Contre la réforme des retraites et la LPPR : le  5 mars, la recherche s'arrête
Imprimer

Beaumont Amélie - CRESPPA - UMR 7217-CSU

Amélie Beaumont

Docteure en science politique
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
CESSP et Cresppa-CSU


Domaines de recherche

  • Sociologie du travail, des services
  • Sociologie politique, rapport ordinaire au politique, syndicalisme
  • Classes sociales, styles de vie
  • Socialisation
 

Thèse soutenue

Amélie Beaumont, « Déformations professionnelles. Le travail comme institution socialisatrice : comprendre la transformation des employés de l’hôtellerie de luxe », Thèse de science politique et sociologie à l’Université Paris 1, sous la co-direction de Frédérique Matonti (CESSP-CRPS) et de Cédric Lomba (Cresppa-CSU), 11 octobre 2021.

Cette thèse montre que le travail est une instance de socialisation majeure dont les effets sur les pratiques et les représentations dépassent largement sa seule sphère. Elle étudie les processus, les conditions et les produits de cette socialisation. L’analyse s’appuie principalement sur l’ethnographie du service de la loge d’un palace parisien, et combine travail au poste de groom, entretiens biographiques et participation aux sociabilités entre collègues hors du travail.
L’hôtel fait peser deux attentes discordantes sur les employés : ils doivent s’élever socialement pour interagir avec des clients de classes supérieures, mais aussi se soumettre à eux et exécuter des tâches dévalorisantes. Pris entre ces deux injonctions, les employés de la loge, des hommes souvent issus des classes populaires, s’efforcent de se réapproprier leur rôle : soudés en collectif de travail, ils apprennent à tirer parti de leur proximité aux élites, tout en valorisant des normes alternatives à celles de l’hôtel.
D’un côté, leur fréquentation des classes supérieures les amène à consommer des biens et services haut de gamme et favorise des visions du monde conservatrices qui les rapprochent de la droite. Mais de l’autre, par leur position de serviteur dans la hiérarchie de l’hôtel, ils intériorisent aussi un sens des frontières sociales qui limite la forme que prennent leurs aspirations à l’ascension sociale. Ce cadre socialisateur est cependant ébranlé lorsque survient un conflit social avec la direction, qui amène les employés à se rapprocher du syndicat CGT ancré à gauche. Cet événement souligne par contraste tous les implicites d’une prise efficace de la socialisation institutionnelle.
Mots-clés : socialisation, sociologie politique, travail, institutions, service, rapports sociaux, syndicalisme, styles de vie, genre, ethnographie, luxe, classes sociales.

 

Publications

Coordination d’ouvrages et de dossiers de revues

Amélie Beaumont, Raphaël Challier et Guillaume Lejeune (coords.), « En bas à droite », Politix, n°122, décembre 2018 - 244 p.

Sommaire du dossier En bas à droite : Travail, visions du monde et prises de position politiques dans le quart en bas à droite de l’espace social Amélie Beaumont, Raphaël Challier et Guillaume Lejeune S’engager « du côté des gens bien ». La conscience sociale légitimiste des soutiens populaires de (...) Lire la suite...



 

Articles

  • 2019 - « Une topogenèse des dispositions. La socialisation par l’espace de travail des employés d’un hôtel de luxe », Sociétés contemporaines, n°115, dossier « Socialisations par l’espace, socialisations à l’espace », p. 33-63. Lire ici.
  • 2019 - « Les ressorts de l’obéissance. Les employés de l’hôtellerie de luxe face à leurs clients », Actes de la recherche en sciences sociales, n°230, dossier « Au service des riches », p. 12-35. Lire ici.
  • 2019 - « Servir en tant qu’homme. Les stratégies corporelles des employés de l’hôtellerie de luxe », Nouvelles questions féministes, vol. 38, n°2, dossier « Le physique de l’emploi », p. 34-50. Lire ici.
  • 2018 - avec Raphaël Challier et Guillaume Lejeune, « En bas à droite. Travail, visions du monde et prises de positions politiques dans le quart en bas à droite de l’espace social », Politix, n°122, dossier « En bas à droite », p. 9-31. Lire ici.
  • 2018 - « Tirer parti de l’ordre établi ? Les socialisations politiques au travail dans un hôtel de luxe », Politix, n°122, dossier « En bas à droite », p. 79-105. Lire ici.
  • 2017 - « Le pourboire et la classe. Argent et position sociale chez les employés de l’hôtellerie de luxe », Genèses, n°106, p. 94-114. Lire ici.
 

