Contre la réforme des retraites et la LPPR : le  5 mars, la recherche s'arrête


Conférence-débat autour du livre « L’amour en guerre. Sur les traces d’une correspondance pendant la guerre d’Algérie »


Mardi 12 septembre 2017 , 12h00 - 14h00 : Archives Nationales

Conférence organisée autour du livre de Fabien Deshayes et Axel Pohn-Weidinger : L’amour en guerre. Sur les traces d’une correspondance pendant la guerre d’Algérie (Bayard, 2017).
Animée par Emmanuel Laurentin, avec la participation d’Arlette Farge (CRH-CNRS), de Jean-François Laé (Paris 8-GTM), de Sylvie Thénault (Centre d’histoire sociale du XXe siècle-CNRS) et des auteurs.

Présentation du livre


Fabien Deshayes, Axel Pohn-Weidinger, L’amour en guerre. Sur les traces d’une correspondance pendant la guerre d’Algérie Éditions Bayard, 2017 - 280 p.

« Rien ne prédestinait l’institutrice guadeloupéenne Aimée Jean-Baptiste et son mari, l’instituteur parisien Bernard Garigue, à sortir de l’oubli. Ces deux inconnus, aux existences ordinaires, ne subsistaient que dans les souvenirs de leur entourage, jusqu’à ce qu’ils réapparaissent dans un bouquet de lettres abandonnées, vendues sur une brocante parisienne à la fin des années 2000. Intrigués et bouleversés par cette correspondance, nous avons cherché à redonner vie à ce couple des années 1950 et 1960, en explorant des fonds d’archives et en retrouvant leurs proches.

Au fil de l’enquête, se dénouent les fils d’un destin tragique, celui de la relation amoureuse entre une femme enceinte accablée par sa hiérarchie et un pacifiste appelé du contingent dans le maquis de la Grande Kabylie. Dans les lettres qu’ils s’échangent, le lecteur suit pas à pas les péripéties d’une famille déchirée par la guerre, marquée par une histoire politique dont nous ne sommes pas encore sortis. C’est un regard inédit sur la guerre d’Algérie, décrite à travers la voix de ceux dont elle a bouleversé l’existence : les appelés et leur famille.

Au croisement de l’histoire intime et de la peinture sociale, la vie de ce couple nous plonge dans la face méconnue de la société française des « trente glorieuses », marquée par une guerre meurtrière, les hiérarchies sociales, les relations de race, la discipline dans le travail, les nouvelles normes concernant le corps et l’accouchement.»


Présentation des intérvenant.e.s :


Fabien Deshayes est sociologue, post-doctorant à l’Université de Genève.
Ses recherches croisent les thématiques de la famille, de l’éducation, de la pauvreté et des écritures professionnelles.

Arlette Farge est historienne, spécialiste du XVIIIe siècle, directrice de recherche au CNRS, membre du Centre de recherches historiques.

Jean-François Laé est professeur de sociologie à l’Université Paris 8, spécialiste des écritures ordinaires et des vies populaires.

Emmanuel Laurentin est journaliste d’histoire, producteur de l’émission
« La fabrique de l’histoire » sur France Culture.

Axel Pohn-Weidinger est sociologue, chercheur à l’Université de Göttingen.
Il s’intéresse aux écritures professionnelles et intimes, à l’État social et aux rapports ordinaires au droit.

Sylvie Thénault est directrice de recherche au CNRS, spécialiste de la guerre d’indépendance algérienne, membre du Centre d’histoire sociale du XXe siècle.

MAJ: 28 April 2022

  • CNRS
  •      
  • LogoP8
  •    
  • LogoP8