Contre la réforme des retraites et la LPPR : le  5 mars, la recherche s'arrête


Soutenance de thèse

 

Julie Baillet

Julie Baillet "Avoir un premier enfant avant 20 ans, et après ? Parcours familial des mères adolescentes au Mexique", thèse à l’Université Paris Nanterre, sous la direction de Carole Brugeilles et María Eugenia COSÍO ZAVALA.

lundi 19 novembre 2018 à partir de 14h30, Université Paris Nanterre, Bâtiment B - Pierre Grappin Salle René Rémon (B015), 200, avenue de la République - 92000 Nanterre

Résumé

Au Mexique, la fécondité adolescente est présentée aujourd’hui comme un des problèmes sociaux majeurs. Cette thèse souhaite contribuer à la compréhension de l’évolution des dynamiques familiales de femmes devenues mères à l’adolescence dans un contexte urbain en pleine mutation. Elle compare trois cohortes de femmes nées dans la seconde moitié du XXe siècle, période de profondes transformations sociodémographiques au Mexique (baisse de la fécondité, augmentation du niveau scolaire des filles, entrée des femmes sur le marché du travail, etc.). Nous avons opté pour une approche longitudinale afin de saisir comment cette fécondité précoce s’inscrit plus largement dans la transition à l’âge adulte. À partir de la naissance du premier enfant, nous analysons la trajectoire familiale des femmes, selon trois axes majeurs : la composition du ménage, l’histoire conjugale et le parcours reproductif. Obtenus sur la base des données de l’enquête biographique rétrospective EDER (2011) et d’entretiens semi-directifs menés dans la ville de Tijuana, les résultats révèlent que la « précocité » du processus de formation familiale en milieu urbain ne renvoie pas nécessairement à des trajectoires familiales « spécifiques ». Chez ces mères adolescentes, dans un contexte où les rapports de genre sont fortement inégalitaires et où les normes sociales régissant l’accueil du premier enfant sont strictes, les relations intergénérationnelles ainsi que la nature des relations avec le conjoint auront une influence sur le devenir de leur trajectoire familiale.

Le jury est composé de :

Didier BRETON, Professeur, Université de Strasbourg (rapporteur)

Carole BRUGEILLES, Professeure, Université Paris Nanterre (directrice de thèse)

María Eugenia COSÍO ZAVALA, Professeure émérite, Université Paris Nanterre (directrice de thèse)

Maryse GAIMARD, Professeure, Université de Bourgogne (rapporteure)

Olivia SAMUEL, Maîtresse de Conférences (HDR), Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Pascal SEBILLE, Maître de Conférences, Université Rennes 2


7 novembre 2018

GTM dans les universités : Paris 8 et Paris Nanterre

Thèses en cours au GTM

Thèses soutenues depuis 2004

Directrice et directeurs de thèses



Dernières soutenances

vendredi 2 octobre 2020 à 14h00

Pierre-Antoine Chauvin, L’administration de l’attente politiques et trajectoires de relogement des familles sans domicile à Paris. Thèse en sociologie sous la direction de Catherine Bonvalet (INED) et Pascale Dietrich-Ragon (INED/CMH). Résumé : Une forme d’inaction publique a pris fin dans la nuit (...) Lire la suite


vendredi 11 septembre 2020 à 14h30

Julia Legrand, "L’incertitude psychiatrique : une sociologie de la prescription de psychotropes en psychiatrie publique" Thèse en sociologie sous la direction de Régine Bercot, Université Paris 8, Cresppa-GTM. Résumé : Les psychotropes sont souvent présentés par deux prismes antinomiques : entre « (...) Lire la suite


lundi 18 novembre 2019 à 14h00

Elsa Tyszler, "Derrière les barrières de Ceuta & Melilla. Rapports sociaux de sexe, de race et colonialité du contrôle migratoire à la frontière maroco-espagnole", thèse en sociologie sous la direction de Jane Freedman, Université Paris 8, Cresppa-GTM. Résumé : Cette thèse s’intéresse au (...) Lire la suite