Chapitres d’ouvrage

  • 2021 - « Résister au mépris de classe. Protections collectives et contestations discrètes des employés du luxe », in Nicolas Renahy et Pierre-Emmanuel Sorignet (dir.), Mépris de classe, l’exercer, le ressentir, y faire face, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, coll. « Champ social », p. 179-203.
 

Notices

  • 2016 - avec Pascal Barbier, Lucie Bargel, Muriel Darmon et Lucile Dumont, Notice « Vêtement », in Juliette Rennes (dir.), Encyclopédie critique du genre, Paris, La Découverte, p. 659-669. Lire ici.
 

Comptes-rendus

  • 2017, « Compte-rendu de Guimarães Nadya Araujo, Maruani Margaret et Sorj Bila (dir.), Genre, race, classe. Travailler en France et au Brésil, Paris, L’Harmattan (coll. Logiques sociales. Sociologie du genre), 2016, 360 p. », Revue Française de Science Politique, chronique bibliographique sur le genre, vol 67, n°3, p. 600-601.
   

Communications

Colloques, congrès, journées d’études

2021

  • « Les effets collatéraux du travail. Les employés de l’hôtellerie de luxe entre acculturation et subalternisation », communication au 9e Congrès de l’Association française de sociologie (AFS), RT 50 Socialisations, Lille (en ligne), 5-8 juillet.

2019

  • « On the right or at the bottom ? The contradictory dynamics of the practical politicization of working conditions », communication au colloque Class Without Consciousness : The Politics of Fragmented Class Identities, organisé par Donatella della Porta et Linus Westheuser, Scuola Normale Superiore, Florence, Italie, 14-15 novembre.
  • « La rupture du pacte professionnel. Les conditions de l’action collective dans l’hôtellerie de luxe », communication au 15e Congrès de l’Association française de science politique (AFSP), Section thématique Mondes professionnels et formes d’engagement : quelles mutations ?, organisée par Jean-Gabriel Contamin et Tristan Haute, Bordeaux, 2-4 juillet.

2018

  • « A luxury working class ? What class tells us about work, what work tells us about class : the case of luxury hotels employees », communication à l’Urban Ethnography Project Conference : Observing and representing everyday life, organisée par Elijah Anderson, Celia Bense, Szusza Berend et Henri Peretz, Yale University, New Haven, États-Unis, 1-3 novembre.
  • « Producing and Consuming Services : Luxury Hotel Workers as Customers », communication à l’European Social Science History Conference (ESSHC), Queen’s University, Belfast, Irlande du Nord, 3-6 avril.

2017

  • « Aller travailler chez les bourgeois. La traversée de l’espace physique et social des employés de l’hôtellerie de luxe », communication aux journées d’études Mobilités spatiales et classes sociales, organisées par les RT5 et RT42, CNRS Pouchet, 30 novembre-1er décembre.
  • « Quand le travail transforme les modes d’habiter. Être employé du luxe à Paris », communication à la journée d’étude Socialisations résidentielles : la (trans) formation des individus par l’espace, organisé par Joanie Cayouette-Remblière, Gaspard Lion et Clément Rivière, le RT9 et le RT50, Université Lille 3, 1er juin.

2016

  • « Une socialisation par le travail. Le cas des employés de la loge d’un hôtel de luxe », communication au colloque Le travail à l’épreuve des socialisations, organisé par Maxime Quijoux, UVSQ, 13-14 octobre.
  • « Garder les traditions dans la crise. Les employés de l’hôtellerie de luxe face aux transformations de leur secteur », 15èmes Journées Internationales de Sociologie du Travail (JIST), Atelier Résistances et mobilisations dans un monde du travail en mutations, Athènes, 11-13 mai.

2015

  • « Mépris contre violence sociale ? La gestion d’une relation inégale avec les clients par les employés de l’hôtellerie de luxe », communication aux journées d’études Mépris de classe, l’exercer, le ressentir, y faire face, organisées par Nicolas Renahy et Pierre-Emmanuel Sorignet, UNIL, Lausanne, 1-3 décembre.
  • « Au service des riches et syndiqués à la CGT : le grand écart des employés du luxe ? », communication au colloque Saisir l’engagement « improbable » dans sa routine professionnelle, IEP de Rennes, 8-9 octobre.
  • « Confronté-e-s aux corps des classes supérieures au quotidien. Les employé-e-s du luxe et leurs client-e-s », communication au colloque Actualité du Matérialisme, organisé par le Cresppa-CSU au Congrès International de Recherches Féministes dans la Francophonie, 22-27 août.
  • « Ce que font les pourboires aux trajectoires sociales. Ethnographie d’un service de l’hôtellerie de luxe », communication au workshop du colloque Quantifier, évaluer, calculer, la question de la valeur dans la vie économique, ENS, Paris, 1er juillet.

