Contre la réforme des retraites et la LPPR : le  5 mars, la recherche s'arrête


Soutenance de thèse

 

Julia Legrand

L’incertitude psychiatrique : une sociologie de la prescription de psychotropes en psychiatrie publique.

Thèse en sociologie sous la direction de Régine Bercot, Université Paris 8, Cresppa-GTM.

vendredi 11 septembre 2020 à partir de 14h30,  CNRS, site Pouchet, salle de Conférences, 59/61, rue Pouchet, 75849 Paris, cedex 17

Résumé :

Les psychotropes sont souvent présentés par deux prismes antinomiques : entre « panacée » libératrice d’un côté et, de l’autre, « camisoles chimiques » contraignantes. Ce clivage caractérise aussi les représentations de l’activité de prescription des psychiatres, les spécialistes des psychotropes. La question pharmacologique est particulièrement structurante dans le champ psychiatrique ; elle est notamment de plus en plus centrale dans l’activité des équipes soignantes hospitalière. La question de la prescription médicamenteuse est donc inévitablement à explorer pour comprendre la psychiatrie publique contemporaine. À la frontière entre sociologie des sciences, de la santé, du travail et des professions, la thèse propose précisément d’éclairer la manière dont les psychiatres prescrivent, et notamment de comprendre quelles opérations de classements des troubles et des patients président au choix d’une substance. Le cœur de cette recherche repose sur le paradoxe suivant : la psychiatrie comme profession se légitime publiquement par une image axée sur sa capacité d’expertise et sur la force d’innovation de ses traitements médicamenteux. Comment se fait-il alors que le cœur de métier des psychiatres de secteur public, la prescription de psychotropes, soit si peu valorisé par ses membres ? Sur la base d’entretiens avec les représentants de la profession, d’une indexation de sites web des principaux segments de la psychiatrie et d’une enquête ethnographique comparée de deux établissements publics, la thèse aborde les enjeux de la prescription de médicaments de l’échelle la plus macrosociologique au niveau le plus fin d’analyse, de prescrire comme outil de valorisation professionnelle, à l’activité collective des équipes soignantes, jusqu’à la pratique dans les consultations psychiatres-patients.

Le jury est composé de :

Daniel Benamouzig, Directeur de recherche au CNRS
Régine Bercot, Professeure émérite, Université Paris 8
Isabelle Coutant, Chargée de recherche au CNRS, EHESS (Rapporteuse)
Hervé Guillemain, Professeur des Universités, Le Mans Université
Olivier Martin, Professeur des Universités, Université de Paris (Rapporteur)
Livia Velpry, Maîtresse de conférence, Université Paris 8


2 septembre 2020

GTM dans les universités : Paris 8 et Paris Nanterre

Thèses en cours au GTM

Thèses soutenues depuis 2004

Directrice et directeurs de thèses



Dernières soutenances

vendredi 2 octobre 2020 à 14h00

L’administration de l’attente politiques et trajectoires de relogement des familles sans domicile à Paris. Thèse en sociologie sous la direction de Catherine Bonvalet (INED) et Pascale Dietrich-Ragon (INED/CMH). Résumé : Une forme d’inaction publique a pris fin dans la nuit du 14-15 avril 2005. (...) Lire la suite


lundi 18 novembre 2019 à 14h00

Derrière les barrières de Ceuta & Melilla. Rapports sociaux de sexe, de race et colonialité du contrôle migratoire à la frontière maroco-espagnole., thèse en sociologie sous la direction de Jane Freedman, Université Paris 8, Cresppa-GTM. Résumé : Cette thèse s’intéresse au contrôle migratoire (...) Lire la suite


Élodie Voisin "Les violences de genre en contexte de migrations forcées : les réfugié·e·s rohingyas de Birmanie. Sociologie critique de l’aide humanitaire en Malaisie.", thèse de sociologie sous la direction de Régine Bercot, Professeure en sociologie, Université Paris 8, Cresppa-GTM. Résumé Cette (...) Lire la suite