui rythme, sous des discours variés, la médecine des cent dernières années. Il montre comment cette scansion s’opère d’abord du registre physique à celui de la morale – d’un objet à restaurer vers un objet à respecter – puis de la morale au droit. Il analyse les différentes sources à l’origine des consignes d’autonomie en s’appuyant sur une littérature de sciences sociales dédiée à ce thème. Après avoir décrit un processus continu de redéfinition du concept, il conclut sur la nécessité d’entreprendre davantage d’enquêtes empiriques consacrées à cette notion afin de mieux saisir la variété des actes qui l’effectuent.
    Mots-clés : *CSU, Autres revues scientifiques.

  • Luca Paltrinieri, « L’archive comme objet : quel modèle d’histoire pour l’archéologie ? », Les Études philosophiques, n°153, 2015 - p. 353-376.
    Résumé : Au cours des années 1967-1969, non seulement Foucault réalise une sorte de bilan de ses travaux précédents, mais il élabore une méthodologie historique pour le travail à venir. Dans cet article nous parcourons quelques lignes de ce travail d’élaboration conceptuelle qui précède L’Archéologie du savoir. Nous verrons comment l’archéologie prend progressivement ses distances par rapport à l’histoire des idées et des mentalités, traiterons ses lectures de philosophie analytique et présenterons les trois principes autour desquels s’organise la démarche historique de l’archéologie : la critique du causalisme, l’hypothèse du discontinuisme, la définition de l’archéologie comme activité de diagnostic. Nous discutons dans ce cadre une série de matériaux publiés et inédits, et montrons comment Foucault, à partir d’une réflexion sur la méthodologie archéologique, a dégagé les grandes lignes des enquêtes généalogiques des années 1970.
    Mots-clés : *Labtop, Autres revues scientifiques.

  • Luca Paltrinieri, « Regards croisés. Le management vu par les sciences humaines et sociales. », Thaêtre, 20 décembre 2015 - en ligne : http://www.thaetre.com/2015/12/20/le-management-vu-par-les-sciences-humaines-et-sociales-questions-a-luca-paltrinieri/ - (Entretien avec Luca Paltrinieri).
    Résumé : Comment définiriez-vous le néomanagement ? Que dit-il des évolutions qui ont traversé les modes d’organisation du travail durant ces dernières décennies ? Ces évolutions concernent-elles également tous les secteurs d’activité ? Quels sont éventuellement les limites ou les angles morts d’un tel terme ? Avec le terme de néomanagement, on désigne, depuis le début des années 1980, une transformation générale concernant aussi bien l’organisation du travail que les méthodes de gestion. Cette transformation est complexe parce qu’elle est, selon moi, une conséquence directe de la crise économique du milieu des années 1970, qui marque en même temps la fin des « Trente Glorieuses », celle du cycle de luttes autour du travail et de l’éducation ouvert avec Mai 1968 et la première recomposition des rapports de force autour d’une nouvelle rationalité politique, le néolibéralisme. (...)
    Mots-clés : *Labtop, Entretien, Grand public-Expertise.

  • Anthony Pecqueux et Olivier Roueff, « Ecouter de la musique ensemble. Ethnographies des écoutes musicales collectives (introduction) », Revue Culture et Musées, n°25, 2015 - p. 13-22.
    Résumé : Ce dossier contribue au développement des ethnographies de l'écoute musicale, en interrogeant ce qui y reste largement impensé : qu'est-ce qu'écouter de la musique à plusieurs ? L'écoute sociable se fait-elle toujours en groupe, occasionne-t-elle nécessairement l'accomplissement d'un collectif, et sous quelles modalités, quelles formes, quelles intensités ? L'ambition est de ne pas réduire la dimension collective de la musique à sa seule exécution, pas plus qu'à sa seule réception, mais de placer au centre ce qu'auditeurs et praticiens de la musique partagent, l'activité d'écoute. Par là, à partir d'approches ethnographiques rigoureuses, il devient possible d'élargir la démarche à d'autres univers de pratiques, dans la mesure où la culture s'expérimente très souvent à plusieurs, loin de l'image encore prégnante du colloque singulier entre une subjectivité individuelle et une œuvre.
    Mots-clés : *CSU, Autres revues scientifiques.