2014

  • « L’entrée des pourboires : étudier les employés du luxe par une pratique spécifique », communication à la 1ère Journée d’études doctorale du CSU, Paris, 12 novembre.
  • « Mobilité sociale et représentations genrées : l’entre-deux des employés du luxe », 1er Congrès des études de genre en France, Atelier L’apparence corporelle au croisement du genre et de la classe, organisé par Martine Court. ENS Lyon, 3-5 septembre.
  • « En quête de pourboires. L’acquisition d’un « savoir-obtenir » chez les employés du luxe », 14èmes Journées Internationales de Sociologie du Travail (JIST), Lille, 17-19 juin.

2013

  • « Ce que nous dit la transformation de la consommation des employé-e-s du luxe sur la socialisation au travail », 5e congrès de l’Association Française de Sociologie, RT 5 Classes sociales, Inégalités, Fragmentations, Nantes, 2-5 septembre.
 
Séminaires de recherche

2021

  • avec Jean-Samuel Beuscart, Samuel Coavoux, Noé Latreilles, Brenda Le Bigot et Yann Renisio, « Comprendre les pratiques de streaming : restitutions sur la première vague d’entretiens », Plénière d’avancement du projet Records, Paris.

2019

  • avec Raphaël Challier et Stéphane Latté, présentation du dossier « En bas à droite », séminaire général du SAGE, organisé par Jean-Philippe Heurtin et Sophie Iffrig, Strasbourg, 18 octobre.
  • avec les autres coordinateurs Raphaël Challier et Guillaume Lejeune, ainsi que les auteurs Benoit Coquard et Stéphane Latté, présentation du dossier « En bas à droite » publié dans Politix en décembre 2018, site Pouchet du CNRS, 21 février.

2018

  • Présentation de la méthode d’enquête de la thèse, Séminaire Pratique de l’enquête, Master de sociologie, Paris 8, organisé par Coline Cardi.
  • avec Lucile Dumont, « Construction de l’objet et étapes de l’enquête dans deux travaux de thèse », présentation à l’École d’automne du CESSP, organisée par les représentants doctorants, Paris 1, 8 novembre.

2017

  • « Quand l’apprentissage du travail est aussi une socialisation aux classes sociales. Les employés de l’hôtellerie de luxe et les classes supérieures », présentation au séminaire de laboratoire Sciences sociales en pratiques du CESAER, organisé par Eleonora Elguezabal et Gilles Laferté, INRA, Dijon, 17 octobre.
  • « Différencier et composer avec une clientèle de luxe », présentation au séminaire PraTO (Pratiques, travail, organisation), organisé par Anne Bory, Yves Cohen, Vincent Gay, Fanny Girin, Nicolas Hatzfeld et Cédric Lomba, EHESS, Paris, 19 mai.
  • « Sortir des classes populaires par le service ? L’appartenance sociale des employés de l’hôtellerie de luxe », présentation au séminaire Les classes populaires aujourd’hui, organisé par Ana Portilla, Vincent Burckel, Juan Sebastian Carbonell, Benoît Coquard, Cyril Nazareth, ENS, Paris, 3 mai.
  • « Réussir les interactions de service en cas de grande distance sociale : les employés du luxe et leurs clients », présentation au séminaire Classe, genre et migrations dans les relations de service, organisé par Christelle Avril, EHESS, Paris, 7 février.
  • « Les conditions d’une ascension sociale par l’argent : le cas des employés de l’hôtellerie de luxe », séminaire général de l’équipe MEPS du Centre Max Weber, cycle « Mobilités sociales », organisé par Sylvia Faure et Frédéric Rasera, Université Lyon 2, 20 janvier.

2016

  • avec Muriel Darmon pour le groupe Phringues, « Comment compter, décrire et objectiver les vêtements ? Les débuts d’une enquête collective », séminaire Les corps travaillés par les institutions, organisé par Sabrina Nouiri-Mangold et Mathias Thura, ENS Jourdan, 9 juin.
  • « L’importance du contact quotidien dans la transformation des pratiques genrées : le cas de l’apprentissage des classes supérieures par les employés de l’hôtellerie de luxe », présentation au séminaire Genre et classes populaires, cycle « Routines », organisé par le groupe Genre et classes populaires, Université Paris 1, 11 février.
  • avec Pascal Barbier, Muriel Darmon et Lucile Dumont pour le groupe Phringues, « Une sociologie des pratiques vestimentaires, premiers résultats », séminaire d’axe du CESSP Pouvoir et rapports de domination, organisé par Jean-Louis Briquet, François Denord et Delphine Serre, Paris 1, 9 février.

