Contre la réforme des retraites et la LPPR : le  5 mars, la recherche s'arrête


Soutenance de thèse

 

Pierre-Antoine Chauvin

L’administration de l’attente politiques et trajectoires de relogement des familles sans domicile à Paris.

Thèse en sociologie sous la direction de Catherine Bonvalet (INED) et Pascale Dietrich-Ragon (INED/CMH).

vendredi 2 octobre 2020 à partir de 14h00, Institut national d'études démographiques (Ined), Salle Sauvy, 9 cours des Humanités, 93322 Aubervilliers

Résumé :

Une forme d’inaction publique a pris fin dans la nuit du 14-15 avril 2005. L’incendie meurtrier de l’hôtel Paris Opéra plaça au cœur de l’agenda politique la question du mal-logement jusque-là invisibilisée. Cette thèse analyse, dans un premier temps, les conditions d’émergence et de prise en charge du problème de l’hébergement de familles à l’hôtel. Elle montre que cet incendie est la conséquence de mutations qu’a connues le logement populaire parisien depuis les années 1970. Au centre d’une lutte d’imputation de la responsabilité, cet événement verra la consécration d’une nouvelle catégorie de l’action publique (le "marchand de sommeil"), la mise en sommeil de la responsabilité de certains acteurs publics et l’ouverture d’une "fenêtre d’opportunité" favorable à l’instauration de deux dispositifs gestionnaires (le droit au logement opposable et le logement temporaire dans le parc privé).

Cette thèse examine également la manière dont les administrations modèlent les aspirations et les trajectoires des classes populaires et immigrées. Pour ce faire, elle s’appuie sur une base de données longitudinales construite à partir du fichier des demandeurs.euses de logement et de 410 dossiers personnels collectés au sein des archives municipales. Cette démarche a permis la reconstitution, sur une période de six ans, des trajectoires résidentielles d’une cohorte de 696 familles hébergées à l’hôtel, à Paris, en 2009. L’analyse statistique ethnographique associée à 41 entretiens biographiques rend visible les effets agrégés du travail de priorisation et la transformation inégalitaire des chances d’accès au logement social.

Ce travail de recherche invite plus spécifiquement à réévaluer le rôle des administrations dans la mise en œuvre du droit au logement. Administrer l’attente revient non seulement à prioriser certains publics mais aussi à étoffer des dispositifs de gestion d’une attente sur laquelle les administrations ne peuvent jouer qu’à la marge. Des cités de transit aux logements temporaires, un continuum d’usages bureaucratiques du temps s’observe aux portes du logement social. Les administrations publiques doivent de surcroît composer avec les priorités gestionnaires des autres acteurs du système local d’attribution. Autrement dit, l’administration de l’attente ne se réduit pas à une simple gestion de la pénurie mais revêt la forme d’une coproduction institutionnelle des délais et d’une lutte entre différents acteurs (bailleurs sociaux, élu.e.s locaux.ales, associations, etc.) pour transformer les principes de re-distribution légitime d’un bien rare. En somme, cette thèse propose une analyse de ce que l’administration "fait" au droit au logement et la manière dont se "font" les administrations au cours de sa mise en œuvre.

Le jury est composé de :

Pierre-Yves BAUDOT, Professeur des universités, Université Paris Dauphine, IRISSO
Catherine BONVALET, Directrice de recherche émérite, Ined (directrice)
Carole BRUGEILLES, Professeure des universités, Université Paris Nanterre, GTM-Cresppa
Pascale DIETRICH-RAGON, Chargée de recherche, Ined (tutrice)
Jean-Claude DRIANT, Professeur à l’École d’urbanisme de Paris (rapporteur)
Yves GRAFMEYER, Professeur honoraire des universités, Université Lumière Lyon 2, Centre Max Weber
Sylvie TISSOT, Professeure des universités, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, CSU-Cresppa (rapporteure)


1er octobre 2020

GTM dans les universités : Paris 8 et Paris Nanterre

Thèses en cours au GTM

Thèses soutenues depuis 2004

Directrice et directeurs de thèses



Dernières soutenances

vendredi 11 septembre 2020 à 14h30

L’incertitude psychiatrique : une sociologie de la prescription de psychotropes en psychiatrie publique. Thèse en sociologie sous la direction de Régine Bercot, Université Paris 8, Cresppa-GTM. Résumé : Les psychotropes sont souvent présentés par deux prismes antinomiques : entre « panacée » (...) Lire la suite


lundi 18 novembre 2019 à 14h00

Derrière les barrières de Ceuta & Melilla. Rapports sociaux de sexe, de race et colonialité du contrôle migratoire à la frontière maroco-espagnole., thèse en sociologie sous la direction de Jane Freedman, Université Paris 8, Cresppa-GTM. Résumé : Cette thèse s’intéresse au contrôle migratoire (...) Lire la suite


Élodie Voisin "Les violences de genre en contexte de migrations forcées : les réfugié·e·s rohingyas de Birmanie. Sociologie critique de l’aide humanitaire en Malaisie.", thèse de sociologie sous la direction de Régine Bercot, Professeure en sociologie, Université Paris 8, Cresppa-GTM. Résumé Cette (...) Lire la suite