Contre la réforme des retraites et la LPPR : le  5 mars, la recherche s'arrête
Imprimer

Journées d’étude « Mobilité spatiale et classes sociales »


Jeudi 30 novembre et vendredi 1er décembre 2017

Journées d’étude organisées par les RT 5 « Classes, inégalités, fragmentations » et RT 42 « Sociologie des élites » de l’Association Française de Sociologie et le Cresppa-CSU.

Comité d’organisation : Isabel Boni-Le Goff, Pauline Clech, Pierre Gilbert, Violaine Girard, Elie Guéraut, Guillaume Lejeune

Contact : je.rt5rt42@gmail.com

Présentation


La dimension spatiale des inégalités sociales est aujourd’hui questionnée par de nombreux travaux. Dans un mouvement de regain des approches localisées de la structure sociale, la prise en compte de cette dimension a contribué à renouveler les débats sur la stratification sociale, mais aussi à enrichir l’analyse de nombreux faits sociaux, au-delà des seuls champs de la sociologie urbaine ou de la sociologie de la stratification sociale. Dans ce contexte, alors que les enquêtes souffrent souvent d’une approche statique de la ségrégation et des relations entre groupes sociaux et territoires, la prise en compte des mobilités spatiales offre une perspective capable d’éclairer la structuration de classe des sociétés contemporaines sous un jour renouvelé.

Programme détaillé


Jeudi 30 novembre

  • Conférence inaugurale – 9h30-10h30
    "BLEDARDS" AISÉS ET "IMMIGRÉS" DE CLASSES POPULAIRES SUR LES PLAGES ALGÉRIENNES. LUTTES DE CLASSEMENT DANS UN ESPACE SOCIAL TRANSNATIONAL
    Jennifer BIDET (Cerlis, U. Paris Descartes)
  • Session 1 – 10h45 - 12h45
    QUAND LES MOBILITÉS INTERNATIONALES TRAVAILLENT LES FRONTIÈRES DE CLASSE
    Présidente de session : Isabel BONI-LE GOFF (CEG, UNIL)
    Discutante : Yasmine SIBLOT (CRESSPA-CSU, U. Paris 8)
    Simeng WANG (Cermes3, CNRS), Se comparer aux pairs « qui vivent loin » : Comment des migrants transnationaux chinois se perçoivent socialement ?
    Hugo BREANT (CRPS, Cessp, U. Paris 1), Émigrés en première classe. Les migrations internationales comme moteur de la reconfiguration des classes populaires.
    Garance CLEMENT (Lab’Urba, U. Paris-Est), L’articulation entre ressources locales et internationales dans les migrations des classes moyennes. Le cas des fonctionnaires lillois établis en Belgique.
    Amélie GRYSOLE (CMH, ENS-EHESS, Ined), La lutte des mères entre deux lieux de la famille (Sénégal/Italie).
  • Session 2 – 14h - 16h
    LES CONDITIONS SOCIALES DE LA MOBILITÉ SPATIALE
    Présidente de session : Pauline CLECH (COES, Universidad Diego Portales, Chili)
    Discutante : Anaïs COLLET (Sage, U. de Strasbourg)
    Kelly POULET (Curapp-ESS, UPJV), Projets migratoires et destins sociaux de la jeunesse de trois quartiers de Dakar. Entre discours, pratiques et ressources sociales.
    Margot DELON (OSC, IEP Paris), Quand rester n’est pas toujours stagner. Les contextes locaux dans les parcours de mobilité sociale ascendante des enfants des bidonvilles et cités de transit de l’après-guerre en France.
    Claire KERSUZAN (Comptrasec, U. de Bordeaux) et Matthieu SOLIGNAC (Comptrasec, U. de Bordeaux), Disparités territoriales de l’entraide familiale, mobilité et parcours d’insertion des jeunes.
    Caroline BERTRON (Cessp-CSE, U. Paris 1), Tous mobiles ? Idéologie de la mobilité des établissements scolaires internationaux et stratégies d’installation locale des anciens élèves.
  • Session 3 - 16h15 – 18h15
    L’ENJEU SCOLAIRE DES MOBILITÉS SPATIALES
    Président de séance : Pierre GILBERT (CRESPPA-CSU, Paris 8)
    Discutante : Sophie ORANGE (Cens, U. de Nantes)
    Séverine CHAUVEL (Lirtes, U. Paris-Est) et Leïla FROUILLOU (Cresspa-GTM, U. Paris Nanterre), Comment les dispositifs d’orientation limitent les mobilités scolaires : la construction des choix en lycée professionnel.
    Elie GUERAUT (Cerlis, U. Paris Descartes, Cesaer, Inra) et Fanny JEDLICKI (IDEES, U. du Havre), Traverser les espaces géographiques, sociaux et académiques. Quand les petits-moyens périphériques vont à l’université.
    Claire GELLEREAU (Clerse, U. Lille 1), La migration, un apport éducatif et scolaire pour les classes moyennes supérieures ?
    Adrien DELESPIERRE (CSE, U. Paris 1), L’invitation au voyage. Hiérarchies nationales et stratégies d’internationalisation au sein des grandes écoles d’ingénieurs.

