Contre la réforme des retraites et la LPPR : le  5 mars, la recherche s'arrête


Ouvrages avant 2014

Féminismes en traductions.

Cornelia Möser Féminismes en traductions. Théories voyageuses et traductions culturelles Paris : Éditions des Archives contemporaines, 2013 - 336 p.


Féminismes en traduction entreprend une analyse des débats féministes sur le genre en France et en Allemagne. Le livre se concentre sur les aspects producteurs des transformations de traduction en suivant les chemins des transferts culturels empruntés par les débats sur le genre.
En commençant par une analyse et contextualisation des débats, l’auteure expose que ce que les participant.e.s des débats présentent comme « théories de genre » est intensément influencé par la soi-disant French theory. Les parallèles flagrants entre les débats intenses sur le French feminism aux États-Unis dans les années 1980 et les débats sur le genre mettent en relief la possibilité d’une construction stratégique d’un corps théorique qui interroge ou attaque des ensembles théoriques hégémoniques. Or le French feminism qui aux États-Unis mène à la configuration compétitive entre Théorie critique et Théorie postmoderne est déjà le résultat de transferts théoriques qui conduisent par la suite à « l’obsession théorique allemande » d’un groupe de théoricien français entre 1960 et 1980. Ce qui paraît être antagonique ici, a donc connu une période d’interrelation intense auparavant. La traduction dans ce sens doit être comprise comme facteur central d’un mode de production de savoir mondialisé. Les débats sur le genre sont étroitement liés aux espoirs d’améliorer l’institutionnalisation timide de la recherche féministe en France et en Allemagne. Cela dit la science féministe a entrepris d’écrire l’histoire de sa pensée. L’auteure met en relief les dangers notamment téléologiques de ce projet en discutant les récits les plus fréquents.

28 avril 2015