Imprimer

Soutenance de thèse

 

Malika Danoy

Malika Danoy, « Des Etats-Unis à la Corne de l’Afrique : le programme de restitutions extraordinaires, ou l’expansion d’un pouvoir chasseur dans la lutte antiterroriste », thèse de doctorat en science politique à l’Université Paris 8, sous direction de Bertrand Guillarme Cresppa-Labtop) et Vanessa CODACCIONI (Cresppa-CSU)

vendredi 17 décembre 2021 à partir de 09h00, CNRS, site Pouchet, salle de Conférences, 59/61, rue Pouchet, 75849 Paris, cedex 17

Composition du jury

M. Didier BIGO, Professeur à King’s College
M. Philippe BONDITTI, Maître de conférences à l’Université Catholique de Lille
Mme Vanessa CODACCIONI, Maîtresse de conférences HDR à l’Université Paris VIII, co-directrice de la thèse
M. Bertrand GUILLARME, Professeur à l’Université Paris VIII, Directeur de la thèse
Mme Wanda MASTOR, Professeure à l’Université Toulouse Capitole - rapportrice
Mme Karine PARROT, Professeure à l’Université de Cergy - rapportrice

Résumé

A la suite des attentats du 11 septembre 2001 et dans le cadre du volet clandestin de la « guerre contre la terreur », les États-Unis développent un programme secret du nom de « programme de restitutions extraordinaires » dont l’objectif est la capture, le transfert par avion et la détention de suspects de terrorisme dans des prisons hors du territoire américain, disséminées à l’échelle internationale.

Dans notre thèse, qui constitue la première étude approfondie du programme de restitutions en langue française, nous analysons l’économie mondialisée de la répression qui le sous-tend.

Elle se caractérise par une dynamique expansionniste qui, entre 2002 et 2008, organise un vaste réseau répressif articulé autour de points fixes : les centres de détention, reliés entre eux par les flux des vols de restitutions quadrillant la quasi-totalité du globe. Par la suite, la logique expansionniste du programme de restitutions le conduit, à partir de 2007, à s’exporter vers de nouveaux terrains dans la Corne de l’Afrique où, les acteurs locaux au nom de la lutte antiterroriste régionale, intègrent dans leur répertoire répressif la pratique des restitutions et en renouvellent l’usage.

L’étude de la pratique américaine et africaine des restitutions nous permet ainsi de saisir ce dispositif répressif dans sa globalité et de mettre en avant la rationalité hautement cynégétique qui se trouve au fondement de la lutte antiterroriste.


21 janvier 2022