Contre la réforme des retraites et la LPPR : le  5 mars, la recherche s'arrête
Imprimer

Soutenance de thèse Amélie Beaumont


Amélie Beaumont, « Déformations professionnelles. Le travail comme institution socialisatrice : comprendre la transformation des employés de l’hôtellerie de luxe », thèse pour le doctorat de science politique et sociologie à l’Université Paris 1, sous la co-direction de Frédérique Matonti (CESSP-CRPS) et de Cédric Lomba (Cresppa-CSU).

lundi 11 octobre 2021 à partir de 14h00, Salle 216, Centre Panthéon de l’Université Paris 1, entrée au 12, place du Panthéon, Paris 5e

Composition du jury

Sébastien Chauvin , Professeur Associé, Université de Lausanne
Annie Collovald, Professeure des Universités, Université de Nanterre (rapportrice)
Muriel Darmon, Directrice de Recherche, CNRS
Sophie Dubuisson-Quellier, Directrice de Recherche, CNRS (rapportrice)
Cédric Lomba, Directeur de Recherche, CNRS, (co-directeur)
Frédérique Matonti, Professeure des Universités, Université Paris 1 (co-directrice)

Résumé :

Cette thèse montre que le travail est une instance de socialisation majeure dont les effets sur les pratiques et les représentations dépassent largement sa seule sphère. Elle étudie les processus, les conditions et les produits de cette socialisation. L’analyse s’appuie principalement sur l’ethnographie du service de la loge d’un palace parisien, et combine travail au poste de groom, entretiens biographiques et participation aux sociabilités entre collègues hors du travail.
L’hôtel fait peser deux attentes discordantes sur les employés : ils doivent s’élever socialement pour interagir avec des clients de classes supérieures, mais aussi se soumettre à eux et exécuter des tâches dévalorisantes. Pris entre ces deux injonctions, les employés de la loge, des hommes souvent issus des classes populaires, s’efforcent de se réapproprier leur rôle : soudés en collectif de travail, ils apprennent à tirer parti de leur proximité aux élites, tout en valorisant des normes alternatives à celles de l’hôtel.
D’un côté, leur fréquentation des classes supérieures les amène à consommer des biens et services haut de gamme et favorise des visions du monde conservatrices qui les rapprochent de la droite. Mais de l’autre, par leur position de serviteur dans la hiérarchie de l’hôtel, ils intériorisent aussi un sens des frontières sociales qui limite la forme que prennent leurs aspirations à l’ascension sociale. Ce cadre socialisateur est cependant ébranlé lorsque survient un conflit social avec la direction, qui amène les employés à se rapprocher du syndicat CGT ancré à gauche. Cet événement souligne par contraste tous les implicites d’une prise efficace de la socialisation institutionnelle.


8 octobre 2021

Thèses en cours au CSU

Thèses soutenues depuis 1999

HDR soutenues

Directrices et directeurs de thèses



Soutenances de thèses

jeudi 14 octobre 2021 à 15h00

Ana Portilla, « Les effets capitaux des "petites" ressources. Enquête en milieu populaire immigré aux États-Unis », thèse pour le doctorat de sociologie réalisée à l’EHESS, sous la direction de Sylvie Tissot (Cresppa-CSU, co-direction) et de Stéphane Beaud (CMH-ETT, direction principale). Composition (...) lire suite


mercredi 26 mai 2021 à 14h00

Jérôme Bas, « CONTESTER LA FATALITÉ DU HANDICAP – Mobilisations de personnes handicapées et institution d’une catégorie d’action publique », thèse pour le doctorat de sociologie réalisée à l’Université Paris 8, sous la direction de Sylvie Tissot et d’Odile Henry Composition du jury Romuald Bodin (...) lire suite


mercredi 26 mai 2021 à 15h00

Maxime Mellina, « Le Sort ou la Raison. Persistance et disparition du tirage au sort en Suisse (1798-1831) », thèse pour le doctorat en science politique, en cotutelle entre l’Université de Paris 8 et de Lausanne, sous la direction de Biancamaria Fontana (Université de Lausanne) et Yves Sintomer (...) lire suite