Contre la réforme des retraites et la LPPR : le  5 mars, la recherche s'arrête
Imprimer

TILIKETE Selma - CRESPPA - UMR 7217-CSU

Contact

Selma Tilikete
Cresppa-CSU
59-61 rue Pouchet
75849 Paris Cedex 17
Lui écrire

Sommaire de la page

Thèse en préparation

15 décembre 2021

Selma Tilikete

Doctorante à l’université Paris 8


Domaines de recherche

  • Climat
  • Écologie politique
  • Science and Technology Studies
  • Participation
  • Tirage au sort
  • Expertise
 

Thèse en préparation

Selma Tilikete « Quel recours au tirage au sort pour quel projet d’écologie politique ? », thèse en préparation à l’Université Paris 8, sous la direction d’Yves Sintomer et d’Hélène Guillemot (EHESS / Centre Alexandre Koyré).

Présentation du projet
Depuis 2019, une vague de mini-publics délibératifs/participatifs recourant au tirage au sort ont été mis en place en Europe pour lutter contre le changement climatique, notamment aux échelles nationale (Convention Citoyenne pour le Climat, Climate Assembly UK, Scotland’s Climate Assembly, Borgerting på klimaområdet, Asamblea Ciudana para el Clima…) et internationale (European’s Panel on Climate/Health, Global Assembly). Malgré des noms et des procédures relativement proches, les rôles attribués aux « non spécialistes » pour faire face au dérèglement climatique diffère sensiblement selon les cas et les groupes d’acteur-rices impliqués. Le rapport aux sciences et à l’expertise au sein de ces processus est souvent au cœur des débats et des critiques : que ce soit pour questionner la pertinence de recourir au tirage au sort pour faire face à un problème aussi complexe que le climat, pour s’inquiéter de l’influence des expert-es sur les tiré-es au sort, ou encore pour définir ce que des tiré-es au sort peuvent avoir pour rôle quand « on sait déjà ce qu’il faut faire ». Il semble que ces discours, ces pratiques et les contradictions qu’elles soulèvent sont porteuses de conceptions différentes des problèmes environnementaux et de leurs solutions.

Par une méthode d’enquête ethnographique de quatre mini-publics sur le climat (Convention Citoyenne pour le Climat, Panel Citoyen Climat de Wallonie, European’s Panel on Climate/Health, Global Assembly), ce travail de thèse mène deux axes de recherche parallèles. D’une part, il s’agit de comprendre et comparer les conceptions de l’environnement portées par les relations entre expertise et savoir citoyen au sein de ces processus institutionnels. D’autre part, l’enjeu sera de comprendre ce que la construction des problèmes environnementaux, et notamment du changement climatique, produit sur l’histoire du retour du tirage au sort dans les démocraties représentatives contemporaines.