Vendredi 1er décembre

  • Session 4 – 9h – 11h
    MOBILITÉS ET SÉGRÉGATION SOCIALE
    Présidente de séance : Violaine GIRARD (Dysolab, U. de Rouen)
    Discutant : Fabien DESAGE (Ceraps, U. Lille 2)
    Thierry RAMADIER (Sage, U. de Strasbourg), Dans quelle mesure les déplacements quotidiens contribuent aux ségrégations socio-spatiales ?
    Guillaume LE ROUX (Ined), Christophe IMBERT (IDEES, U. de Rouen), Arnaud BRINGE (Ined) et Catherine BONVALET (Ined), Gentrification de Paris et peuplement des banlieues au cours du XXe siècle : une approche biographique et générationnelle de la ségrégation résidentielle.
    Cécile CUNY (Latts, EUP) et David GABORIEAU (LVMT, U. Marne La Vallée), Des stabilités intérimaires ? Ancrages professionnels et résidentiels d’ouvriers du secteur logistique.
    Jean-François VALETTE (Ladyss, U. Paris 8), Mobilités résidentielles à Mexico : filtrages et ancrages dans les périphéries populaires.
  • Session 5 – 11h15 – 12h45
    MOBILITÉ RÉSIDENTIELLE ET CLASSEMENTS SOCIAUX
    Président de séance : Élie GUERAUT (CERLIS, Paris Descartes, CESAER, Inra)
    Discutant : Bruno COUSIN (Cee, IEP Paris)
    Lorraine BOZOULS (OSC, IEP Paris, Urbeur, Milano-Bicocca), Les stratégies d’ancrage et de mobilité spatiale chez les classes supérieures.
    Rémi HABOUZIT (Printemps, UVSQ, Lest, AMU), Tous locataires : quand le relogement bouleverse les logiques de classement interne aux habitants d’une copropriété dégradée
    Quentin RAMOND (OSC, IEP Paris), L’expérience du logement social est-elle une forme de déclassement résidentiel pour les classes moyennes ?
  • Session 6 – 14h – 16h
    DÉPLACEMENTS ET RAPPORTS DE CLASSE
    Président de séance : Guillaume LEJEUNE (CERLIS, U. PARIS DESCARTES)
    Discutant : Sébastien CHAUVIN (CEG, UNIL)
    Ludovic LESTRELIN (CesamS, U. de Caen Normandie), Voyager « pour raisons footballistiques ». Formes et sens d’une mobilité de loisir chez des hommes issus des classes populaires.
    Yoann DEMOLI (Printemps, UVSQ, LSQ, CREST) et Marie GILOW (Metices, ULB), Mobilité parentale en Belgique : Question de genre, question de classe.
    Amélie BEAUMONT (Cessp, U. Paris 1), Aller travailler chez les bourgeois. La traversée de l’espace physique et social des employés de l’hôtellerie de luxe.
    Josette DEBROUX (Centre Max Weber, U. Lyon 2), Ouvrir sa voiture à des inconnus : des rapports différenciés à l’altérité sociale.
  • Synthèse des journées – 16h30-17h
    Nicolas RENAHY (CESAER, INRA)


Comité scientifique :
Sébastien Chauvin, Anaïs Collet, Fabien Desage, Sylvie Fol, Susanna Magri, Edmond Préteceille, Bertrand Réau, Nicolas Renahy, Fabrice Ripoll, Olivier Schwartz, Yasmine Siblot, Sylvie Tissot, Laure de Verdalle et Anne-Catherine Wagner.



- Programme sur Calenda

MAJ: 22 avril 2022