Contre la réforme des retraites et la LPPR : le  5 mars, la recherche s'arrête
Imprimer

Colloques et journées d’études


Le monde privé des ouvriers Lectures et pistes de recherche sur les mondes populaires

Journée d’étude du Cresppa, vendredi 9 décembre 2016 : Site Pouchet du CNRS

Organisée par Nicolas Duvoux (Paris 8, Cresppa-LabToP) et Cédric Lomba (CNRS, Cresppa-CSU)

Présentation de la journée


L’objet de cette journée d’étude est de revenir sur l’ouvrage d’Olivier Schwartz Le monde privé des ouvriers paru en 1990 (Presses Universitaires de France, collection « Pratiques théoriques » ; aujourd’hui disponible dans sa 3e édition, « Quadrige », 2012).

Cette enquête ethnographique menée au début des années 1980 dans le Nord de la France est originale par son objet (les relations familiales au sein d’une cité HLM), sa démarche (une présence de longue durée sur le terrain d’enquête) et ses analyses (associant une anthropologie de la vie ouvrière dans un contexte de désindustrialisation, une sociologie des classes populaires, une sociologie des rapports sociaux de sexe et la mobilisation d’analyses de psychologie et de psychanalyse).

Cet ouvrage a connu un retentissement important dans les sciences sociales des mondes populaires et continue à être mobilisé par les nouvelles générations de chercheurs. C’est en ce sens qu’il mérite que l’on analyse précisément les propositions méthodologiques et théoriques qu’il recèle. Cette journée visera à souligner et à préciser les éléments importants de l’ouvrage qui permettent de penser les différenciations internes aux classes populaires.

Une partie des interventions auront ainsi pour ambition de discuter, de manière critique, les propositions qui émergent dans cet ouvrage et qui peuvent nourrir les recherches menées sur les classes sociales. D’autres interventions, de plus jeunes sociologues, souligneront les emprunts partiels qu’ils ont puisés dans cet ouvrage pour mener leur propre recherche. Une table ronde clôturera la journée et abordera prioritairement la question de la politisation des classes populaire et des conditions de possibilité de l’enquête ethnographique dans le contexte actuel de la recherche et de l’enseignement supérieur. La journée se déroulera en présence d’Olivier Schwartz.

Axes et interventions


Table-ronde 1 : Ancrages
Dominique Memmi : Leurs désirs font désordre. L’aliénation féminine au prisme de la condition ouvrière
Nicolas Hatzfeld : Ethnographes et historiens : ouvriérismes et décalages
Animée par Cédric Lomba


Table-ronde 2 : Transversales
Cédric Lomba : Faire face aux conditions d’incertitude dans les mondes ouvriers
Nicolas Duvoux : « Mes meubles, ils dansent dans ma tête » : sociologie des objets et objet de la sociologie dans Le monde privé des ouvriers
Animée par Susanna Magri


Table-ronde 3 : Nouvelles perspectives sur la stratification
Lise Bernard : Quelques remarques sur Le monde privé des ouvriers et l’analyse de la stratification sociale
Ana Perrin-Heredia : « S’en sortir (ou pas) ». Conduites économiques et segmentation sociale
Animée par Pierre Gilbert


Table-ronde 4 : Questions de genre
Olivier Masclet : Le monde privé se décline t-il au féminin dans les classes populaires aujourd’hui ?
Mathieu Trachman : Comment travailler sur les violences conjugales ? Ethnographie, féminisme, santé publique
Animée par Carole Brugeilles


Echanges :
Avec Annie Collovald, Nicolas Renahy, Yasmine Siblot et Florence Weber
Animés par Nicolas Duvoux et Cédric Lomba



- Contacts : nicolas.duvoux(at)univ-paris8.fr ; cedric.lomba(at)cnrs.fr

- Programme détaillé sur calenda



Présentation de la journée d’étude

Voir toutes les vidéos de la journée sur Canal U