Contre la réforme des retraites et la LPPR : le  5 mars, la recherche s'arrête
Imprimer

C.Ibos, A.Damamme, et al., Vers une société du care - CRESPPA - UMR 7217

Ouvrages

 

Caroline Ibos, Aurelie Damamme, Pascale Molinier et Patricia Paperman, Vers une société du careune politique de l’attention, Paris : Le Cavalier Bleu, septembre 2019 - 184 p.

Difficilement traduisibles en français, apparemment « importées » des États-Unis, les éthiques du care répondent à une préoccupation de plus en plus prégnante dans notre société, celle du soin, au sens ordinaire et non médicalisé du mot.
Or, si le care est largement étudié outre-Atlantique, il a fait l’objet de peu de publications en France jusqu’à présent, alors même que depuis plus de quinze ans un vrai travail interdisciplinaire a été mené par les chercheurs et chercheuses françaises (philosophes, socio­logues, psychologues, politistes, etc.). Le rayonnement de ces ­travaux au niveau international faisant d’ailleurs que l’on parle ­désormais d’« école française du care ».
La perspective du care, encore peu connue, est un enjeu majeur de notre monde commun. Les autrices cherchent ici à en montrer les multiples aspects afin que chacun puisse en percevoir les contours pour, in fine, y prendre sa part.

« Care » : de quoi parle-t-on ?
« Le care est en Égypte. »
« Le care est un concept importé des États-Unis. »
« Le care est une morale catholique. »
« Le care est une théorie paternaliste. »

Un concept insignifiant ?
« Le care est une question marginale. »
« L’éthique du care est une morale des bons sentiments. »
« Le care n’est pas féministe. »
« Le care est une notion imprécise. »

Les sujets du care : une minorité de personnes, des personnes mineures
« Le care n’est pas politique. »
« Le care est inné. »
« Le care, c’est être altruiste. »
« Le care, c’est pour les “vulnérables”. »

Le travail du care
« C’est un regard bourgeois sur les précaires. »
« Le travail du care est invisibilisé. »
« Le care, c’est un formidable gisement d’emplois. »
« Les robots vont remplacer les personnes qui s’occupent du care. »

Le care, une mode trompeuse
« Le care est le nouvel avatar de l’assistanat. »
« Le care est une ruse du néolibéralisme. »
« Le care justifie le sacrifice des femmes. »

- Site de l’éditeur

20 avril 2020

Aurélie Damamme

Maîtresse de conférences à l’Université Paris 8
Cresppa-GTM
Page personnelle