Contre la réforme des retraites et la LPPR : le  5 mars, la recherche s'arrête
Imprimer

Crepin Laure - CRESPPA - UMR 7217-CSU

Laure Crepin

Docteure en sociologie


Domaines de recherche

  • Sociologie du logement
  • Stratification et inégalités sociales
  • Sociologie du genre
  • Méthodes quantitatives ; articulation de méthodes qualitatives et quantitatives
 

Thèse

"Les conséquences résidentielles des séparations conjugales : articuler les inégalités de classe et de genre dans la France contemporaine", thèse de doctorat en sociologie réalisée à l’Université Paris 8, sous la direction de Fanny Bugeja-Bloch et de Camille Peugny, 16 juin 2022.

Depuis le début des années 2000, les prix immobiliers augmentent plus vite que les revenus, en particulier dans les grandes villes françaises. Les temps d’attente pour obtenir un logement social sont de plus en plus longs. Dans ce contexte, l’objet de cette thèse est d’étudier les trajectoires résidentielles des personnes ayant rompu une union cohabitante en France métropolitaine, à l’aide de méthodes quantitatives (Enquêtes Logement 2002, 2006 et 2013 (INSEE) ; Statistiques sur les Ressources et les Conditions de Vie (Eurostat) (2004 – 2015) ; « Mon Quartier, Mes Voisins » (INED - CNRS Centre Max Weber, 2018)), et qualitatives (34 entretiens).

Nous étudions d’abord ce que le contexte des séparations produit en termes de trajectoires sociales et résidentielles. Les ruptures peuvent participer à des trajectoires de « déclassement au cours du cycle de vie », pour celles et ceux vivant à la fois des déstabilisations professionnelles, familiales et résidentielles. Celles-ci s’articulent à des « trajectoires résidentielles descendantes », massives, en raison du contexte des séparations (déménagement dans l’urgence, baisse des ressources économiques). Nous démontrons ensuite que les ruptures conjugales participent à la croissance des inégalités de logement, inégalités selon la classe et le genre. Les ressources de l’entourage ont tendance à augmenter plutôt qu’à réduire ces inégalités.

Au croisement entre sociologie du genre et des classes sociales, sociologie du logement et sociologie de la famille, cette thèse mêlant à parts égales matériaux quantitatifs et qualitatifs contribue à questionner la place du logement dans les dynamiques de la stratification sociale.

 

Publications

Articles dans des revues scientifiques

 

Chapitres d’ouvrages

  • Crepin L. , 2021, « Prolonger l’incertain : les multiples vies d‘un employé dans une ville en déclin » in Anne Lambert et Joanie Cayouette-Remblière (dir.) L’explosion des inégalités. Classes, genre et générations face à la crise sanitaire, Editions de l’Aube.
 

Rapports de recherche

  • 2021 « Les relations de voisinage après une séparation conjugale » in Rapport final de l’enquête « Mon quartier, mes voisins » (CNRS Centre Max Weber, INED).
   

Communications

Principales communications
  • 06/07/2021 : Communication au huitième congrès de l’Association Française de Sociologie, Réseau thématique sociologie de l’urbain et des territoires "La crise du logement abordable et ses conséquences après les séparations conjugales : des inégalités croissantes entre 2000 et 2013."
  • 11/05/2021 : Présentation du travail doctoral au séminaire du UR 6 de l’INED "Entrer dans la boîte noire des choix résidentiels après les séparations conjugales : pourquoi des trajectoires descendantes ?"
  • 26/08/2019 : Communication au huitième congrès de l’Association Française de Sociologie, Réseau thématique Méthodes "Classer les trajectoires à partir des grandes enquêtes : quel impact de la méthode sur les résultats ?"
  • 14/05/2019 : Communication au XVIIIe Colloque National de Démographie "Quelles conséquences des ruptures conjugales en termes d’inégalités de logement ?"
  • 11/01/2019 : Présentation du travail de thèse au séminaire des doctorant-e-s du CRESPPA : "Les trajectoires résidentielles après les ruptures : diversité et inégalités"
  • 10/12/2018 : Présentation du travail de thèse au séminaire JUSTINES (justice et inégalités au prisme des sciences sociales) : "Les trajectoires résidentielles après les ruptures : diversité et inégalités"
 

Valorisation, expertise

  • 24/06/2021 : Intervention aux journées d’études de la FAPIL (Fédération des Associations et des Acteurs pour la Promotion et l’Insertion par le Logement), thème : "le logement des familles monoparentales", retransmise en direct sur youtube.
 

Enseignement

2021 - 2022 : ATER à l’Université Paris Nanterre)

  • Sociologie des classes sociales, L1 S1 (36h, TD)
  • Articuler les méthodes, volet quantitatif, L3, S1 (24h, TD)
  • Histoire de la pensée sociologique, L1, S2 (18h, CM)
  • Savoir lire les données chiffrées, L1, S2 (72 h, TD)
  • Articuler les méthodes, volet quantitatif, L3, S2 (24h, TD)
  • Ville et logement, M1, S2 (12h, CM)

2020 - 2021 : demi - ATER à Science Po Paris, sur le campus aglo-américain de Reims

  • Conférence de méthode "Introduction to sociology" L1 (96h, TD)

2017 - 2020 : Contrat doctoral avec mission d’enseignement à l’Université Paris 8 (département de sociologie)

  • 2019 - 2020 : "Méthodes du travail universitaire" L1 (48h, CM)
  • 2018 - 2019 : "Transformations sociales au XXè siècle" L1 (48h, CM)
  • 2018 - 2019 et 2019 - 2020 : "Décrire la société française" L1 (12 h, CM)
  • 2017 - 2018 : "Lire et mobiliser les statistiques" L2 (48 h, CM)
  • 2017 - 2018 : Participation à l’encadrement du stage de terrain en L3 dans le cadre du cours "Pratiques d’enquête" (12h)

2016 - 2017 : Colles en hypokhâgne et khâgne B/L au lycée Janson de Sailly

  • discipline : SES : économie et sociologie
  • préparation aux oraux des Ecoles Normales Supérieures
 

Formation, diplômes universitaires

2017 : Obtention du master 2 SQD : sociologie quantitative et démographique, à l’Université Paris Saclay (ENSAE, ENS paris Saclay, UVSQ)

  • mémoire "La monoparentalité : quels risques sur les trajectoires résidentielles ?" sous la direction de Fanny Bugeja-Bloch, accompagnée par Marie-Paule Couto

2016 : Obtention de l’agrégation externe de Sciences Economiques et Sociales

2015 : Master 1 de sociologie à l’Université Paris Sorbonne (Paris IV)

  • mémoire "Douter et décider : étude de la construction de la difficulté de la décision de vaccination contre le papilomavirus"

2014 : Obtention d’une double licence à l’ENS Cachan :

  • licence d’économie à l’Université Panthéon Sorbonne (Paris I)
  • licence de sociologie à l’Université Paris Sorbonne (Paris IV)

2013 - 2017 : Normalienne Elève à l’ENS Cachan (Paris Saclay)