Contre la réforme des retraites et la LPPR : le  5 mars, la recherche s'arrête


Soutenance de thèse

 

Malek Bouyahia, « Altérités coloniales et identité indigène à l’aune du discours hygiéniste au XIXe siècle », thèse de doctorat en science politique à l’Université Paris 8, sous la direction de Jane Freedman (CRESPPA-GTM)

vendredi 10 décembre 2021 à partir de 14h00,  CNRS, site Pouchet, salle de Conférences, 59/61, rue Pouchet, 75849 Paris, cedex 17

Résumé :

La thèse montre les mécanismes par lesquels les identités coloniales vont se constituer en partant de l’hypothèse que l’infériorisation des autochtones a servi de référent et de cadre à la construction d’un soi européen. Celui-ci est défini comme supposément homogène en face d’une altérité indigène conçue elle aussi comme monolithique. Il s’agit de repérer les modalités mises en œuvre par le discours colonial pour produire cette altérité dépréciée qui visait à asseoir la domination coloniale. La pratique médicale va accompagner la politique d’annexion dans son élan « civilisationnel » et, en tant que tel, devenir un moyen indispensable pour asseoir une domination raciale de la colonie. Le discours hygiéniste, porteur d’une haute idée de la science et du progrès, ne sera pas uniquement l’alibi de la progression de la colonisation. Il sera aussi le lieu où la représentation de l’altérité indigène prendra sens et acquerra une signification effective. Ce discours d’une science qui déborde le cadre scientifique, en se faisant récit parfois littéraire et fictif, contribuera dans une grande part à modeler des catégories réelles dont l’idéologie coloniale se saisira. Il participera aussi à rendre concevable la mise en place du code de l’indigénat qui sera une entorse au contrat social que la Troisième République tentera de mettre en place. Ce code, qui faisait des autochtones des êtres diminués et incapables d’assimiler les idéaux du progrès, inscrivait l’exception raciale comme fondement des relations coloniales.

Le jury est composé de :

Azadeh KIAN, Professeure de Sociologie, Université Paris-Diderot
Judith SURKIS, Professeure d’Histoire, Université Rutgers (Rapporteure)
Jane FREEDMAN, Professeure de Sociologie, Université Paris VIII (Directrice)
Delphine PEIRETTI-COURTI, Professeure Agrégée (PRAG), Université Aix-Marseille
Oivier LE COUR GRANDMAISON, Maitre de conférences HDR, Université d’Evry (Rapporteur)


16 décembre 2021

GTM dans les universités : Paris 8 et Paris Nanterre

Thèses en cours au GTM

Thèses soutenues depuis 2004

Directrice et directeurs de thèses



Dernières soutenances

mercredi 8 décembre 2021 à 09h30

Franck Freitas Ekué, « Corps Black : Généalogie d’une production et d’une valorisation marchande du corps noir sous l’industrialisation capitaliste », thèse de doctorat en thèse de doctorat en science politique à l’Université Paris 8, sous la direction de Jane Freedman (CRESPPA-GTM) Résumé : La (...) Lire la suite


mardi 7 décembre 2021 à 09h00

Glenda SANTANA DE ANDRADE, « Suis-je une réfugiée ? Suis-je un réfugié ? » Les stratégies de survie de Syriennes et de Syriens dans les espaces urbains en Turquie et en Jordanie", thèse de doctorat en sociologie à l’Université Paris 8, sous la direction de Jane Freedman (CRESPPA-GTM) Résumé : Depuis (...) Lire la suite


mercredi 1er décembre 2021 à 14h00

Hafida ALI AHMED, De l’émeute au hirak en Algérie : quelles incidences politiques. Le cas d’Alger et de Tizi Ouzou. Thèse de doctorat en sociologie sous la direction de Michel KOKOREFF (Cresppa-GTM). Résumé : Mon travail se veut une étude des dimensions de l’émeute comme répertoire de l’action (...) Lire la suite