Cresppa > CSU > Thèses > Soutenance de thèse : Thomas Douniès

Soutenance de thèse : Thomas Douniès

mercredi 27 septembre 2023 à partir de 14h00

Université de Picardie Jules Verne (Pôle Cathédrale, amphithéâtre Bodin, Amiens)

Thomas Douniès, "Différencier pour gouverner. L’État et la scolarisation des enfants de l’immigration dans la France contemporaine (1945-2023)", thèse de doctorat en science politique réalisée à l’Université de Picardie Jules Verne, sous la direction de Bertrand Geay et de Lorenzo Barrault-Stella

Composition du jury

Lorenzo Barrault-Stella, Chargé de recherche CNRS, CRESPPA-CSU, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis (co-directeur de thèse)
Guillaume Courty, Professeur de Science politique, Université de Picardie Jules Verne, CURAPP-ESS (examinateur)
Brigitte Gaïti, Professeure de Science politique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CESSP (rapporteure)
Bertrand Geay, Professeur de Sciences de l’éducation, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, CIRCEFT-ESCOL (co-directeur de thèse)
Virginie Guiraudon, Directrice de recherche CNRS, CEE, Sciences Po (examinatrice)
Maud Simonet, Directrice de recherche CNRS, IDHES, Université Paris Nanterre (rapporteure)
Agnès van Zanten, Directrice de recherche CNRS, CRIS, Sciences Po (examinatrice)

Résumé

Cette thèse porte sur le gouvernement de la scolarisation des jeunes immigrant·es en France, au croisement de la sociologie de l’éducation, la sociologie de l’immigration, et la sociologie de l’action publique, de l’État et de ses transformations. L’analyse articule un travail archivistique avec une enquête de terrain multi-située et comparative (entre deux territoires contrastés), dans et hors de l’Éducation nationale (Aide sociale à l’enfance, associations pour mineur·es non accompagné·es, centres de formation d’apprenti·es, collectivités locales, réseaux militants).

La sociohistoire éclaire l’émergence d’un problème scolaire de l’immigration et l’institutionnalisation d’un régime de différenciation transitoire de la scolarité. Cette politique engendre une reformulation scolaire des frontières nationales dans l’État, en faisant la synthèse entre l’héritage de l’encadrement des « populations nord-africaines » en métropole, les finalités changeantes des politiques d’immigration, et un projet de transformation de l’école aujourd’hui fondu dans la « modernisation » du service public d’éducation. Croisant les entrées dans la prise en charge des élèves (guichets d’accueil, distribution des places et travail éducatif, formation des personnels, trajectoires individuelles), l’analyse montre les dilemmes que l’accueil crée chez des professionnel·les n’ayant pas toujours les moyens de le réaliser ; elle donne à voir les arrangements feutrés qui façonnent des différences de traitement selon les lieux et les publics et l’élaboration des distinctions symboliques qui les rationalisent. Ces inégalités se cristallisent aujourd’hui autour des jeunes isolé·es. Entre ralentissement de l’accès à l’école et accélération de la mise au travail dans les « secteurs en tension », leur traitement particulier révèle l’interdépendance entre la régulation localisée de l’offre scolaire, le brouillage des frontières public-privé dans les politiques d’immigration, et le façonnement conjoint des rapports à l’État et au travail des jeunes par des instances socialisatrices multiples. In fine, il apparaît qu’autant qu’une politique d’« entrée » (à l’école), c’est une politique de « sortie » (de l’école vers le marché du travail) qui fait le caractère transitoire de la scolarisation : derrière les dispositifs d’accueil, le sas c’est l’école elle-même.

La scolarisation des immigrant·es montre finalement que la gestion différentielle des populations est un mode de conservation de la gouvernabilité des problèmes sociaux ; différencier pour gouverner, c’est jouer de la plasticité de l’ordre bureaucratique pour mieux le maintenir et générer des représentations différenciantes entre gouverné·es comme autant de justifications morales, sociales et politiques des inégalités qui en résultent.

Mots clés : scolarisation, immigration, gestion différentielle des populations, inégalités, transformations de l’État, enfance/jeunesse, socialisations, minorisations, travail.

27 septembre 2023

Dernières soutenances

11 décembre 2023
Anne-Lise Dall’Agnola, "Harmed Forces. Invalides français et disabled veterans états-uniens aujourd’hui : une reconnaissance sociale inégale ?", thèse de doctorat en sociologie réalisée à l’Université Paris 8, sous la direction de Dominique Memmi. lire suite

10 octobre 2023
Laurine Thizy, "Irresponsable, salope, égoïste, meurtrière ? La stigmatisation de l’avortement en France : formes contemporaines et résistances", thèse de doctorat en sociologie réalisée à l’Université Paris 8, sous la direction de Dominique Memmi lire suite

27 septembre 2023
Thomas Douniès, "Différencier pour gouverner. L’État et la scolarisation des enfants de l’immigration dans la France contemporaine (1945-2023)", thèse de doctorat en science politique réalisée à l’Université de Picardie Jules Verne, sous la direction de Bertrand Geay et de Lorenzo Barrault-Stella lire suite


^



VENIR AU CRESPPA
Site principal : Site Pouchet du CNRS, 59 rue Pouchet, 75 017 Paris (3e et 4e étages). Plan d'accès
Site de Nanterre : Université Paris Nanterre, 200 avenue de la République, 92001 Nanterre cedex. Bâtiment Henri Lefebvre (ex-bat.D), salle 401. Plan d'accès

Presentation

Présentation du CSU

Presentation du GTM

Présentation du LabTop

Membres du Cresppa

Liste alphabétique

Chercheur.es titulaires

Chercheur.es émérites

Ingénieur.es, technicien.nes

Docteur.es et post-doctorant.es

Doctorant.es

Équipe CSU

Équipe GTM

Équipe LABTOP

Recherches

Partenariats

Evenements

Événements

Publications

Formation doctorale

Thèses en cours au CSU

Thèses en cours au GTM

Thèses en cours au LABTOP

Archives

Archives du CSU

Archives du GTM

Archives du LABTOP