  • Camille Peugny, « Pour une prise en compte des clivages au sein des classes populaires », Revue française de science politique, vol.65, n°5, 2015 - p. 735-759.
    Résumé : Cet article met en évidence l’hétérogénéité du rapport à la politique des classes populaires. Grâce aux données de l’enquête Participation électorale 2012 de l’Insee et aux quatre premières vagues de l’European Social Survey, deux dimensions de la participation politique des employés et des ouvriers sont questionnées : la participation électorale lors des scrutins présidentiel et législatif de 2012, ainsi qu’une dimension plus subjective, renvoyant à la capacité de se saisir des questions politiques. Des variations importantes sont mises en évidence entre les différentes catégories d’employés et d’ouvriers qui ne peuvent pas uniquement être imputées à l’effet des variables socio-démographiques habituelles. La position très détériorée des employés des services à la personne conduit à insister sur l’importance des collectifs de travail dans la structuration du rapport au politique.
    Mots-clés : *CSU, Referencement Journal Base.

  • Gabriele Pinna, « Luxe, genre et émotions dans l’hôtellerie », La nouvelle revue du travail, n°6, 2015 - en ligne : http://nrt.revues.org/2135.
    Résumé : Dans l’hôtellerie de luxe, la distance sociale entre salarié.e.s et client.e.s impose aux salarié.e.s la reconnaissance du capital symbolique et de la supériorité sociale des client.e.s, tout en affichant enthousiasme et spontanéité. Les règles de sentiments sont genrées et se construisent autour d’une division sexuée du travail. Les femmes sont censées être dans l’empathie et la sensibilité, tout en ayant à subir la séduction et les comportements sexuels des clients et des collègues. Les hommes réalisent des tâches à forte valeur symbolique, propres à l’univers du luxe, ce qui implique une grande maîtrise de sa façade personnelle, mais ils sont aussi susceptibles d’entretenir une complicité avec certains clients lors de pratiques de galanterie et de séduction. Dans l’ensemble, les salarié.e.s peuvent prendre leurs distances avec ces contraintes émotionnelles, notamment en renversant symboliquement l’ordre social et émotionnel à travers le rire et la moquerie. Néanmoins, ils quittent souvent l’hôtellerie de luxe en raison de la souffrance éprouvée, symptôme d’une difficulté à gérer durablement le travail émotionnel.
    Mots-clés : *GTM, Autres revues scientifiques.
  • Thomas Posado, « Le processus bolivarien en crise. Dynamiques et perspectives », ContreTemps, n°25, 2015 - p. 162-164.
    Mots-clés : *CSU, Autres revues scientifiques.

  • Thomas Posado, « Renouvellement et institutionnalisation des centrales syndicales au Venezuela sous Chávez (2001 – 2011) », IdeAs. Idées d'Amériques, n°5, 2015 - en ligne : http://ideas.revues.org/832.
    Résumé : Le Venezuela a connu une succession de trois centrales syndicales majoritaires en une décennie, répondant à la polarisation autour du gouvernement Chávez. Cet article propose d’étudier les trajectoires sociales, syndicales et politiques des membres de ces trois directions. La direction de la première centrale syndicale, élue en 2001, est dominée par les militants du parti social-démocrate, dominant avant Chávez, qui géraient la plupart des grandes fédérations. Après la participation de cette structure à plusieurs tentatives insurrectionnelles, une nouvelle centrale est fondée en 2003 pour regrouper l’ensemble des forces syndicales favorables au gouvernement. Sa direction est hétérogène, incluant des forces syndicales de gauche aux origines populaires et des présidents de grandes fédérations plus conciliants. Cette hétérogénéité aboutit à la fondation d’une nouvelle confédération plus subordonnée au gouvernement en 2011, avec à sa tête un groupe dirigeant plus homogène, recyclant notamment des leaders des anciens partis dominants avant Chávez. Le chavisme a promu un renouvellement profond des élites syndicales avec, dans un premier temps, des dirigeants plus jeunes, moins diplômés, aux origines plus populaires et aux convictions politiques plus radicales, mais l’institutionnalisation de ce mouvement n’a pas permis l’avènement de cette nouvelle génération.
    Mots-clés : *CSU, Autres revues scientifiques.
  • Bernard Pudal, « Communisme rural et résistance dans l'Yonne. À propos des Mémoires de Robert Loffroy », Les cahiers d'Andiamos 89, n°13, 2015 - p. 27-47.
    Mots-clés : *CSU, Autres revues scientifiques.