2015

  • avec Camille François, « Corps et masculinités : un état des lieux », présentation à l’atelier Masculinités, Cresppa-CSU, Paris, 12 novembre.

2014

  • avec Maud Gelly, « Servir les dominants : comment et pourquoi les professionnels classent leurs publics », présentation à l’atelier doctoral du CRESPPA, Paris, 13 novembre.
  • « Les classes dominantes du point de vue de ceux qui les servent. Ethnographie d’un hôtel de luxe parisien », présentation au séminaire Sociologie des élites, organisé par Sylvain Laurens, EHESS, Paris, 11 mars.
 

Animation de la recherche

Manifestations scientifiques

  • Co-organisation avec Pierre Blavier, Julien Gros, Ana Perrin-Heredia, Ana Portilla, Fanny Renard et Rémi Sinthon des journées d’études Socialisations économiques, au titre des RT 5, 12 & 50 de l’AFS, Site Pouchet du CNRS, 13-14 mars 2019.
  • Co-organisation avec Anaïs Albert, Jackie Clarke et Fanny Gallot des Journées d’études internationales Travail et consommation, XIXe, XXe, XIXe siècles, UPEC, 27-28 avril 2017.
  • Co-organisation avec Sylvain Laurens et discussion (en anglais) de la conférence de Shamus Khan (Columbia University) intitulée « Lieux de pouvoir : ethnographie, socio-histoire, analyse de réseau », EHESS, Amphi Furet, 3 octobre 2014.

Séminaires

  • Co-organisation du séminaire de recherche Sociologie des pratiques vestimentaires, EHESS, 2015-2016, puis séminaire d’enquête collective en 2016-2017, avec le groupe PHRINGUES : Lucie Bargel, Pascal Barbier, Muriel Darmon et Lucile Dumont.
  • Co-animation, avec Yann Renisio, de l’atelier Les sciences sociales saisies par l’argent, EHESS, 2015-2016.
  • Co-organisation du séminaire doctoral du CRESPPA, 2014-2016.

Réseaux de recherche

  • Depuis 2017 : Membre du RT 5 « Classes sociales, inégalités, fragmentation » de l’Association française de sociologie.
  • Depuis 2012 : Membre du groupe PraTO (Pratiques, travail, organisation).
 

Enseignement

  • 2015-2017 – ATER, Université Paris 1, département de science politique (demi-poste)
    - L2 : Techniques d’enquête (4 x 18h)
    - L2 : Forces politiques et sociales (1 x 18h)
    - L3 : Sociologie générale et techniques d’enquête (1 x 24h)
    - L3 : Problèmes politiques, économiques et sociaux (3 x 24h)
  • 2012-2015 – Contrat doctoral avec mission d’enseignement, Université Paris 1, département de science politique
    - L1 : Sociologie Politique (1 x 18h)
    - L1 : Techniques documentaires (4 x 18h)
    - L2 : Techniques d’enquête (2 x 18h)
    - L2 : Forces Politiques et Sociales (1 x 18h)
    - L2 : Systèmes Politiques Comparés (3 x 18h)
 

Diplômes et mémoires universitaires

- 2011-2012 – Master 2 « Sociologie Générale », EHESS
- 2006-2011 – Diplôme de l’Institut d’Études Politiques de Lille

Mémoires universitaires

  • 2012 - « Les logiques de la loge : ethnographie d’un service de luxe dans un palace parisien », mémoire de Master 2 de sociologie, EHESS, sous la direction de Cédric Lomba (Cresppa-CSU).
  • 2011 - « Circulations, mobilisations et résistances : les spécificités de la mise à l’agenda institutionnel local. L’émergence des étudiants-parents comme catégorie d’action dans trois universités new-yorkaises », mémoire de Master 2 de science politique, IEP de Lille – Université Lille 2, sous la direction de Jean-Gabriel Contamin (CERAPS).
  • 2010 - « Devenir adolescent sur le Boulevard de Metz. Une ethnographie des pratiques de loisirs des jeunes d’un Centre Social », mémoire de Master 1 de sociologie, IEP de Lille, sous la direction de Camille Goirand (CERAPS).