Imprimer

Directions d’ouvrages et de dossiers de revues

 

Élie During et Laurent Jeanpierre (dirs.), « Fourier revient », Critique, n°812-813, 2015.

La mort de Fourier, en 1837, entre ses pots de fleur et ses chats, n’a pas fait grand bruit. Qui s’intéressait à lui ? Quelques disciples. Et puis, bientôt, un certain Marx et un nommé Engels. De ce « Fourier obscur », prophétise Hugo, « l’avenir se souviendra ». Le Voyant n’avait pas mal vu. Alors que tant de spectres sont devenus des fantômes, s’il en est un qui hante encore l’Europe, c’est bien celui de Charles Fourier !
Visionnaire sans égal, atopique bien plus qu’utopique, si Fourier nous revient aujourd’hui, c’est évidemment comme autre. Ses œuvres complètes sont rééditées, des écrits inédits paraissent, des thèses, des essais lui sont consacrés. Il est réinventé comme féministe, théoricien queer ou écologiste radical. On avait pris l’habitude de tronçonner son œuvre : métaphysique ; critique de la civilisation, de sa morale et de sa politique ; projets économiques ; utopies sexuelles, etc. Mais chez Fourier tout se tient. C’est ce que montrent les contributions réunies ici en hommage à l’infatigable écrivain, penseur et poète de ce que René Schérer a appelé la « contestation globale ».

Consulter le numéro dans Cairn

20 avril 2016

Laurent Jeanpierre

Professeur à l’Université Paris 8
Cresppa-LabTop
Page personnelle




^