  • Alain Quemin, « La culture et ses clichés : analyse sociologique des oeuvres de l'Ecole de photographie d'Helsinki », L’Année sociologique, vol.65, n°1, 2015 - p. 149-168.
    Résumé : La présente contribution part du constat que, dans la sociologie de l’art, domaine qui s’est pourtant considérablement développé depuis une vingtaine d’années, la sociologie visuelle au sens d’analyse des images reste encore très peu développée. Pourtant, cela n’est nullement dû à une impossibilité de procéder à une sociologie des œuvres visuelles. Afin d’étayer cette position, l’article vise, à partir d’un exemple particulier, à illustrer comment la sociologie de l’art peut analyser des œuvres visuelles. C’est la production de l’École de photographie d’Helsinki, présentée dans un ouvrage de synthèse, qui est ici retenue. Sont tout d’abord exposées les conditions d’émergence de la recherche, puis sont livrées quelques caractéristiques des artistes appartenant au mouvement considéré. L’objectivation sociologique appliquée aux images à travers notamment l’analyse de leur thématique et d’autres caractéristiques est alors mobilisée. Il s’agit de faire ressortir en quoi cette école de photographie qui se confond avec un pays ou, plus précisément encore, avec une ville, s’accompagne de certains traits culturels communs aux différents artistes et que nous pouvons relever à travers leurs œuvres, ici des photographies.
    Mots-clés : *Labtop, Referencement Journal Base.

  • Alain Quemin, « The Impact of Nationality and Territory on Fame and Success: Lessons from Reputational and Economic Rankings in the Visual Arts Sector », Sociologia y Antropologia, vol.5, n°3, 2015 - p. 825-855.
    Résumé : A nacionalidade e o território afetam grandemente a fama artística, embora os atores no mundo contemporâneo da arte tendam a negar o fato. Os artistas mais reconhecidos geralmente pertencem a um seleto número de países ocidentais entre os quais o Reino Unido e a Alemanha, mas também os Estados Unidos, e ganham a parte do leão. Isso se reflete na representação desigual dos países na elaboração de classificações como a Kunstkompass, utilizada para objetivar a fama e visibilidade dos artistas. O número muito pequeno de países que concentram os artistas mais famosos também indica a homologia com a nacionalidade dos mais poderosos atores do mundo artístico contemporâneo, tal como relacionado na ArtReview Power 100. Na conclusão, mostro que, ao menos para os anos recentes dos principais artistas, as nacionalidades daqueles mais evidenciados em instituições e daqueles mais bem sucedidos no mercado divergem.
    Mots-clés : *Labtop, Autres revues scientifiques.

  • Alain Quemin, « L’inégale distribution du succès en art contemporain entre les nations à partir des palmarès des “plus grands” artistes dans le monde : analyse sociologique », Proteus, n°8, 2015 - p. 24-38.
    Résumé : À partir d’une étude empirique de deux classements recensant les artistes contemporains les plus célèbres/visibles/reconnus, le Kunstkompass et le CapitalKunstmarkt Kompass, nous ferons apparaître l’impact de la nationalité des artistes et du territoire — entendu ici comme leur pays de résidence — sur leur accès au succès et sur le processus de consécration. Il s’agit d’illustrer la répartition extrêmement inégale du succès entre pays en art contemporain. Après avoir retracé l’émergence des opérations systématiques d’évaluation en art, nous présenterons le mode d’élaboration de nos deux indicateurs. Puis, à travers les deux palmarès retenus, nous montrerons que le fait de considérer le pays de résidence et non plus la nationalité, loin de produire une dispersion des résultats, fait, au contraire, apparaître une concentration des artistes les plus reconnus entre un nombre très restreint de pays.
    Mots-clés : *Labtop, Referencement Journal Base.

