Imprimer

Directions d’ouvrages et de dossiers de revues

 

Marie-Hélène Lechien et Yasmine Siblot (dirs.), « "Eux/nous/ils"  ? Sociabilités et contacts sociaux en milieu populaire », Sociologie, vol.10, n°1, mars 2019 - 112 p.

"Si la sociologie des « classes populaires » connaît un regain de visibilité du fait de nombreuses recherches récentes, cette manière de désigner les groupes sociaux subalternes ne fait pas l’unanimité. On doit à Olivier Schwartz (1997, 2011) d’avoir clarifié les apports de cette notion mais aussi les tensions sous-jacentes à son usage : outre une conception de la société en termes d’espace social et de rapports de force sociaux, elle suppose l’existence de traits culturels partagés par les groupes « populaires », fondant une distance aux classes moyennes et supérieures, voire une identification commune. La notion, associée à l’analyse de la condition sociale des ouvrier.ère.s et des employé.e.s, est ainsi toujours suspecte d’anachronisme (elle ne conviendrait plus dans les sociétés contemporaines), de nominalisme (ce serait une catégorie abstraite et plaquée) ou d’un usage performatif (elle viserait de manière volontariste à faire exister un groupe). Cela conduit nombre de sociologues, dont les participant.e.s de ce numéro, à une certaine prudence (Siblot et al., 2015) et parfois à une réelle circonspection (Béroud et al., 2016) dans sa mobilisation. En l’absence de concepts alternatifs satisfaisants, elle désigne ici les groupes et les individus caractérisés par la petitesse de leur statut professionnel et social, l’étroitesse de leurs ressources économiques et leur éloignement par rapport au capital culturel (Collovald & Schwartz, 2006, p. 51).
Le numéro que nous proposons aborde une question centrale de cette sociologie des classes populaires telle qu’elle s’est structurée en France, centrale à la fois dans ses travaux fondateurs et dans ses développements les plus récents.[...]" Premières lignes de l’introduction, Lire la suite

- Sommaire

26 avril 2019

Yasmine Siblot

Professeure à l’Université Paris 8
Cresppa-CSU
Page personnelle




^