  • Alain Quemin, « Qui détient le pouvoir en art contemporain ? Fonction dans le monde de l’art, genre et pays des "acteurs de la consécration" », Sociologie et Sociétés, vol.XLVII, n°2, 2015 - p. 27-52.
    Résumé : En 2002 a été publié pour la première fois le « power 100 », classement annuel des personnalités du monde de l’art les plus puissantes. Réunissant quelques artistes mais aussi des galeristes, directeurs de maisons de ventes aux enchères, collectionneurs, directeurs et conservateurs de musée, commissaires et critiques, ce palmarès peut faire l’objet d’une analyse sociologique. Position ou fonction dans le monde de l’art, genre (homme ou femme) mais aussi pays d’appartenance constituent trois facteurs importants pour mieux comprendre comment le pouvoir s’organise dans le monde international de l’art contemporain. Par ailleurs, dans la mesure où ce palmarès censé révéler le pouvoir dans le monde de l’art — impliquant tout particulièrement celui de labelliser et consacrer les artistes — existe de façon concomitante aux classements d’artistes les plus reconnus, il devient possible de tester l’hypothèse d’homologie bourdieusienne entre caractéristiques de ceux qui construisent les réputations et ceux qui les obtiennent, les artistes.
    Mots-clés : *Labtop, Referencement Journal Base.

  • Karima Ramdani, « Femmes modernes Et de traditions musulmanes. Traduction de la modernité coloniale dans les rhétoriques des féministes anticolonialistes », Comment s'en sortir ?, n°1, 2015 - en ligne : https://commentsensortir.org/numeros/numeros-parus/numero-1/.
    Mots-clés : *GTM, Autres revues scientifiques.

  • Kira Ribeiro, « Les politiques straight du préservatif : VIH, pornographie et technologies du genre », Genre, sexualité & société, n°14, 2015 - en ligne : https://gss.revues.org/3698.
    Résumé : Les productions pornographiques bisexuelles et « shemale » donnent à voir des configurations particulières de l’usage du préservatif qui informent tant sur les politiques du VIH que sur les politiques sexuelles au sein de cette industrie. Dans certaines de ces productions, les rapports entre hommes et femmes non-trans se font sans préservatif, tandis que dans la même scène et avec les mêmes performeurs, les rapports entre hommes ou impliquant une femme trans se font avec préservatif. À travers une analyse de différentes vidéos, il s’agit de voir ce qui sous-tend ces usages différenciés du préservatif. Cet article a alors pour objectif de saisir comment ces politiques préventives particulières codent un partage de la sexualité, du genre et du sexe selon une ligne de démarcation, réelle ou fantasmée mais en tout cas signifiée, entre le normal et le pathologique, la séronégativité et la séropositivité, l’hétérosexualité et les corps et interactions queer.
    Mots-clés : *Labtop, Autres revues scientifiques.

  • Eva Rodriguez, « La différence sexuelle au cabinet des anthropologues parisiens à la fin du XIXe siècle », Emulations, n°15, 2015 - en ligne : http://www.revue-emulations.net/archives/15-la-construction-scientifique-des-sexes/difference-sexuelle-au-cabinet-des-anthropologues-parisiens.
    Résumé : Dans le dernier tiers du XIXe siècle, l’anthropologie biologique, et a fortiori, l’anthropométrie, se consacre en France comme une démarche scientifique que la standardisation des méthodes et des instruments doit garantir. Reposant sur un naturalisme direct, elle se présente comme une entreprise d’objectivation et de hiérarchisation des différences, principalement raciales. Dans cet article, il s’agit d’étudier comment, dans ce corpus anthropologique (notamment dans les travaux de la Société d’Anthropologie de Paris) la différence sexuelle, qui pouvait troubler les classifications raciales, va être redéfinie comme une différence variable selon les races, au risque de saper les fondements naturalistes sur lesquels repose cette différence des sexes.
    Mots-clés : *Labtop, Autres revues scientifiques.

  • Eva Rodriguez et Noemi Michel, « Générations Audre Lorde ; Autour du documentaire Audre Lorde. The Berlin years 1984 to 1992, Dagmar Schultz, Allemagne, 2012 », Comment s'en sortir ?, n°1, 2015 - en ligne : https://commentsensortir.files.wordpress.com/2015/06/css-1_2015_michel-et-rodriguez_recension_generation-audre-lorde-de-schultz.pdf.
    Mots-clés : *Labtop, Autres revues scientifiques.

  • Violaine Roussel, « Une économie des émotions », La nouvelle revue du travail, n°6, 2015 - en ligne : http://nrt.revues.org/2117.
    Résumé : Cet article prend pour objet le travail émotionnel des agents artistiques à Hollywood. Ce monde du spectacle forme un système professionnel complexe au sein duquel les représentants des artistes tiennent un rôle clé. Dans cet univers, l’expression intense des émotions est omniprésente. A l’écart d’une explication psychologisante et d’une dénonciation du « faux-semblant » émotionnel qui caractériserait Hollywood, cet article montre que l’activité des agents constitue un travail de relation qui est pour une large part un travail émotionnel : il décrypte la manière dont ce travail est appris dans de grandes agences artistiques puis pratiqué dans des configurations qui rassemblent professionnels de la production hollywoodienne. Il examine enfin la création et l’entretien par les agents de liens forts et intimes avec les artistes, et les dilemmes affectifs et pratiques qu’ils engendrent pour les agents.
    Mots-clés : *Labtop, Referencement Journal Base.

  • Hervé Serry, « Lectures biographiques et consécrations croisées : pourquoi Chris Marker fait-il de Jean Giraudoux un « écrivain de toujours »? », Mémoires du livre, vol.7, n°1, 2015 - en ligne : http://id.erudit.org/iderudit/1035761ar.
    Résumé : Cet article examine un moment important, mais peu analysé, de l’oeuvre de Chris Marker : la publication de son essai Giraudoux par lui-même (1952). Cet essai, dans le contexte singulier des années d’après-guerre en France, marquée par l’hégémonie intellectuelle de Jean-Paul Sartre et de ses proches, permet d’interroger les prises de position de Chris Marker. Pourquoi cette entreprise de patrimonialisation de Giraudoux est-elle menée à cette période? Que révèlent cette relecture de Giraudoux, alors un écrivain oublié, et sa réception par la critique, au regard du parcours de Chris Marker, et des positions de ses alliés d’alors, la revue Esprit et les Éditions du Seuil (l’éditeur du livre dans la série « Écrivains de toujours »)?
    Mots-clés : *CSU, Autres revues scientifiques.

  • Yves Sintomer, « Pourquoi Balibar ? », Raison Publique.fr, 2015 - en ligne : http://www.raison-publique.fr/article736.html - (À l’occasion de la parution du dossier "Pourquoi Balibar ?" dans le n°19 de la revue Raison publique).
    Résumé : Qui considère la trajectoire politique et intellectuelle d’Étienne Balibar est confronté à ce qui peut sembler un paradoxe. Pour beaucoup, à commencer par l’auteur de ces lignes, Étienne Balibar constitue un point de repère solide, voire un modèle lorsqu’il s’agit de faire face à l’incertitude des temps. Et pourtant, ce modèle a considérablement évolué dans ses prises de position : il est passé d’une reconstruction du marxisme qui se donnait comme objectif d’être la plus fidèle à Marx à un usage libre et souvent distancié du marxisme ; communiste dans les années 1960-1970, il a pris parti pour la candidature de Christiane Taubira, alors soutenue par le Parti radical de gauche, aux présidentielles de 2002 ; son mode de questionnement philosophique l’a amené à donner des réponses assez contrastées aux questions qu’il a posées au fil du temps…
    Mots-clés : *CSU, Autres revues scientifiques.

  • Séverine Sofio, « "Toutes les directions sont incertaines et combattues" : les peintres, les critiques et l’imposition de la bataille romantique », Sociétés et représentations, n°40, 2015 - p. 163-182.
    Résumé : Dans les années 1820-1830, la critique devient une pratique non seulement légitime, au carrefour des espaces artistique, littéraire, politique et journalistique, mais aussi relativement homogène dans les formes qu’elle prend, dans le profil de ceux qui la pratiquent ou dans ses supports. C’est aussi le moment où l’on voit à l’œuvre, pour la première fois, son extraordinaire force de prescription. On revient ainsi dans cet article sur les évolutions croisées des espaces journalistique, littéraire et artistique qui ont fait converger, temporairement, les intérêts d’une génération de critiques et de peintres dans le contexte d’un monde de l’art déboussolé par la fin de l’École de David. Pour rendre lisibles les enjeux du Salon, les critiques, issus de l’espace littéraire, ont importé dans le domaine des beaux-arts la grille de lecture de la « bataille romantique » et imposé ainsi une lecture binaire des controverses qui structurent alors le monde de la peinture. La fortune critique de cette dialectique « classique versus romantique » dans l’appréhension de l’art de cette période est telle qu’elle a durablement marqué l’histoire de l’art et fonctionne encore parfaitement aujourd’hui.
    Mots-clés : *CSU, Referencement Journal Base.

  • David Sudre et Alexandre Oboeuf, « Éléments de redéfinition du basket francilien au prisme du « hip-hop ball » », Loisir et Société / Society and Leisure, vol.38, n°1, 2015 - p. 135-154.
    Résumé : Depuis l’émancipation en France de la culture du basket-hip-hop américain (le « hip-hop ball ») dans les années 2000, le basket francilien a évolué. La frontière entre joueurs de rue et joueurs de club est de plus en plus floue tant ils ont modifié leur façon de jouer et leur représentation de la pratique au contact de cette culture du basket américain. L’article cherche ainsi à démontrer l’intérêt de dépasser la classification traditionnelle qui repose sur le critère « spatio-ludique » (rue/club) pour redéfinir et comprendre les basketteurs de région parisienne. En prenant pour angle d’analyse le rapport étroit qu’entretiennent les joueurs avec la culture du « hip-hop ball », nous souhaitons ainsi proposer une autre grille de lecture du monde basketballistique francilien. Celle-ci mettra en évidence les effets de l’influence du basket américain sur le basket francilien et les enjeux socioculturels et identitaires qui en découlent actuellement.
    Mots-clés : *GTM, Referencement Journal Base.

  • Fatiha Talahite, « Le paradigme de l'Etat rentier dans la région MENA », Economia, 2015 - p. 33-38.
    Résumé : Le concept de rente élaboré et mis en oeuvre pour les pays de la région MENA allie une définition sommaire de la rente, comme revenu extérieur, à la théorie de l’État néo-patrimonial. Si la science politique emprunte largement à l’économie la notion de rente à travers la théorie de l’État rentier, l’économie elle-même n’y a recours que de manière modérée. Une remise en cause de cette théorie s’impose.
    Mots-clés : *GTM, Grand public-Expertise.
  • Alina Toader, « "Je suis Roumain (aussi)" : Expériences migratoires des étudiants roumains en France après 1989 », Migrations Société, vol.27, n°161, 2015 - p. 31-47.
    Mots-clés : *GTM, Referencement Journal Base.

26 avril 2015

Articles

2017... 2016... 2015... 2014...

Derniers dépôts dans HAL-SHS

[hal-01638443] De la nature contextuelle des usages de l’argentNicolas Duvoux, Stéphane Haber, Christian Laval

L'argent n'est pas neutre. Ce n'est pas un simple outil de l'échange, une trouvaille astucieuse destinée à rendre plus commode la circulation des biens et des services. Au contraire, il modèle positivement des formes de vie collectives et bouleverse les rapports sociaux. Finalement, il transforme (...) Lire la suite20 novembre 2017

[hal-01638441] Terrains/Théories [en ligne]Stéphane Haber, Nicolas Duvoux, Christian Laval

à venir Lire la suite20 novembre 2017

[hal-01168018] « Aux mâles-heureux » : expression et traitement du mal-être au travail dans un secteur masculinHaude Rivoal

Cette communication se propose d'analyser l'influence de la variable "genre" dans les processus de gestion (individuelle, collective ou organisationnelle) des formes de risques psychosociaux au travail. Dans un secteur masculin comme celui de la logistique et du transport de (...) Lire la suite18 novembre 2017

[hal-01559371] Gender mainstreaming : analyse des enjeux d’un ’concept-méthodeSandrine Dauphin, Réjane Sénac

Depuis les années 1980, dans les pays occidentaux, le défi des mouvements féministes et des pouvoirs publics n’est plus d’atteindre l’égalité formelle entre les sexes, mais de passer de l’égalité de jure à l’égalité de facto, soit à l’égalité réelle. Les politiques élaborées visent ainsi à identifier les (...) Lire la suite9 novembre 2017


^